La pop synthétique de Synapson

La pop synthétique de Synapson
Synapson 2015 © J.Bandit

Le duo français Synapson publie un second album, Convergence, porté par deux chansons discrètement rehaussées d'un peu de musiques électroniques, l'une de Victor Démé, l'autre interprétée par Anna Kova. Une électro-pop aujourd'hui très en vogue.

Ils représentent une des dernières tendances des musiques électroniques, popularisée par Robin Schulz (avec son remix du duo français Lilly Wood & The Prick), The Avener ou Joris Delacroix : des chansons électro doucereuses à mille lieux de l'EDM bodybuildée incarnée par David Guetta, Major Lazer ou DJ Snake. Dans cette famille musicale assez pop, il s'agit de chansons légères, de refrains accessibles et d'effets électroniques discrets. Seul point commun, ce sont des chansons que l'on peut fredonner, ce qui n'est plus souvent le cas dans les musiques électroniques. À ses débuts au milieu des années 1980, la house music ―héritière de la disco― affectionnait les couplets et les refrains (Frankie Knuckles, Raze, Ralphi Rosario…) mais ne se destinait qu'aux danseurs.

Synapson, ce sont deux garçons nés en 1987, Alexandre Chiere et Paul Cucuron. Le musicien et le geek, le touche-à-tout (clavier, sax, voix) et le féru de nouvelles technologies (batterie, programmation, mix). Ils se connaissent depuis que, gamins, ils allaient chaque été dans la même résidence en vacances à Biarritz, sur la côte atlantique française. Alexandre a appris le piano dès l'âge de 6 ans et son père l'a initié à la house music des années 1990. Il s'est épanoui dans l'improvisation, le jazz et le blues. Paul s'est mis au scratch grâce à un grand frère DJ et écoutait du rap comme du rock, de NTM à Nirvana.
 
Mode et stars
 

En 2010, ils publient un premier EP intitulé Haute Couture. "Nous nous sommes présentés genre "dandy chic" pour nous différencier des "fluo kids" de l'époque" avoue Paul. Le duo passe des disques lors de défilés de mode ou lors de trois éditions du Festival de Cannes, comme DJ officiels. Leurs idoles sont Miguel Migs, Pillowtalk ou David August. Très loin des bruyants et branchés fluo kids, représentés à la fin des années 2000 par Klaxons ou le label français Ed Banger.

 
S'ils ne renient pas leur premier album, Stendhal Syndrome paru en 2012, ils le jugent réalisé un peu dans l'urgence, voire fouillis. "Pour ce second album, nous étions plus matures et moins pressés. Nous travaillons d'abord chacun de notre côté, sans nous voir. Nous nous envoyons des maquettes par le Net et les travaillons avant de terminer les morceaux ensemble" confie Alexandre. De ce second opus, intitulé Convergence, ils ont publié un premier titre interprété par le chanteur burkinabè Victor Démé, disparu fin septembre 2015. Mélodie imparable et gros succès sur la Toile. Djon Maya est en réalité un remix d'un titre du chanteur et guitariste africain publié en 2008.
 
Heureusement, Synapson ne pousse pas le bouchon aussi loin que The Avener, qui s'approprie des œuvres qu'il a remixées. Le duo a composé les douze autres chansons de l'album, comme Only You que l'on peut entendre sur pratiquement toutes les radios françaises. Les chanteurs et chanteuses invités sont nombreux : Anna Kova, Benjamin Diamond, Sirius Trema… Le duo se produit en DJ en clubs mais aussi dans des salles de concert. Synapson donnera donc autant envie de danser que de fredonner sur ses chansons.
 
Synapson Convergence (Parlophone/Warner Music) 2015
 
Site officiel de Synapson
Page facebook de Synapson

En concert le 13 novembre au Zénith de Paris