Gaëtan Roussel revisite Bashung

Gaëtan Roussel revisite Bashung
Gaëtan Roussel et Philippe Almosnino © E.Sadaka

Il avait été l’artisan des dernières chansons d’Alain Bashung… Gaëtan Roussel a revisité ce week-end l’album Play Blessures dans le cadre des 29e Francofolies de La Rochelle. Une création iconoclaste qui a offert un prolongement à une pierre angulaire de la musique rock française.

Il faut tout d’abord rappeler le contexte du disque Play Blessures, devenu avec le temps un album culte du rock français. Un chanteur, Alain Bashung, alors pas tout à fait remis de son récent succès, rencontre un autre chanteur, Serge Gainsbourg, ayant lui aussi une relation bien particulière au succès, pour écrire un disque qui, à sa sortie en 1982 est un échec commercial. C’est donc cet album sombre et difficile d’accès qu’a repris Gaëtan Roussel, samedi 13 juillet et dimanche 14 juillet, dans le cadre des 29e Francofolies de La Rochelle.

Le chanteur du groupe Louise Attaque est trop jeune pour avoir écouté Play Blessures à sa sortie – il avait 11 ans- mais assez talentueux pour avoir été l’un de ceux qui ont écrit les dernières chansons de Bashung. Depuis sa collaboration au disque Bleu Pétrole, qu’il a en bonne partie écrit, il a rejoint le cercle fermé de ceux qui ont perpétué un certain esprit rock. Comme Bashung, Roussel aime la musique américaine et les grands espaces.

Malaxer Bashung

Le défi était de s’approprier ces chansons et les questions autour de cette "création unique pour deux dates", comme l’a rappelé Gérard Pont, le directeur des Francofolies de La Rochelle, ne manquaient pas. Pour mener à bien cette aventure, Gaëtan Roussel s’est donc entouré d’une équipe solide : Benjamin Lebeau du groupe The Shoes aux machines, Philippe Almosnino des Wampas à la guitare. Il a amené les chansons sur un tout autre terrain et il a préféré conserver l’esprit pionnier de Play Blessures plutôt que d’opter pour une relecture littérale.  

"J'ai voulu garder la dualité entre le rockabilly, l'organique et le synthétique, le mécanique. Ces boîtes à rythme, ce son, qui rappellent Suicide et Alan Vega. Mon approche a été de refaire le disque en studio. On l'a joué puis on s'en est éloigné. C'était ma manière de me l'approprier, d'y mettre beaucoup de moi", confiait le chanteur à l’hebdomadaire l’Express, avant les Francofolies.  

Fragments de Play blessures

Dans ce concert très cinématographique d’à peine cinquante minutes, tout est donc apparu fragmentaire : lumières, dispositif scénique, arrangements. Derrière une toile sur laquelle ont été projetées des lumières stroboscopiques, vertes, bleues ou blanches, des lanternes, quatre musiciens et un Gaëtan Roussel en noir. C’est comme si la voix nasillarde du chanteur, qui a semblé faire des allers venus vers le timbre de Bashung, avait dépassé ses limites grâce aux arrangements électro de Benjamin Lebeau.  

Passé à la moulinette électro, Play Blessures est devenu plus actuel que jamais et cette relecture singulière a sans aucun doute été l’un des très beaux concerts de ce début de Francofolies. Alors que le 14 juillet avait cette année une couleur très rock sur la grande scène grâce à Saez et à Skip the Use, Re-Play Blessures a été un événement. Ce n’est pas un hasard si, dans les travées du théâtre de La Rochelle, on pouvait apercevoir d’autres artistes eux aussi enfants du rock et quelque part de Bashung.

Alain Bashung Play Blessures (Barclay) 1982
Gaëtan Roussel, album à paraître en septembre

Site officiel de Gaétan Roussel
Page facebook de Gaétan Roussel