Amadou Balaké, sublime crépuscule

Amadou Balaké, sublime crépuscule
Amadou Balaké © DR

Point final d’une carrière magistrale, In Conclusion s’étire sur onze morceaux profonds, impertinents ou majestueux qui rendent grâce au talent hors-pair du Burkinabè Amadou Balaké.

Comment apporter un point final à une carrière de plus de cinquante années de musique comme celle d’Amadou Balaké ? Cette immense voix d’Afrique de l’Ouest, auteur extraordinaire, a tout chanté ou presque, devancé les modes, ambiancé les nuits de Ouagadougou, Bamako, Abidjan, Dakar, mais aussi, New York et Paris. 

A cheval sur trois continents, nombreux genres et plusieurs orchestres - dont Africando, qu’il avait rejoint en 2001-, son itinéraire raconte une bonne partie de l’histoire de la musique populaire ouest-africaine post indépendances.
 
Décédé en 2014, des suites du diabète qui le rongeait depuis plusieurs années, Amadou Traoré dit "Balaké" vivait à Ouagadougou où il continuait à chanter régulièrement. In Conclusion, son album testament y a été enregistré entre mai et juin 2013, le plus souvent en une seule prise, avec une énergie et une charge émotionnelle rare.
 
Pas de salsa ici, mais des clins d’œil au blues, au rock, au funk, au warba, à l’afro-beat et bien sûr, à la musique mandingue. On y entend la plupart des morceaux qui ont marqué sa carrière, remarquablement bien arrangés et portés avec fougue par Balaké et ses musiciens.
 

Les funky Kambélé Ba, Bar Konon Mousso, (alias Musicien n’est pas quelqu’un), Fanta ou le rock sixties Yéllé donnent la mesure de l’éclectisme du personnage. Pour la première fois sur disque, figure le morceau phare de son répertoire scénique, Balaké, appris en Guinée auprès du Bembeya Jazz, et dont l’interprétation marquante lui a donné son surnom.

Sommet d’émotion, le morceau prend des airs de blues mandingue et Amadou Balaké, à la voix voilée par des milliers de cigarettes et de nuits blanches, sait qu’il est au crépuscule de sa carrière et de sa vie.

Conscients d’enregistrer une version du morceau d’ores et déjà mythique, les chœurs lui répondent du bout des lèvres, pour laisser toute sa place au maître. A presque soixante-dix ans et considérablement diminué physiquement, Amadou Balaké n’en était pas moins au sommet de son art.

 
Amadou Balaké In conclusion (Sterns Music) 2015