Axelle Red, l’hommage à ses chansons

Axelle Red, l’hommage à ses chansons
Axelle Red © Alex Salinas

Avec The Songs, Axelle Red revisite en version acoustique 24 de ses chansons – douze tubes et autant d’inconnues : un portrait intime et tout en pudeur, de la chanteuse aux cheveux de feu. L’occasion d’évoquer avec elle son large répertoire, son parcours et le miracle de ses chansons. Rencontre...

RFI Musique : Pourquoi avez-vous décidé de réaliser The Songs, ce double Best of  ? Axelle Red : Il ne s’agit pas vraiment d’un Best of, puisque parmi les 24 titres, coexistent 12 tubes, et autant de chansons exhumées de l’oubli. J’avais besoin de livrer ce portrait intime. Mes chansons tissent ma vie, la racontent. Avec ce double disque, je plonge dans ma boîte de photos, expose à la lumière les clichés les plus révélateurs de mon existence. 

Dans quel état d’esprit avez-vous ouvert cette "boîte aux souvenirs" de plus d’une centaine de chansons ?
Sitôt finis, je ne réécoute jamais mes disques. Je crée chacun en réaction au précédent : une réponse à mes frustrations, à mes désirs. Par exemple, pour Jardin Secret, très arrangé – cordes, piano, etc. –, j’avais besoin d’utopie, d’idéalisme, de beauté, portée par une voix de tête. Le disque d’après, en anglais, était donc plus roots, plus blues, sur des thèmes engagés. Pour chaque album, je me fixe des règles. Tellement, que j’avais, pour une fois, l’envie de retrouver la fraîcheur, la liberté d’un premier disque, libre de toute contrainte, de toute comparaison. J’ai donc eu cette audace, de replonger dans mes créations, encouragée par ma dernière fille, qui les écoutait en boucle, pendant qu’elle jouait dans sa chambre…
 
Quelles réactions avez-vous eues à l’écoute de vos titres ?
Une fierté solide, malgré tous les doutes qui m’assaillent. Certes, je ne serai plus jamais une chanteuse "nouvelle"… Mais personne ne m’enlèvera ce que j’ai accompli : mes chansons, traces de vie, me fondent. Certaines pourraient être améliorées, métamorphosées, différentes, mais je les aime telles quelles. Elles me tiennent !
 
Y a-il certaines chansons qui ne vous paraissent plus du tout d’actualité ?
Non. Je peux revivre, en esprit, chaque chanson. Sur scène, j’interprète un même texte différemment, chaque soir. J’ai assez d’imagination pour revivre, à la grâce des souvenirs, un moment heureux, une naissance, une rupture ; assez d’imagination pour les transposer dans un autre contexte, sur une autre personne, pour ressentir l’empathie d’une douleur. Et puis, parfois, quand la lassitude vient, je les modifie, je leur apporte des nuances. Si tu savais, par exemple, a été écrite pour la naissance de ma fille aînée, 17 ans aujourd’hui. Je l’ai chantée, avec 5000 couleurs différentes, selon l’émotion du jour. Et puis, parties d’histoires personnelles, mes chansons m’échappent toujours.
 
Votre titre fétiche ?
Si tu savais, justement, si puissant, avec ses harmonies mineures… Qu’on le joue de façon slow, ou rythmée, accompagné d’une batterie, une intensité surnaturelle se dégage de sa composition. Il me sublime…
 
Ressentez-vous le poids des tubes comme avec Sensualité ?
À un moment donné, en effet, j’ai ressenti, par rapport à ce titre, un sentiment négatif… vite envolé ! Cette chanson invite à creuser plus loin dans mon répertoire : une porte d’entrée ! Elle fait partie de la vie des gens ! J’en suis fière. J’aime sa fraîcheur, ses ingrédients soul-pop : ma signature, ma carte de visite, même si je ne souhaite pas qu’elle me résume. 
 
Y a-t-il dans votre répertoire des chansons trop méconnues, selon vous ?
Présidente, par exemple, ne saurait manquer à mon portrait. Elle constitue la conclusion positive de mon disque en anglais, révolté. Je reviens toujours à des notes de gaité. Elle résume mon féminisme, mon "humanisme", mon optimisme. 
 
 
Que signifie pour vous une chanson réussie ?
Je m’inspire d’une époque où écrire une chanson était un "vrai" métier. À Broadway, les compositeurs, formés expressément à l’exercice, enfermés dans des chambres, créaient leurs œuvres. Une exigence sans failles, que j’essaie de conserver ! Moi, je pars du cœur, la musique, puis je couds des vêtements – la production –, seulement enfin j’écris le texte ! Une chanson se trouve réussie lorsque sa mélodie, ses accords sonnent comme une évidence, qu’il n’y pas une seule note à modifier. Pareil pour les textes : nul mot à bousculer ! Dans ce film qu’est une chanson, tout s’éclaire en une phrase !
 
Comment naît le miracle d’une chanson ?
Par hasard. Par chance. Je me rappelle un moment précis. Depuis deux heures, je travaillais au piano, essayais un tas d’options. Mon mari m’a dit : "j’ai entendu une chouette mélodie". J’ai su tout de suite de quoi il s’agissait. Le refrain de Rouge Ardent, évident, beau. La création s’impose à vous comme un coup de foudre. Je suis ravie quand une chanson arrive !
 
Pourquoi avez-vous repris vos titres en acoustique sur ce disque ?
Un tempo enlevé, les rythmes, le groove, une grosse production, des arrangements foisonnants, noient parfois les éléments d’une composition réussie : de beaux accords, un beau texte, l’émotion de la voix. Sans trahir les chansons dans leur esprit – le texte, le rythme, la mélodie –, je replace ces fondamentaux sous les projecteurs. Je me donne aussi plus d’espace, plus de liberté, plus de puissance paradoxalement. Je gagne en intensité ! Et puis, "acoustique" ne veut pas dire "ballade" : je garde ce côté groove, "up tempo", qui swingue ! Par ce disque, je rends hommage à mes chansons.
 
Quel bilan tirez-vous de cet album ; vous êtes-vous redécouverte ?
Non… Lors de Sisters and Empathy, j’avais beaucoup écrit. Je m’étais posé une foule de questions, et j’avais déjà trouvé sur moi, certaines réponses. Et puis, à travers mes enfants, j’apprends tous les jours. Tout change... Donc non, je ne me suis pas redécouverte. Mais j’ai trouvé la paix. The Songs m’a permis de libérer mon esprit, bloqué. J’ai ressuscité mes chansons, ces orphelines. Je leur ai donné une nouvelle chance d’exister. J'ai permis la naissance d’autres créations. Je saisis ces 24 titres comme une chance. Ce disque me fait du bien, il rouvre un chemin : je ne pourrai plus jamais être nouvelle, mais je suis désormais en phase avec mon passé, mon présent, et mon futur.
 
Axelle Red The Songs (Acoustic) (Warner Music) 2016
Site officiel d'Axelle Red
Page Facebook d'Axelle Red

En concert au Théâtre de Paris le 21 mars 2016