Claire Diterzi

Claire Diterzi
© DR

Du rock à la chanson, de l’illustration sonore de ballet à la bande originale de documentaire-western, Claire Diterzi nous surprend depuis déjà vingt ans. Et recommence avec Le Salon des Refusées, son cinquième album.

Certains artistes œuvrent dans leur coin, sur des projets qui, en plus de brouiller les pistes, touchent souvent le public averti plus rapidement que le grand. Puis le temps devient leur allié, tant et si bien qu’on se rend à l’évidence : s’ils ne savent pas tout faire, ils n’en sont pas bien loin.

Claire Diterzi est de ceux-là. Après un premier groupe, un autre plus petit, et des disques en solo qui fricotent avec l’image, la danse, le théâtre et l’histoire, c’est à la peinture et à la sculpture que Le Salon des Refusées nous renvoie.
 
Alors que la chanteuse a été, il y a deux ans, la première artiste de musiques actuelles à obtenir une résidence à la villa Médicis à Rome, cette nomination lui fut reprochée dans le monde de la musique contemporaine. C’est en s’inspirant de cet évènement personnel qu’elle décide de tisser le parallèle avec Le Salon des Refusés, créé en 1863 sous Napoléon III afin d’exposer les peintres et sculpteurs refusés au Salon Officiel cette année-là.
 

Claire Diterzi joue avec le verbe autant qu’elle nous parle d’amour, proteste ou se décrit. Le mot est toujours juste, le ton provocateur ou poétique. Elle a cette capacité de nous faire entendre un texte très contemporain comme si c’était un classique, de rendre actuels des arrangements au violon et à la viole de gambe, ou de faire se fondre une guitare électrique dès l’ouverture d’un disque aux allures baroque.

 
Le Salon des Refusées a la voix du ménestrel, la patte du saltimbanque, et plante un décor aux couleurs des planches. C’est un disque qui s’écoute comme on va au théâtre, et où tous les contraires deviennent possibles. On y trouve également une reprise de Riders on the Storm des Doors qui distille dans l’orage des reflets d’aigues-marines. Assez rare et singulier pour être saisissant. Chapeau.
 
Claire Diterzi Le Salon des Refusées (Naïve) 2013
En concert à la Cité de la Musique à Paris le 5 février 2013
Site officiel