Fauve, voyage au bout d’un groupe

Fauve
© DR

Le collectif parisien Fauve (≠) emballe Internet avec son spoken word à la française et ses vidéos. Alors qu’il vient de sortir Blizzard, un très bel EP de six titres, RFI Musique vous fait découvrir ce groupe de cinq garçons aux mots qui claquent.

Sur scène, ils apparaissent tapis dans la pénombre de leurs projections vidéo et se retranchent derrière leur musique. Fauve est un groupe de jeunes Parisiens – 27 ans de moyenne d’âge - qui préfèrent ne pas décliner leurs identités, mais paradoxe, cultivent l’art de tout mettre sur la table. "Dans nos textes, il n’y a pas de fiction. Tout a été vécu, soit par nous, soit par nos proches. C’est suffisamment impudique pour qu’on se dise : 'Non, non, on ne va pas montrer nos gueules'", justifient-t-ils.

Créé voici deux ans par des copains qui ont fréquenté les mêmes bandes et les mêmes écoles, Fauve est devenu, autour de ses cinq musiciens, un collectif d’une trentaine de personnes basé sur "l’écriture, la musique et la vidéo" ; il apparaît désormais derrière le logo  .Ils expliquent : "Au début, on écrivait des chansons juste pour nous, pour vider notre sac. Fauve, c’est toutes les séances de psy qu’on n’a pas eues."
 
Révélation au Printemps de Bourges
 
Depuis le début de l’année, Fauve a été rattrapé par le phénomène qui l’entoure. Programmé dans le cadre des découvertes du dernier Printemps de Bourges (les Inouïs), il a été la grande révélation du festival devant une salle pleine à craquer. A l’échelle de la France, Fauve a déjà rejoint les Canadiens d’Arcade Fire ou les Anglais de Wu Lyf, qui ont vu leur carrière décoller grâce à la Toile.
 
Son histoire est celle d’un groupe inconnu il y a moins d’un an, qui se retrouve propulsé sur le devant la scène. "Très content de ce qui lui arrive", Fauve se dit "plutôt flippé" par cette frénésie. "On a peur que tout ça nous échappe, peur de ne pas être compris et surtout, d’être jugés trop tôt." Fauve refuse l’étiquette de groupe du moment et explique vouloir "durer".
 
Du spoken word en français
 
Comment un groupe, qui vient tout juste de sortir un disque six titres, Blizzard, et ayant fait peu de concerts, peut-il en être là ? La réponse est simple. En puisant du côté de Gil Scott Heron, dans le rap qu’ils écoutaient (IAM, NTM, Ärsenik) et le rock que ses membres jouaient adolescents, Fauve donne un nouveau souffle à l’écriture en français. Il renouvelle un spoken word hexagonal, initié dans les années 90 par le groupe de rock indépendant Diabologum. 
 
Fauve, qui tire son nom du film Les Nuits fauves (ndlr : réalisé par Cyril Collard et sorti en 1992), a trouvé un écho générationnel grâce à ses mots à vif. "Mais toi, t’es beau, comme une planète, j’t’ai dans la peau, j’t’ai dans la tête", dit le refrain de la chanson Kané. Fauve ne chante pas mais balance à un rythme effréné ses textes "comme on parle à son pote", transposant des thèmes universels (amour, amitié, estime de soi, folie…) à sa génération d’enfants des années de crise.
 
Comme beaucoup de jeunes presque trentenaires, Fauve n’entend pas particulièrement être un porte-parole. Fauve veut juste faire les choses "à son rythme" et, à travers "l’aventure de ouf" qu’il vit, trouver sa place dans cette société.
 
Fauve Blizzard (Fauve Corp.) 2013
En concert à la Dame de Canton à Paris le 8 juin 
→ Site officiel de Fauve
→ la page Facebook de Fauve