Patrick Bruel, tel qu’en lui-même

Patrick Bruel
© DR

Une fois de plus, Patrick Bruel, chanteur-acteur-joueur de poker a laissé passer le temps avant de sortir Lequel de nous, nouvel album qui mêle autoportrait et air du temps. Une méthode d’une efficacité artistique et commerciale imparable.

Patrick Bruel n’a jamais caché que la chanson était aussi un exercice d’introspection, mais qu’il ne pensait pas différer grandement, dans ses états d’âme, de millions de ses contemporains. Et c’est pourquoi, d’album en album, on a l’impression de voir un vieux copain s’asseoir à la table et faire le point de tout ce qui lui est arrivé depuis l’album précédent, il y a quelques années. Avec Lequel de nous survient la même sensation qu’avec Juste avant en 1999 ou Des souvenirs devant en 2006 : on retrouve le même homme, qui montre les marques du temps sur son visage et sur sa conscience.

Il a conservé le goût des tranches de vie tirées de l’actualité, comme des commentaires à chaud et à hauteur d’humain, des histoires entendues au journal télévisé : Où es-tu raconte l’histoire d’une journaliste prise en otage quelque part dans un lieu chaud de la planète, Les Larmes de leurs pères sur les printemps arabes… Ce tropisme d’éditorialiste amène le chanteur à oser des démarches qu’autrement il ne tentera pas.

Patrick Bruel a beau exhiber des photos en compagnie de stars du rap américain dont il se dit un fan fidèle, les commentateurs ont quand même été très surpris par son duo avec La Fouine. Une des plus grandes stars de variétés avec un des rappeurs les plus en vue du moment ? C’est surtout une alliance motivée par l’efficacité et la puissance de feu : ensemble, Bruel et La Fouine touchent naturellement une part énorme de la jeunesse en France, à qui s’adresse Maux d’enfants, qui alerte sur les dangers de la violence verbale et du harcèlement sur les réseaux sociaux.

Pour le reste, il raconte le temps qui passe, le souvenir d’anciennes histoires d’amour, les couples qui se défont, les questions d’un père en prison et, en ouverture de l’album, une suite dramatique de son fameux Place des grands hommes de 1989. On retrouve Marion, Marco, François, Gégé, Évelyne, mais cette fois-ci parce qu’un membre de la bande est mort brusquement…

À cinquante-trois ans, Bruel lève un coin de voile sur son intimité pour mieux toucher le grand public et c’est, comme toujours, la plus efficace de ses recettes commerciales. Au point qu’on en vient même à croire à son absolue sincérité.

Patrick Bruel Lequel de nous (Sony Music) 2012.
Site officiel de Patrick Bruel