Revolver, pop en balades

Revolver, pop en balades
© s.leblon

Depuis leur premier album, Music For a While, sorti en juin 2009, énorme succès, Jérémie, Ambroise et Christophe, les trois garçons du groupe Revolver, ont multiplié les concerts et les tournées, notamment aux Etats-Unis. De ces expériences de vie, de ces périples, a émergé Let Go, un album de lâcher-prise qui débride les émotions et la pop virtuose.

Automne 2011 – réveil à 6h00 du matin, on the road again, sur la route encore... Entre-aperçues derrière les rideaux du Tour Bus de Revolver, les étendues majestueuses du désert du Nouveau Mexique. Frissons. Escale à Phoenix, cette ville parking de 200km/200km, grosse banlieue alanguie, qui "ferait passer Los Angeles pour Carcassonne". Energie de la tournée, adrénaline, mode de survie.

Craquage à Nashville, sous le soleil brûlant et la touffeur d’un après-midi moite, dans le vide sidéral d’un bar-barbecue glauque, où ils se produisent. Et puis la Nouvelle Orléans, New York, Chicago, Montréal, Boston, Austin... en 28 jours de leur grande tournée américaine, les trois frenchies de Revolver ont assuré 25 dates dans 25 villes différentes : un marathon, où s’enchaînent les prestations survoltées dans les clubs.

Fatigue, émotions à fleur de peau, nerfs à vif, vie nomade, collective, métamorphoses dues à l’éloignement... Ici, dans le véhicule qui les trimballe de salle en salle, avant les balances, dans les rares moments de vide, Jérémie, Ambroise et Christophe composent, gratouillent, s’amusent, laissent affleurer les chansons, ouvrent les vannes de la créativité.

L'ère du lacher-prise

Loin de la composition studieuse de leur premier album, Music for a While, sorti en juin 2009, où les trois garçons, concentrés sur ce moment de création, planchaient sérieusement sur leurs arrangements, ce nouvel opus marque l’ère du lâcher-prise, comme l’indique son titre : Let Go. Né des voyages, des milliers de miles avalés, de l’énergie des lives, du désir de danser, ce deuxième disque, finalisé en studio sous la houlette du producteur complice Julien Delfaud, salue la liberté.

Surtout, Let Go marque une nouvelle étape pour ce groupe, à l’épopée miraculeuse. C’était il y a trois ans : les trois potes, dont deux se rencontrent gamins dans les rangs de la Maîtrise de Notre-Dame de Paris (Ambroise et Jérémie) et deux sur les bancs du collège (Ambroise et Christophe), façonnent dans leur coin leur pop de chambre à trois voix, tissé du rythme des guitares et des contrepoints du violoncelle.

Au fil de concerts acoustiques chez des amis, ils élaborent leur signature, un savant mélange de musique pop et de classique, tant inspiré des Beatles que du compositeur baroque britannique Henry Purcell. Comme tout groupe qui se respecte, ils possèdent une page Myspace, vite laissée en friche, sur laquelle tombe, au hasard, un directeur artistique de chez EMI. Il suffira de quelques messages échangés pour que Revolver signe chez le prestigieux label.

A partir de là, tout s’enchaîne. Le trio s’électrise, ajoute une batterie, quitte le cocon rassurant de leurs appartements, pour se retrouver parachutés sur les plus grandes scènes hexagonales : "En un clin d’œil, on a atterri sur des émissions télé comme Taratata, ou dans des énormes festivals tels Les Vieilles Charrues. Et là, tu te retrouves devant 50.000 personnes (l’équivalent d’un stade !) qui connaissent tes chansons. Alors, fatalement, tu te demandes ce qui t’échappe, si tu n’es pas en train de te perdre, si tu parviendras à maîtriser le phénomène..."

Une saine amitié

Dans le tourbillon médiatique, les Revolver fondent leur solidité sur la trinité. Leur saine amitié leur permet de ne pas flancher, de garder la tête froide... Doucement, plongé dans le grand bain, ils apprennent à nager sans boire la tasse, évoluent, passent de la stature de grands ados timides à celle de bêtes de scène, capable de faire se déhancher les hordes venues les applaudir. Il faudra pourtant une thérapie à l’envers pour remettre les pendules à l’heure et boucler la boucle. Aux Etats-Unis, les trois membres de Revolver repartent de zéro, écument les rades, où ils font figure d’inconnus, se frottent à la concurrence de groupes émérites sur la terre du rock’n’roll. "On a enfin eu ce parcours initiatique que rencontrent tous les groupes qui débutent !", s’enthousiasment-ils.

De la somme de ces expériences de ces trois dernières années, émerge donc cette synthèse, cette quintessence, Let Go, un album racé, forgé par la vie, classieux mais non classique, qui assume autant les belles mélodies que les tempos exaltés, l’écriture raffinée que la sueur des salles de concert, la maîtrise que la liberté. Frondeurs, aventureux, mais les pieds résolument ancrés au sol, Ambroise, Jérémie et Christophe livrent ainsi un bel album, équilibré et précis, qui confirme les bases d’une pop mature et tubesque, arrangée avec goût : une nouvelle fois, Revolver fait mouche !

Revolver Let Go (EMI) 2012

Facebook de Revolver