Les Francofolies de La Rochelle retrouvent -M-

Les Francofolies de La Rochelle retrouvent -M-
M sur la scène des Francofolies © B.Brun

Pour l’avant-dernière soirée des 29e Francofolies de La Rochelle, Matthieu Chédid a fait souffler un vent de folie sur la grande scène Saint-Jean d’Acre. Entre folk et ballades rock, Lou Doillon et Rover ont ouvert cette soirée. RFI Musique était dans le public.

Il n’est plus l’adolescent gauche qui se cachait derrière son humour, mais il est bien devenu un grand de la chanson. En revenant lundi 15 juin sur la scène du parking Saint-Jean-D'Acre, la grande scène des Francofolies -M- a définitivement inscrit son nom au côté des Lavilliers, des Higelin, et de tous les artistes ayant écrit l’histoire des Francofolies de La Rochelle.

"C’est une grande histoire, les Francofolies, a-t-il lancé au public. Je pense à de petits lieux, la salle bleue où j’ai joué à mes débuts. La Rochelle, c’est aussi la Sirène, l’endroit où on a fait une résidence pour monter cette tournée et où notre trio est né. J’ai aussi une pensée pour Jean-Louis Foulquier qui n’est pas ici ce soir, mais qui m’a beaucoup aidé."

En quelques phrases, Matthieu Chédid avait tout résumé et il ne restait plus pour lui qu’à faire son numéro, un numéro bien rodé, mais qui a pris dans ce contexte, une dimension autrement plus affective. Accompagné aux machines par Brad Thomas Ackley, avec lequel il a conçu son dernier disque îl, et d’un batteur, -M- est revenu à un trio rock. Que ce soit avec ses grosses lunettes futuristes, désormais son seul signe distinctif, ou simplement avec ses guitares, il continue de jouer au guitar hero, multipliant les clins d’œil, notamment à AC/DC ou Jimi Hendrix quand le reprend son complexe du Corn flakes.

Mojo Party

Aussi visuel que sonore, le show de –M- repose sur un éclairage flashy, avec des blancs éclatants, des couleurs vives et fluo. À travers chaque éclair de lumière se reflète le passé de –M- : le blanc pour la chanson Le Baptême, le rose bonbon pour Qui de nous deux, et puis il y a l’esprit rétro et futuriste de cet îl. Ce n’est pas un hasard si à moment donné, le groupe infernal s’approprie du Daft Punk et joue à l’envi du vocoder sur les titres les plus dansants : Gimmick, Machistador….

Dès qu’il reprend sa vieille guitare écaillée, Mathieu Chédid change de registre et retrouve l’intimité ; il dit "aime" à une foule de 15.000 personnes qui le lui avait déjà glissé à l’oreille. C’était au tout début de ces 29e Francofolies, samedi 13 juillet, et en plein milieu de son concert sur la grande esplanade de La Rochelle, Christophe Mali de Tryo avait appelé au téléphone son copain –M-. Avec Matthieu Chédid, Je dis aime fut un moment de communion plus délicat et rock où le chanteur a convoqué la mémoire de sa grand-mère, la poétesse Andrée Chédid, auteure de ce texte et décédée voici deux ans.

Lou Doillon et Rover en ouverture

A l’image de la soirée d’ouverture du vendredi 12 juillet, qui fut celle de Patrick Bruel, la soirée de lundi fut celle de –M- et Lou Doillon comme Rover ont ouvert la scène à Monsieur Chédid. Avec classe...

Passé voici deux ans par le Chantier des Francofolies, où poussent les jeunes talents de la chanson de demain et à l’affiche l’an dernier d’une création mettant en scène des crooners, Rover confiait sa joie d’être à La Rochelle, sous un soleil de plomb qui lui rappelait le climat de Beyrouth, où il a monté ses premiers groupes de rock. Faisant référence à T-Rex, Bowie, au glam-rock des années 70 et la pop des années 60, Timothée Reignier a tissé un pont aérien vers la pop de –M-.

En regardant la nuit venir, on aura surtout été charmé par Lou Doillon. La jeune femme en robe blanche et à l’allure d’égérie du rock de ces années-là a joliment chanté les titres qui lui ont valu de remporter le succès (ICU…). Pour sa première venue aux Francofolies de La Rochelle, elle se sera avancée intimidée vers la foule pour une version blues de Should I Stay or Should I Go. "One day is fine, the next is blue", chante-t'elle. Un jour bien, l’autre avec le blues. Elle avait alors un sourire de gamine, sans doute avait-elle retrouvé là un peu de son enfance.

Site officiel des Francos de La Rochelle