Irma, l'enchanteresse

Irma, l'enchanteresse
Irma © DR

Elle savait qu'elle serait attendue au tournant. Trois ans après la divine surprise Letter to the lord, Irma fait montre à nouveau de sensibilité et de personnalité. Plus éclectique que son prédécesseur, Faces est promis à de beaux lendemains.

Elle en a usé des scènes, l'attachante Irma, avant de passer au cap toujours délicat du deuxième album. Pas étonnant en même temps de la part de quelqu'un qui a fait du live presque une profession de foi. Cette tournée marathon a néanmoins laissé psychologiquement des traces. D'où un inévitable coup de blues postfrénésie. "Après cet incroyable tourbillon, j'ai ressenti un gros vide. Quand tu te poses, c'est assez violent. On peut facilement perdre la tête. Mais j'ai de la chance d'avoir un entourage particulièrement apaisant".

Ce n'est pas un scoop, la chanteuse franco-camerounaise n'a pas eu besoin de round d'observation pour marquer son territoire. Letter to the lord, sorti en 2011 et financé en deux jours par 416 internautes sous le label participatif My Major Compagny, a culminé en fin de course à près de 200.000 exemplaires. Écrit par Irma à l'âge de 13 ans, le titre fédérateur I know est choisi par Google pour la campagne de son navigateur Chrome. Squattage intensif aussi des radios. C'est son passeport pour l'éternité.
 
Elle qui pensait il n'y a encore pas si longtemps que chanteuse n'était qu'un rêve de petite fille, s'est enfin rendue à l'évidence. À force de persévérance et évidemment d'une once de talent, tout est possible. "Quand j'ai entendu le discours de Xavier Dolan au moment où il a reçu son prix au Festival de Cannes*, j'ai été très émue. Il faut croire en ses rêves, avancer, travailler et être dans l'action".
 
Ecriture de Faces à New York

Irma a besoin d'une pause dans le cycle infernal écriture-album-concerts. Et surtout de changer d'air. Un refuge retranché en Auvergne ? Un retour aux sources à Douala ? Mauvaise pioche. Ce sera New York et son énergie fourmillante. "Cela aurait pu être une autre ville. Mais j'étais vraiment attirée par elle. J'y étais déjà allée, mais comme c'était à chaque fois très court, je n'avais pas pu saisir son dynamisme créatif".

 
Elle y pose ses valises pendant plus d'un an, se balade avec un bloc-notes, filme les gens croisés par hasard, et visionne le soir les images. "J'ai partagé leurs expériences, je leur posais des questions. C'est l'aspect visuel qui a inspiré mes textes. Ces rencontres m'ont permis de me réoxygéner humainement ainsi que de me libérer au niveau de l'écriture".
Avant la sortie physique de Faces, Irma a une nécessité vitale. Celle d'offrir ses nouveaux morceaux au quidam. Cette fois-ci, ce sera d'abord de l'autre côté de l'Atlantique. Elle organise également des concerts sauvages en France. "Lorsque tu écris et enregistres, tu es dans une sorte de bulle. Il y avait chez moi comme une urgence de rejouer les chansons. On prévenait les gens une ou deux heures avant sur Facebook".
 
C'est un album racé, une promesse tenue. Il s'écoute d'une traite et sans fin. Irma brouille ici davantage les pistes. S'impose hors des chapelles. S'ouvre à tous les vents. Joue un folk-pop qui affirme son cosmopolisme. Entre une entrée en matière pleine de délicatesse (Hear me out), une incursion funky savoureuse (Trouble maker) et une tendresse élégante (Where do you go), tous les voyants sont au vert.
 
"J'avais cette volonté de suivre mes intuitions du moment. Cette évolution a été faite suite à ma vie personnelle et je ne voulais me mettre aucune barrière". Il suffit d'entendre une fois la mélodie de Love me pour comprendre ce que c'est d'avoir une chanson dans la tête. Et on imagine déjà sa ferveur communicative sur scène. Quoi d'autre ? Il y a cette voix profonde, feutrée et chaleureuse. Il y a ce puissant solo de guitare de -M- sur Catch the wind. Il y a enfin une fille faite d'ondes positives contagieuses.
 
*Le réalisateur canadien a reçu le Prix du Jury en mai dernier au Festival international du film de Cannes
 
Irma Faces (My Major Company) 2014
A écouter : la session live dans La Bande Passante (05/06/2014)
Site officiel d'Irma
Page Facebook d'Irma