Lefa, le retour du lyriciste

Lefa, le retour du lyriciste
Lefa, 2015 © Fifou

L'affaire avait fait sensation dans le milieu du rap français : peu après la sortie de L’Apogée, l’Album de diamant de son groupe Sexion d'Assaut, Lefa se mettait en retrait. Absent des scènes et de la promo, son silence avait suscité beaucoup de rumeurs. La présence de Lefa sur le morceau de Maître Gims Longue Vie, suivi de son Intro en solo, avait redonné espoir aux fans. Finalement, le jeune rappeur sort Monsieur Fall. Rencontre.

"Fans". Un terme à prendre avec des pincettes, car comme l’artiste l’explique sur un des morceaux de son premier album, Monsieur Fall, c’est en partie l’adulation exagérée d’une partie de son public qui l’a amené à s’éloigner du showbiz. "Je suis un amoureux de musique. C’est d’ailleurs pour ça que je suis revenu, ça sera toujours en moi. Mais après, il y a ce star-system que j’aime beaucoup moins. Quand on est artiste, il faut s’attendre à ça, s’y préparer. Moi, je n’étais pas prêt pour le vivre bien. Il fallait que je souffle un peu. On faisait beaucoup de concerts, en France et à l’étranger. Quand on est seul, on peut faire venir sa famille, il y a des solutions, mais en groupe, c’est plus compliqué. Et il y a les fans, les fanatiques. C’est un amour démesuré, et je n’ai pas envie d’être l’idole de qui que ce soit. Ce qui m’a le plus choqué, c’est d’entendre :'Tu es mon idole'. Cette phrase, j’ai du mal à la digérer. À cause des connotations religieuses, de mon éducation. Et puis ce n’est pas ce qu’on cherche à apporter aux gens. On ne cherche pas à être des modèles. On fait de la musique et il faut que ça reste du divertissement. Quand ça va au-delà, ça me fait peur. J’ai voulu sortir de tout ça"

Polémique

La Sexion était revenue de loin : l’énorme bruit fait en 2010 par leur interview contenant de propos homophobes les avait amenés à réagir dans les médias pour éteindre le début d’incendie, et Lefa était en première ligne. "On l’a vécu en groupe bien sûr, mais j’ai décidé de porter le chapeau parce que j’étais l’élément déclencheur de la polémique. J’ai donc dit aux autres :'Je vais prendre mes responsabilités, dire que c’est moi qui ai parlé, et je ferai ce qu’il faut pour réparer'. Ça a été difficile dans le sens où mes propos ont souvent été sortis de leur contexte, c’était frustrant. Ça m’a un peu traumatisé. J’ai eu peur des médias, peur que ce que je dis ne soit pas retranscrit comme j’ai voulu le dire. On a rencontré plein d’associations pour les droits des gays, ça s’est toujours très bien passé. Après tout, je ne suis pas quelqu’un de mauvais. Ils s’en sont rendu compte. On est tous passés à autre chose"

Le retour de Lefa s’est fait progressivement, après une longue période d’inactivité rapologique. "Pendant trois ans, je n’ai absolument rien fait. Quand je suis parti, je ne comptais pas revenir. C’est depuis décembre 2014, que j’ai eu envie d’aller en studio essayer deux trois choses, en cachette. Ce qui est marrant, c’est que personne ne le savait. J’avais un peu de temps, de l’inspi, et  je suis allé en studio voir ce que ça donnait. J’ai appelé Stan-E. On a fait trois-quatre titres, je les écoutais, ça me faisait du bien de refaire de la musique. Mais à ce moment-là, je n’avais pas l’intention d'en refaire vraiment. J’ai mis Barack Adama et Maître Gims dans la confidence. Un petit noyau s’est formé autour de moi, autour des sons que je venais de faire. Après, à force d’en parler, on s’est dit que ça serait dommage de ne pas faire quelque chose".

Un hommage à son père

Et ce "quelque chose" sera finalement un album complet, son premier solo, titré Monsieur Fall. Un titre qui fait directement référence à son nom de famille, celui dont il a hérité, lui dont le père est Cheick Tidiane Fall, musicien de jazz. "J’apprends à découvrir mon père, et c'est aussi pour ça que j’ai appelé l’album Monsieur Fall. J’estime être devenu un monsieur par mon âge. Mais c’est également une façon de rendre hommage à mon père. Je ne me considère pas comme un ancien, j’ai 30 ans, je suis encore jeune. Mais c’est un âge où on comprend beaucoup de choses, notamment nos parents. Mon père est sénégalais, il est né et il a grandi là-bas. Il m’a donc donné une éducation assez stricte. C’était l’autorité paternelle et maintenant que j’ai grandi et qu’on parle, on a une relation de ouf, on est presque des potes. Lui est musicien, il donne encore des cours. Et là, il me disait qu’il aimerait bien repartir un peu en tournée. Lui c’est du jazz, ce n’est pas la tournée des Zénith mais des petits clubs. C’est son kif".

L’album est éclectique et personnel, avec des titres forts comme 20 Ans, qui revient sur les raisons de son retrait, ou Grandi trop vite dans lequel il prend la place de son père, mais aussi des hits en puissance comme Tu vas prendre l'eau featuring H Magnum. Un album dans l’air du temps avec quelques sons trap, mais qui évite les excès de langage et ne joue jamais la carte de l’outrance.

"Maintenant que le rap a autant de place, est-ce que ce n’est pas le moment de montrer aux gens qu’on a des points de vue, des idées qui sont intéressantes, qu’on est intelligents ? Qu’on a de la culture ? C’est vrai que la partie violente et vulgaire du rap mettra toujours des barrières. Tant qu’il tournera autour de ces choses-là, il ne pourra pas dépasser certaines frontières".

 

Lefa Monsieur Fall (Jive epic / Sony Music) 2016
Page Facebook de Lefa

En concert le 17 février à l'Olympia à Paris