Island Africa Talent, Deenyz a gagné !

<i>Island Africa Talent</i>, Deenyz a gagné !
Les trois candidats attendent le verdict © DR

Voici enfin venu le temps du dénouement du télé-crochet Island Africa Talent et c’est la candidate malgache, Deenyz, qui l’emporte ! Retour sur un dernier prime chargé en émotions !

Nous y voilà ! Après huit semaines d’entraînement intensif, de coaching vocal et scénique, de commentaires sévères ou attendris des jurys, les finalistes vont enfin être fixés ! Qui de Deenyz de Madagascar, Danielle du Cameroun ou Bill de RDC va remporter la victoire ?

A l’issue de ces deux heures d’émission, le destin du gagnant va basculer avec un chèque de cinq millions de francs CFA, mais surtout l’opportunité d’intégrer l’écurie Island Africa, le nouveau label d’Universal pour le continent, avec un premier album produit par la major. Côté Island Africa, l’issue de ce prime est aussi déterminant : quelle voix, quelle personnalité, quel visage saura devenir le "futur Stromae d’Afrique" ?
 
Promesse
 
D’ailleurs, comme un clin d’œil appuyé au succès qui les attend peut être, le talentueux Belge, double symbole d’innovation artistique et de réussite commerciale est là, via un écran géant pour encourager les candidats. Il en profite pour donner rendez-vous à ses nombreux fans d’Afrique : en 2015, promis, il sera en tournée sur le continent !
 

Après quelques mots de David Monsoh et Barbara Kanam, Didier Awadi annonce avec solennité : "Aujourd’hui, c’est un moment important, celui qui sortira du lot sera accompagné par Universal et deviendra une méga star. C’est la première fois que cette maison de disques vient en Afrique et investit autant d’argent. En tant que jury, c’est un redoutable honneur et on va essayer d’être à la hauteur".

 
Et pour départager les trois finalistes, la production leur a imposé deux passages cette semaine. Danielle démarre avec la reprise de Show Me The Way, de Papa Wemba. Une voix haut-perchée, loin de son registre de prédilection, pourtant interprété avec grâce. "Tu as une très bonne énergie, on le sent. Quelle que soit l’issue de cette finale, tu es mon coup de cœur de ce concours", glisse Barbara Kanam.
 
C’est ensuite à Bill, le chouchou de l’INP de Yamoussoukro, de rentrer en scène avec une reprise du Nigérian Fela Kuti, Water Not Get Enemy. Chemise ouverte, regard direct, l’exercice lui donne de l’épaisseur, même si sa voix ne suit pas à tous les coups. "On écoute Fela surtout pour le texte et le rythme. Tu as pris des risques mélodiques. Quelquefois, ça a été presque fatal, mais tu as relevé dignement le challenge", rassure Awadi.
 
Vient ensuite le tour de Deenyz, 25 ans, la candidate malgache, plébiscitée par les réseaux sociaux et numéro un du concours pendant quatre semaines. Elle reprend Vulindlela de la diva de la pop sud-africaine Brenda Fassie avec fraîcheur et justesse.
 
A Tamatave, à l’est de Madagascar, Deenyz était connue pour ses concerts r’n’b et soul, mais depuis Yamoussoukro, elle sent que tout peut basculer : "Ce concours a déjà changé ma vie, ça m’a transformée, je ne me reconnais pas et pourtant c’est complètement moi. Je me découvre". Les membres du jury sont unanimes : Deenyz a une voix, elle est solaire et sincère, le public l’acclame. Les dés sont-ils jetés pour autant ?
 
Le verdict
 

Danielle revient sur scène avec Rythm is love de Keziah Jones. En extase, tout en sensualité, elle est complètement dans son registre. "Quand je fermais les yeux, j’avais l’impression d’entendre Angie Stone", souffle Barbara Kanam. Bill chante Love Me Again de John Newman, mais malgré toutes ses qualités, il ne fait plus le poids face au duo de tête.

Magistrale, Deenyz revient avec Killing Me Softly With His Song des Fugees. Le public est en délire, il a visiblement choisi son héroïne.
 
Tout s’accélère : réunis sur l’estrade, main dans la main, les trois finalistes attendent le verdict. "C’est une fierté pour moi d’avoir participé à cette émission, qui montre une Afrique travailleuse, ambitieuse et émergente. Maintenant, c’est le côté business qui va primer", analyse David Monsoh en producteur averti.
 
Sous une pluie de confettis, l’annonce est faite : Deenyz remporte l’Island Africa Talent ! Un fan en costume cravate bondit de son siège et vient étreindre la Malgache, assommée par la nouvelle. Tous les candidats se pressent autour d’elle, tandis que Romain Bilharz, le patron d’Island Africa, celui qui a révélé au grand public Ayo, Ben L’Oncle Soul ou Stromae, s’adresse à elle, visiblement très ému : "J’ai hâte de commencer à travailler sur ton album, Deenyz".
 
Minuscule derrière son énorme chèque en carton de cinq millions de francs CFA, la petite Malgache, venue à Antananarivo au casting de l’Island Africa Talent après une nuit de route à travers l’île rouge sans trop savoir ce qui l’attendait n’a pas d’autres mots que "merci".

A voir : les images de la finale d'Island Africa Talent

Site officiel d'Island Africa Talent
Page facebook d'Island Africa Talent