Le charme discret d’Alain Souchon et Laurent Voulzy

Le charme discret d’Alain Souchon et Laurent Voulzy
© DR

Le premier disque co-écrit par les deux complices Souchon et Voulzy tient-il les promesses de cette réunion de deux talents ? L’album, éponyme, suscite plutôt une légère déception malgré l’harmonie, la tendresse et le savoir-faire qui s’imposent au fil des pistes. Écoute…

Dix ans qu’on l’attendait, ce disque à deux voix et quatre mains, manifeste d’une amitié longue de quarante ans, témoignage d’une complicité artistique sans faille – Voulzy à la composition musicale, Souchon aux paroles, tous deux créateurs de tubes inusables (J’ai dix ans, Bidon, Rockcollection, etc.).

Une semaine après sa sortie, le 24 novembre dernier, ce disque éponyme, album "événement", se classait en tête des ventes, avec plus de 63 000 exemplaires vendus. Pourtant, loin du chef-d’œuvre attendu, la conjonction de ces deux monuments de la chanson ne se révèle pas tout à fait à la hauteur de ses promesses… Les douze titres, en demi-teinte, provoquent une légère déception.

 
Ici, nulle chanson ne touche réellement le cœur, aucune ne fait mouche ni ne semble vouloir laisser, sur la mémoire et l’âme, une empreinte mémorable. Son écoute n’en demeure pas moins plaisante. Les deux compères confirment leur talent de conteurs d’histoire, d’inventeurs de ballades voyageuses, lyriques, ou amoureuses.
 
Une harmonie sans faille, une quiétude, une tendresse
 
Du road-movie sentimental sur routes de banlieue (En Ile-de-France), à la traversée maritime et sensuelle d’Idylle anglo-normande, du très nostalgique Souffrir de se souvenir au contemplatif La Baie des Fourmis, de l’évocation de la veuve éplorée de Saint-Exupéry après le crash (Consuelo), à l’engagé Oiseau Malin, en passant par les deux interludes-comptines (Ils étaient deux garçons ; On était beau) : le duo, deux voix tour à tour successives, entremêlées, polyphoniques, peint ces tableaux sur une musique pop, sucrée, d’excellente facture, joliment ciselée, aux accents "beatlesiens".
 
Ce qui se dégage finalement ? Une harmonie sans faille, une quiétude, une tendresse, une humilité ainsi qu’un goût certain pour les petits bonheurs du quotidien. Ce disque, impressionniste, tient de l’aquarelle : sans éclat, mais d’un charme discret et tenace, qui résonne, en un sourire, après le dernier accord.

 

 

Alain Souchon et Laurent Voulzy Alain Souchon & Laurent Voulzy (Parlophone / Warner) 2014
Site officiel d’Alain Souchon et Laurent Voulzy
 
Ecoutez Alain Souchon et Laurent Voulzy dans la Session Live de la Bande passante sur RFI (11/12/2014)