Naïssam Jalal & Rhythms of Resistance

Naïssam Jalal & Rhythms of Resistance
Naïssam Jalal © DR

Avec son quintette, le Rhythms of Resistance, la flûtiste franco-syrienne Naïssam Jalal, fait entendre une musique jazz, singulière et multiple, à la croisée des métissages, entre Orient et Occident.

Dans l’ébullition des Printemps arabes, en 2011, une voix s’élève, un souffle, le chant d’une flûte, la douceur d’un nay, que viennent entourer quatre autres musiciens (un saxophoniste, un guitariste, un contrebassiste et un batteur) : dans le vacarme des révoltes, l’enthousiasme d’un nouveau matin, la Franco-Syrienne Naïssam Jalal, "lady flûte on the groove", telle qu’elle se surnomme, fonde son quintette, le Rhythms of Resistance, aux accents jazz allègres, à la virtuosité implacable, en équilibre solide entre Orient et Occident.

Quatre ans plus tard, la jeune musicienne, remarquée au côté du rappeur libanais Rayess Bek, de Tony Allen, Cheikh Tidiane Seck, Fatoumata Diawara, ou Aziz Sahmaoui, sort avec ses comparses, le superbe Osloob Hayati. Au fil de ses huit plages, tantôt méditatives, tantôt tempétueuses, serties de belles trouvailles mélodiques, et d’improvisations de haut vol, se dessine le portrait d’une artiste singulière, bien ancrée dans son temps : à la fois européenne et arabe, nomade et sédentaire, biberonnée aux bienfaits positifs de la mondialisation, aux métissages et aux croisements de sons en tous sens, tel que les inventent ses musiciens aux origines multiples (Maroc, Allemagne, Hongrie, Italie).

 
Dans cet album et tous ses télescopages, dans sa multiplicité d’apports et d’influx, s’entend bien sûr son vœu de résistance, une façon de contrer la médiocrité, et l’uniformisation, une volonté heureuse d’honorer les rencontres. Dans ses rages, et ses titres "politiques" (Beirut ; Frontières ; Parfois, c’est plus fort que toi), s’affirme un engagement à cœur ouvert.
 
Mais l’essentiel se niche ailleurs : dans son universalité, ses émotions déclinées et son jazz polymorphe, dans son groove et l’explosion d’instruments, comme autant d’émotions, dans son regard tendre et solaire, jeté sur la musique… Un disque qui réveille autant qu’il apaise.
 

 

Naïssam Jalal & Rhythms of Resistance Osloob Hayati (Les Couleurs du son/RFI Talent) 2015

 
A écouter : la session live dans Musique du Monde (21/03/2015)