Françoise Hardy, l’amour sans fard

 Françoise Hardy, l’amour sans fard

Cinquante ans après son premier disque, L’Amour fou est le plus impudique des albums de Françoise Hardy, et sort, accompagné d’un roman-confession bouleversant, au titre identique.

 

La chanteuse partage la vie de Jacques Dutronc depuis 1967 et ne l’a épousé qu’en 1981, presque huit ans après la naissance de leur fils Thomas Dutronc. Et elle n’a cessé, ces dernières années, de tenir la chronique d’un amour cruel. Fou, certes, mais surtout marqué par un déséquilibre entre sa passion et la froideur de son compagnon. Elle en a fait une bonne part de la matière de son autobiographie Le Désespoir des singes et autres bagatelles, parue en 2008. C’est aujourd’hui le thème avoué de son vingt-septième album et de son premier roman, titrés tous deux L’Amour fou.

Le roman a mis trente ans à être écrit, abandonné, repris, amputé, reconstitué… Il dissèque une histoire obsessionnelle, féroce, désespérée, entre une femme que consume la passion et un homme qui se tient toujours à distance. Il n’est point besoin d’être particulièrement perspicace pour comprendre que c’est son histoire que raconte François Hardy dans les presque deux cents pages de son roman.
 

Les chansons de L’Amour fou sont nées en une année dont la chanteuse ne cache pas qu’elle a été aussi habitée par sa lutte contre un lymphome. Alors, quand elle chante "Vous resterez au grand jamais/Le plus brûlant de tous mes secrets", on peine à croire au dernier mot de ces vers. Mais tout le reste de l’album bouleverse, même si on peine à admettre la franchise de l’impudeur. Car, à soixante-huit ans et après cinquante ans de carrière au premier plan, Françoise Hardy semble faire le bilan de l’amour d’une vie, sans illusion et sans amertume – "Toute une vie dans le silence/De mes dilemmes, de vos absences/Toute une vie/De petites morts, de renaissances"

 
Pour cela, elle a battu le rappel des compositeurs – vieux complices, inconnus surdoués et guest stars élégantes tout ensemble : Alain Lanty, Bertrand Pierre, Thierry Stremler, Calogero, Benoit Carré, François Maurin, Pascal Colomb… Seuls deux textes ne sont pas de sa plume, un de Julien Doré et le très moderne Si vous n’avez rien à me dire de Victor Hugo – "Lorsque je vous vois, je tressaille/C’est ma joie et c’est mon souci". Concentré, mélancolique, L’Amour fou a l’élégance coutumière des albums de Françoise Hardy. Mais il est certainement le plus troublant de sa carrière. Peut-être parce qu’on y entend une vérité désespérée.
 
Françoise Hardy L’Amour fou (EMI) 2012
Françoise Hardy L’Amour fou  (Editions Albin-Michel)
Site officiel de Françoise Hardy