Daniel Lavoie

Daniel Lavoie
© François Guillot
Passeport artiste
17/03/1949
Dunrea (Canada)
Pays:  Canada
Langue:  Anglais Français
Qualité:  Auteur / Chanteur / Compositeur
Genre musical:  Chanson

Ce Canadien francophone mais non québécois mène depuis les années 70 une carrière aussi riche que tranquille. Si son répertoire élégant et sa voix chaude lui ont souvent valu d'être à la crête du succès, il connut aussi les revers de la réussite. Mais des deux côtés de l'Atlantique, sa popularité ne faiblit jamais.

Biographie: 

C'est à Dunrea dans la province du Manitoba que naît Daniel Lavoie le 17 mars 1949. Noyée au milieu du Canada anglophone, la communauté francophone locale tient bon loin du Québec à l'opposé du pays. C'est là que Daniel, aîné de six enfants dont deux petites indiennes adoptées, grandit entre un père commerçant et une mère femme au foyer et musicienne dans l'âme. Très tôt, Daniel se met au piano. Il peaufine son éducation musicale chez les Jésuites où il part étudier lorsqu'il a 14 ans. Le collège est situé à St Boniface, capitale francophone de la région. C'est là aussi qu'il apprend parfaitement le français.

Jeune homme, il se frotte un temps aux études de médecine mais sans trop de passion. On est dans les années 60 et le rock anglo-saxon est en pleine explosion. Daniel y est très sensible et s'oriente doucement vers une voie artistique. Sa culture musicale est très anglophone mais c'est cependant en français qu'il commence sa carrière.

En 1967, Daniel remporte le concours de l'émission "Jeunesse oblige" organisé par Radio Canada. Fort de ce petit succès (il était seul en lice…), il passe la fin des années 60 au sein de quelques groupes dont Spectre puis Dieu de l'amour vous aime en 1969. Comme il le fera tout au long de sa carrière, Daniel Lavoie aime faire des pauses qu'il consacre souvent aux voyages. C'est ainsi que toujours en 1969, il part explorer l'Amérique latine.

Québec

En 1970, Daniel Lavoie part à la conquête du Québec où, en matière de chanson francophone, tout se passe. Débutant, en dépit de ses expériences de groupe, il se produit dans les bars. Avec un petit groupe de musiciens, il monte même une tournée qu'il nomme "La tournée des Grands Ducs", tournée qui lui permet de découvrir la Belle Province. A la même époque, il prend à nouveau le temps de voyager pour son compte et part cette fois à la découverte de l'Europe.

De fil en aiguille, Daniel Lavoie enregistre ses premiers 45 tours, "Marie comme" en 73 et "S'endormir pour une rose" en 74. Mais ils passent à peu près totalement inaperçus. Le jeune chanteur peine un peu à trouver son répertoire mais persiste tout de même dans une voie qu'il sait la sienne.

Le déclic survient en 1975 avec un tout premier album "A court terme". Mais si ce disque marque son premier succès, c'est seulement hors des frontières canadiennes. En effet, le titre "J'ai quitté mon île" obtient une jolie reconnaissance publique en France, tandis qu'un autre titre en portugais "Deixei Mihaterra" cartonne au Portugal et au Brésil tout au long de l'année 76.

Au Québec, le succès intervient un peu plus tard en 1977 avec son second album "Berceuse pour un Lion". Daniel Lavoie passe enfin sur les antennes radios avec succès. Mais, il faut encore attendre 1979 et l'album "Nirvana bleu", pour qu'enfin, le public québécois plébiscite le chanteur. Les tournées se multiplient et sa notoriété prend enfin forme.

Décollage

Sa carrière une fois lancée, Lavoie fait de fréquents allers et retours entre le Québec et la France où il connaît une indéniable réussite, ce qui à l'époque est encore le cas de peu de Québécois (et autres Canadiens francophones). En 1980, il est à l'affiche du Théâtre Montparnasse à Paris.

La même année, Daniel Lavoie sort un album en anglais, langue presque maternelle pour lui. Il ne dédaigne pas se lancer parallèlement à l'assaut (relatif) du marché anglophone. Mais l'autre raison de cette démarche est le simple luxe de faire ce qu'il veut quand il veut sans se soucier des aspects commerciaux de son métier. Il a raison dans la mesure où cet album "Cravings" est un flop… En revanche, ses tournées sont des réussites.

Il tourne beaucoup à cette époque dans tout le Québec et l'Ontario ainsi qu'en France où il donne une série de concerts au Théâtre de la Ville en 81. Un quatrième album sort à cette période, "Aigre doux". L'année se termine par un Félix du meilleur interprète masculin de l'année. Cette récompense québécoise est la première d'une longue série d'honneurs qui jusqu'à aujourd'hui, ponctuent régulièrement sa carrière.

En 1981, il est invité du festival de Bourges en France et monte également sur la scène parisienne de Bobino. En outre, il tourne longuement au Québec. Puis avec ses complices d'écriture Daniel DeShaime et John Eden, il travaille plus d'un an sur l'album "Tension Attention" qui sort en 1984.

Ces longs mois de labeur sont récompensés puisque deux tubes émergent de ce nouveau disque, la chanson-titre mais surtout "Ils s'aiment" qui reste encore aujourd'hui, le titre phare du répertoire de Lavoie. Cette chanson est traduite en plusieurs langues et le 45 tours se vend à 2 millions d'exemplaires. Au Québec, trois Félix viennent célébrer cette réussite. A Paris, c'est au Grand Rex qu'il présente ses nouveaux succès.

Toujours avide d'expériences diverses, il s'engage en 84 dans un spectacle musical monté au Spectrum de Montréal, "Hôtel des rêves". Une tournée européenne suit les représentations québécoises.

Dans la foulée de "Ils s'aiment", Daniel Lavoie obtient le Midem d'Or lors du marché professionnel du même nom début 85. Au Québec, il reçoit le Félix de l'artiste québécois (ou assimilé) s'étant le plus illustré à l'étranger puis, en France, il décroche la Victoire de la Musique du meilleur album francophone toujours pour "Tension Attention".

1987 : "Vue sur la mer"

Pas de répit pour Lavoie qui, en dépit d'une année sabbatique en 85, revient sur le devant de la scène en 86 pour collecter de nouveaux prix en tous genres dont la médaille Jacques-Blanchet (Québec) pour la qualité de son œuvre et le Prix Québec/Wallonie-Bruxelles.

C'est à Londres que Daniel Lavoie enregistre son nouvel album en 87, "Vue sur la mer". Certains des titres sont écrits par Thierry Séchan, frère de Renaud. Encore un succès pour Lavoie qui enchaîne cinq soirées de suite sur la prestigieuse scène de l'Olympia à Paris avant d'enchaîner sur 21 dates à travers l'Europe. Puis c'est à nouveau la tournée des prix : le Félix de l'artiste québécois (ou assimilé) s'étant le plus illustré à l'étranger et la Victoire de la musique du meilleur album francophone.

Sa notoriété descend du Canada aux Etats-Unis à tel point que même Liza Minnelli l'invite lors d'un show à New York pour chanter deux titres an anglais extrait de l'album "Tips", album réalisé pour le marché canadien en 86.

A partir de mars 88, le chanteur reprend pendant trois mois la formule du spectacle de l'Olympia au Théâtre Outremont de Montréal. A la fin de l'été, on le voit sur l'immense scène du stade olympique de Montréal pour le méga-concert organisé au profit des Droits de l'Homme.

Nouvelle réussite en 90 avec l'album "Long Courrier" qui cartonne grâce au titre "Qui sait". Ceci se traduit par un nouveau Félix pour le meilleur album "Pop-Rock", suivi par le prix Socan (Société Canadienne des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de musique) de musique populaire.

Retour en France en 92 avec une participation de Daniel Lavoie à l'opéra de Catherine Lara, "Sand et les Romantiques", consacré à la femme écrivain George Sand. Il y tient le rôle du peintre Eugène Delacroix. Puis après une participation aux Francofolies de Sofia en Bulgarie, il participe au Festival d'été de Québec en juillet 92.

Mais cette année 92 est à nouveau très américaine. En effet, Lavoie sort l'album "Here in the heart" dont le titre "Weak for love" est repris lors d'un épisode de la série TV à succès "General Hospital". Cet épisode ouvre grandes les portes du marché américain au Canadien. Lavoie connaît bien la musique anglo-saxonne et son répertoire brille par ses références à la variété californienne la plus élégante. Dans la foulée, il sort donc un autre album en anglais "Woman to man".

Notre-Dame

Retour à la francophonie en 95 avec un album, très groove, "Ici", Il est désormais un artiste dont la carrière est solidement assise sur tout l'espace francophone et son profil tranquille séduit un large public. Dans l'album live qui sort en 96, "Live au Divan vert", il poursuit cette veine jazzy. La même année, il multiplie à nouveau les directions musicales en enregistrant "le Bébé Dragon", un album pour enfants récompensé par un Félix. L'année suivante, il sort "le Bébé Dragon vol2".

Mais l'événement pour Lavoie c'est sa participation à la nouvelle super création de Luc Plamondon, "Notre-Dame de Paris". Co-signé Plamondon pour les paroles et Cocciante pour la musique, ce spectacle reprend le roman du même nom de Victor Hugo. Une avant-première mondiale est présentée lors du Midem de Cannes en janvier 1998. Au sein d'une distribution franco-québécoise, Daniel Lavoie y tient le rôle du prêtre Frollo. Cette production devient vite un phénomène par l'ampleur de son succès public et commercial. Les albums se vendent par millions et de septembre 98 à février 99, le Palais des Sports de Paris ne désemplit pas. Au printemps 99, le spectacle se déplace au Québec où un succès similaire est au programme.

1999 : "Ou la route mène"

Fort de ce succès, Lavoie effectue un retour solo début 99 avec un nouvel album "Ou la route mène", dont le premier extrait est "Je pensais pas". Et il trouve en outre le temps d'écrire pour d'autres. En 2000 pour Bruno Pelletier ou Natasha Saint Pier, en 2001 pour Luce Duffault, Lara Fabian, Roch Voisine. Il produit aussi quelques disques pour Marie-Jo Thério, Louise Forestier ou le groupe Hart Rouge. Fin 2000, il participe, en France, à l'album "Noël ensemble" au profit de la lutte contre le sida et chante sur l'album "Un trésor dans mon jardin" destiné aux enfants.

En Juillet 2001, Il participe au spectacle d'ouverture des Jeux de la Francophonie à Ottawa. Et en Novembre 2001, alors qu'il a cessé de chanter dans ce qu'on nomme désormais NDP, il retrouve la troupe originale pour deux concerts exceptionnels à Montréal.

Début 2002, Daniel Lavoie est annoncé dans la nouvelle comédie musicale de Richard Cocciante et d'Elisabeth Anaïs : "le petite Prince". Il y interprète le rôle de Antoine de Saint-Exupéry.

Il poursuit cette aventure jusqu'en avril 2003. Il enchaîne la préparation d'un nouvel album.

"Comédies humaines" sort en janvier 2004 en France et quelques semaines plus tard au Québec. Daniel Lavoie a composé toutes les musiques et laissé l'écriture des textes à deux auteurs confirmés, Brice Homs et Patrice Guirao. Le premier extrait de cet album s'intitule "Bénies soient les femmes". La critique accueille avec louanges, l'album du Canadien. En juillet, alors qu'il se produit en invité du concert de Francis Cabrel aux Francofolies de la Rochelle, le festival d'Eté de Québec lui rend hommage avec une soirée spéciale. Marie-Jo Thério, Yann Perreau et Luce Dufault entre autres, interprètent le répertoire du Manitobain. 

Lavoie qui depuis "Notre-Dame-de-Paris" et "le Petit Prince" n'a pas interprété ses propres chansons sur scène, se produit à Paris du 4 au 16 octobre à l'auditorium Saint-Germain. Il poursuit ensuite une série de concerts à travers la France et au Québec. 

En avril 2005, Daniel Lavoie présente "Moi, mon Félix", un album hommage au chanteur québécois Félix Leclerc. Seize chansons sélectionnées et chantées avec amour, dont "Les soirs d'hiver", Tirelou", "Le Québécois" ou encore "Le tour de l'île". L'été venu, le Manitobain participe à plusieurs festivals, dont celui des Déferlantes francophones de Cap Breton, dans le sud de la France, le 30 juillet. Cela lui permet de renouer avec le public français lors d'un show plein d'énergie. En novembre, il revient en France pour une tournée.

2007 : "Docteur Tendresse"

Daniel Lavoie reprend ensuite la plume et revient en 2007 avec treize nouvelles chansons. Elles sont réunies sous le nom de "Docteur Tendresse". Le disque se veut "anti-chagrins". Sur fonds de guitares, piano et claviers, le chanteur y parle de nature, d'amour, de liberté mais aussi de la condition des artistes. Il s'offre deux duos : avec Louise Forestier ("Les amoureux du pont de fer") et Marie-Jo Thério ("Nous passons la mer").

Cette année-là est dédiée à la promo de cet opus : Daniel Lavoie enchaîne les plateaux télé, les émissions de radio et bien sûr les concerts au Québec et en France. Du 15 au 20 octobre, il est à l'Européen à Paris et, du 29 novembre au 2 décembre, au théâtre du Petit Champlain, à Québec.

Le 12 mars 2008, les Français l'applaudissent au Bataclan à l'occasion d'une soirée "Alain Leprest et ses invités". Il est au festival de Tadoussac au Québec le 13 juin, puis poursuit sa tournée.

En mai 2008, Daniel Lavoie participe à l'enregistrement de "Douze hommes rapaillés", un projet musical rassemblant les poèmes du Québécois Gaston Miron. Douze artistes de la Belle Province, parmi lesquels Yann Perreau ou Vincent Vallières, interprètent chacun un texte dans cet album, mis en musique par Gilles Bélanger et réalisé par Jean-Louis Cormier. Après plusieurs représentations sur scène, un deuxième volume sort en 2010. Au final, cette œuvre couronnée de succès est récompensée de 6 Félix au Québec, dont celui du spectacle de l'année en 2010 et 2012.

En décembre 2010, la célèbre troupe originale de la comédie musicale "Notre-Dame de Paris" se reforme le temps de quelques concerts à Kiev, Moscou et Saint-Pétersbourg. Daniel Lavoie retrouve sur scène ses comparses Garou, Hélène Ségara ou Patrick Fiori pour revêtir le costume de Frollo, devant un public nostalgique qui leur fait un triomphe.

En 2011, le chanteur publie un florilège de onze de ses succès, intitulé "J'écoute la radio", puis enchaîne avec une longue tournée qui le mène au Canada, en France et en Russie.

2014 : "La licorne captive"

Au printemps 2014, paraît un disque surprenant, sur lequel le chanteur travaille depuis plusieurs années, à l'initiative du compositeur canadien Laurent Guardo. "La licorne captive" est un projet musical puisant dans les thèmes de la mythologie et des légendes classiques, dans lequel les instruments médiévaux comme la viole de gambe accompagnent le chant. Les deux artistes présentent le spectacle sur scène, notamment à L'Européen à Paris en novembre.

L'année suivante, il sort "Particularités" un recueil de textes, une réflexion sur le sens de la vie.

Pendant l'été, il se produit sur les scènes québécoises avec un spectacle intimiste.

Août 2015

 

Discographie
LA LICORNE CAPTIVE
LA LICORNE CAPTIVE
Album - 2014 - Le Chant du Monde
J'ECOUTE LA RADIO
J'ECOUTE LA RADIO
Album - 2011 - SPECTRA
DOCTEUR TENDRESSE
DOCTEUR TENDRESSE
Album - 2006 - Mercury / Universal
COMÉDIES HUMAINES
COMÉDIES HUMAINES
Album - 2003 - Mercury
OU LA ROUTE MENE
OU LA ROUTE MENE
Album - 1997 - Sony
Écouter avec
À lire sur Daniel Lavoie