GiedRé, toujours en liberté

GiedRé, toujours en liberté
GiedRé © DR

De sa part, il ne faut pas s'attendre à un quelconque recentrage. Sur son (déjà) cinquième album, plus aventureux musicalement, intitulé sobrement Mon premier album avec d'autres instruments que juste la guitare, GiedRé pousse toujours le bouchon aussi loin. C'est impertinent, trash et parfois régressif. Plaisir coupable pour les uns, désolation pour les autres.

GiedRé s'empare à nouveau des turpitudes de notre société. Elle publie des disques avec la régularité d'un métronome. Et si cette enfant du désordre a commencé par en sortir trois en autodistribution, elle a désormais rejoint le circuit traditionnel. Un enchaînement logique après avoir allumé la mèche d'un buzz sur la toile et bénéficié d'un bouche-à-oreille retentissant.

Quand elle se produit sur scène, il faut voir le spectateur regarder son voisin, tentant d'obtenir son approbation pour rire de ces saillies subversives pas franchement reconnues par le code moral. Entendre également par là : cette fille est en quelque sorte l'anti-Jean-Pierre Pernault de la chanson.

Cette offrande-ci n'est pas des plus généreuses puisque seulement sept chansons – dont un remix dancefloor du fameux On fait tous caca – à se mettre sous la dent. Comme le titre de l'album l'indique, GiedRé délaisse quelque peu son habillage à la guitare acoustique pour ouvrir son champ sonore à d'autres instruments tels la batterie ou le xylophone.

Pour le reste, les chansons s'appuient sur les mêmes béquilles, c'est-à-dire pointer le doigt où ça fait mal, avec une bonne dose de cynisme et d'acidité. Entre une invitation à la mettre en veilleuse (Chut), une dénonciation de la misogynie ambiante (Toutes des putes), une énumération des manies ridicules du quotidien (Eh venez on arrête), GiedRé continue de tirer à boulets rouges.

A force de recourir à un humour pestilentiel ("180 secondes ça fait pas beaucoup plus de temps/ Mais il n'en faut pas plus pour te refiler un herpès purulent/ Pas plus non plus pour tomber sur une photo de ton père/ Sur le site de La Fistinière..."), la recette commence cependant à s'épuiser. Ce n'est pas toujours du meilleur goût pour provoquer l'hilarité générale. Et une fois l'effet de surprise ou de sidération passé, on n'a pas forcément envie d'y retourner.

GiedRé Mon premier album avec d'autres instruments que juste la guitare (Believe digital) 2014
En tournée en France à partir du 6 février et en concert à l'Olympia le 6 mars.

Page Facebook de GiedRé
Site officiel de GiedRé