Eddy Mitchell, cœur de crooner

Eddy Mitchell, cœur de crooner
Eddy Mitchell © DR

Pour son 36e album studio, Eddy Mitchell s’offre le luxe d’un Big Band, comme l'annonce le titre : un grand orchestre 100% swing, qui constitue un bel écrin à sa voix sans égratignure, à ses textes, en équilibre entre humour et nostalgie.

Ça claque, ça flamboie, ça rutile ! Pour son 36e album studio, enregistré à Los Angeles en trois jours, Eddy Mitchell, 73 ans au compteur, s’offre un rêve de gosse : au cœur d’un big band, composé de la crème des musiciens américains, mené et arrangé de main de maître par Rob Mounsey (Aretha Franklin, Usher, Madonna…), recommandé par Quincy Jones himself, il y a près de vingt ans, le vieux lion revêt ses plus beaux atours de crooner, pose son chant jubilatoire, carbure à l’enthousiasme…

Évoluant au sein de ces compositions, signées de son alter ego Pierre Papadiamandis, jouées selon le strict héritage des héros du style, Count Basie ou Glenn Miller, la voix de Mitchell n’a pas pris une ride – pleine, précise, bluesy. Sur ces sillons, "Schmoll", signe lui-même ses textes : des regards jetés sur son époque, teintés de nostalgie, empreints d’une légère ironie.
 
Ainsi chante-t-il des mots justes lorsqu’il évoque le business des psys et réparateurs du cœur (Combien je vous dois ?) ; des mots forts, sur le très soul Quelque chose a changé, d’après Sam Cook, en hommage à Martin Luther King ; des mots parfois irritants lorsqu’il abuse du rétroviseur – la carte postale romantico-datée de Paris dans Tu ressembles à hier, ou son aversion pour la technologie et les réseaux sociaux dans Je n’ai pas d’amis ; des mots – osons-le, en toute impartialité – stupides lorsqu’il évoque les journalistes et critiques (Journaliste et Critique)…
 
Entre classe vintage et légère ringardise, "rêve américain" et hommage à Frank Sinatra (Il faut vivre vite), Big Band s’impose comme un exercice de style plutôt réussi, d’écoute et de facture agréable, un disque honnête et non révolutionnaire, une galette sage, un brin passéiste, sans la moindre fausse note.  
 
Eddy Mitchell Big Band (Polydor) 2015
Site officiel d'Eddy Mitchell
Page Facebook d'Eddy Mitchell

En concert à partir du 15 mars 2016 au Palais des Sports à Paris