Arno, Ostende-Bristol direct

Arno, Ostende-Bristol direct

Future Vintage, le dix-neuvième album solo d'Arno, navigue entre humeurs maritimes et atmosphère de cave, plaisir charnel et déprime sentimental. Un disque enregistré entre sa Belgique et l’Angleterre de John Parish.

Future Vintage, le dix-neuvième album solo d'Arno, navigue entre humeurs maritimes et atmosphère de cave, plaisir charnel et déprime sentimental. Un disque enregistré entre sa Belgique et l’Angleterre de John Parish.

Avouons-le : on aime forcément Arno. Avec sa voix ébréchée, sa langue tavelée, ses mélodies venteuses, il charrie toute une imagerie de hobo céleste, de vagabond des mers du Nord, d’arpenteur de brumes urbaines. Depuis longtemps, on aime son rock de terrain vague terreux et détrempé, à mille lieues de l’imagerie des gros muscles des rockers de stade. Chez lui, le rock a toujours moins ressemblé à Jumpin’ Jack Flash qu’à du Wim Wenders, du Gaston Couté, du James Ensor ou même du William Faulkner…

 
Future Vintage est donc familier et déroutant à la fois, comme un vertige recommencé. Dix-neuvième album d’Arno sous son nom, mais peut-être trente ou quarantième avec ses multiples groupes et alias successifs.
 

Entre la fin de sa précédente tournée, en novembre dernier, et le début de l’année 2012, il a écrit une vingtaine de chansons dont voici la substantifique moelle : des délectations, des vertiges, des moments suspendus… Car Arno, dans Future Vintage, raconte les états entre la rupture amoureuse et une nouvelle aventure. Commençant par les mots "Wake up, rise up, don’t fall asleep", l’album martèle joyeusement : "On chante pas tous les jours/Une chanson d’amour".

 
Avec ses humeurs joyeusement potaches, ses impudeurs délicieuses, sa ferveur dansante, Arno a enregistré une bonne partie de son album en Belgique avant de mettre le cap sur Bristol pour les guitares et le mixage de John Parish (PJ Harvey, Goldfrapp, Sparklehorse, Dominique A, Eels…). Leur rencontre entre ces deux rockers de bord de mer donne des sonorités ébréchées et clinquantes à la fois à l’album, comme s’il s’agissait d’une échappée nocturne de musiciens s’échappant d’un orchestre de bal. Et, pour les vieux fans, une nouvelle version de Oh la la la.
 
 
Arno Future Vintage (Naïve) 2012.
Concerts Paris (Café de la danse) du 26 au 28 novembre, puis en tournée.