Sidi Bemol, kabyle universel

Sidi Bemol, kabyle universel
Sidi Bemol © DR

Après avoir cosigné en 2012 la musique de la première comédie musicale algérienne intitulée La Place, pour laquelle il a été récompensé, Hocine Boukella et son incarnation musicale Sidi Bemol prennent le large avec Âfya, un disque sous influence indienne.

Terminé grâce au financement participatif qui s’impose de plus en plus comme une alternative pour boucler des projets musicaux hors des sentiers (re)battus, Âfya est un album qui s’apparente à la fois à un instantané et, paradoxalement, à une résultante de forces musicales, une somme d’expériences et d’influences que le chanteur s’amuse à relier entre elles.

Il y a d’abord la volonté de donner une suite concrète, matérielle, à la rencontre en 2012 avec les musiciens indiens du Rajasthan dans le cadre du festival Gitans, Origines organisé à Alger. L’homme qui se cache derrière le patronyme inventé de Sidi Bemol (affublé depuis ses débuts d’un titre de “cheikh” dont il a décidé de se passer dorénavant) était venu présenter dans son pays natal son spectacle Berbéro drom, lui-même déjà le fruit d’un dialogue entre sa culture et celles d’Europe de l’Est et de Turquie.

Si ces multiples données expliquent ce neuvième disque et la direction musicale suivie pour l’occasion, il ne faut pas longtemps pour se souvenir qu’il existe aussi chez Sidi Bemol une dimension berbéro-celtique cultivée depuis Thalweg en 2000. Pas de biniou ni de bombarde ici, mais l’auteur des deux volumes des Chants de marins kabyles donne la parole au couple sax soprano-violon, joués par deux anciens élèves de l’école du jazzman Didier Lockwood.

De quoi brouiller ainsi les pistes, comme sur Oylum. L’attaque du morceau pourrait faire penser à une rengaine bretonne dont Alan Stivell se régalerait, alors qu’il s’agit en réalité d’un thème traditionnel turc ! Plus loin, après une escapade aux couleurs jamaïcaines (Viraj), surgit une adaptation de The Face of Love, rebaptisée Âfya. Interprétée à l’origine, en 1995, par le Pakistanais Nusrat Fateh Ali Khan, elle donne l’occasion aux invités indiens du groupe Dhoad de s’illustrer avec leurs tablas.

Dans son périple, Hocine Boukella revient aussi chez lui pour honorer la mémoire de Slimane Azem, figure de la musique kabyle des années 60 et 70, avec une reprise de Saa. L’exil, imposé ou volontaire, l’amène aussi à faire un détour par son propre passé avec Apatride, qui s’appelait Ballade apatride au temps du premier album de Cheikh Sidi Bemol sur lequel elle figurait en 1998. Un texte en français, des mots forts, une émotion qui traverse les instruments, le micro, avec une voix et un chant qui prennent par moment des accents “aznavouriens” aussi vibrants qu’inattendus.

Sidi Bemol, Âfya (CSB Prod / Rue Stendhal / RFI Talent) 2014
En concert les 3 et 4 avril au Studio de l'Ermitage à Paris
Site officiel de Sidi Bemol   
Page Facebook de Sidi Bemol    
A lire aussi : Cheikh Sidi Bemol, du labo au micro (07/06/2010)