Mano Solo

Mano Solo
© AFP / BERTRAND GUAY
Passeport artiste
24/4 /1963
Châlons-sur-Marne (France)
10/1 /2010
Paris (France)
Pays:  France
Langue:  Français
Qualité:  Auteur / Chanteur / Compositeur
Genre musical:  Chanson

Révélé au grand public grâce à l'album "la Marmaille nue" en 1993, Mano Solo, artiste pluri-disciplinaire, était suivi par un public fidèle. Celui qui se retrouvait dans ses chansons, inspirées largement par l'ambiance des bars parisiens, moitié musette, moitié rock alternatif. Le répertoire de cet écorché vif était empreint de révolte et se faisait aussi l'écho de la misère ambiante et des colères de ses contemporains.

Biographie: 

Mano Solo est né le 24 avril 1963 à Châlons-sur-Marne. Son père, Jean Cabut dit Cabu, est un dessinateur satyrique et politique connu qui travaille, entre autres, dans la presse libertaire. Sa mère, Isabelle, est connue pour son militantisme, en particulier dans le domaine de l'écologie. Elle est la créatrice du premier magazine consacré au sujet, La Gueule ouverte.

En 1968, la famille s'installe à Ozoir-la-Ferrière, pas très loin de Paris. Mano est élevé dans un milieu très politisé et très intellectuel et de nombreux artistes connus ou non se croisent chez ses parents.

La vie qui brûle

Pour Mano, l'adolescence rime avec délinquance et drogue. A 15 ans, il arrête l'école. Il développe par ailleurs des talents artistiques certains. A 17 ans, il intègre les Chihuahuas, groupe punk-rock, en tant que guitariste, mais ce n'est pas ce qu'il sait le mieux faire… Au cours des années 80, il peint beaucoup et signe ses toiles du pseudo de Boredom ("ennui" en anglais, hommage aux Sex Pistols). Son travail est exposé, une fois même outre-Atlantique à New York. Pour vivre, il devient roadie en 82 au Zenith de Paris. Deux ans plus tard, il est assistant décorateur. Côté dessin, on lit son nom dans quelques magazines dont les Nouvelles Littéraires. Il monte aussi un fanzine du nom de la Marmaille Nue entre 86 et 88.

Mais la musique le gagne. Très influencé et encouragé par son ami le chanteur Eric Lareine, il se lance dans la chanson. Auteur de nombreux textes, il devient son meilleur interprète au sein du groupe rock la Marmaille Nue. C'est sur la scène du théâtre du Tourtour qu'il commence à faire parler de lui. Sa rage et son franc-parler sont déjà les signes de reconnaissance de cet artiste dont les chansons véhiculent le mal de vivre. En 93, la Marmaille Nue splite.

1993 : "la Marmaille nue"

Lorsque Mano Solo sort son premier album le 3 décembre 1993, "la Marmaille nue", c'est un choc, une explosion de mots douloureux et violents. Il a 30 ans et lance à la face du public une série de chansons lourdement chargées d'émotion et de colère. Mais si Mano a maintes raisons de pousser des coups de gueules, c'est dans la maladie qu'il puise sa hargne et son désespoir. Mano Solo est séropositif et choisit de le dire, voire de le crier, parfois avec brutalité.

Le public le suit et le soutient. L'album s'écoule à plus de 100.000 exemplaires. C'est sur scène que s'exprime la poésie à vif de Mano Solo. L'année 94 se déroule au fil de 80 dates de concert. En février, il s'installe 10 jours à l'Européen à Paris et retrouve la capitale le 14 novembre avec une soirée sur la scène prestigieuse de l'Olympia. Sur certaines chaînes de télévision, ses clips passent et repassent. Mano Solo est l'artiste dont on parle, mais pas toujours pour de bonnes raisons. Sa maladie fait de lui un personnage emblématique dont les raisons du succès dépassent la chanson. Et très vite, malheureusement, les médias ont tendance à réduire Mano Solo à son sida.

1995 : "Les années sombres"

En plein été 95, sort un deuxième album, "les Années sombres". Le spectre de la mort est toujours en première ligne et la combativité enragée de Mano Solo est intacte. Soutenu par le FAIR (Fonds d'Aide à l'Initiative Rock), Mano est désormais un artiste connu et reconnu. Les musiques vont du tango aux rythmes africains en passant par des rengaines qui fleurent bon les faubourgs parisiens.

Le disque marche très bien et se vend à 150.000 exemplaires. Plus que jamais, le public est présent aux côtés de Mano Solo. Mais le 9 octobre 95, ce dernier leur envoie un message clair et brutal : "J'ai deux nouvelles, une bonne et une mauvaise. La bonne, c'est que je ne suis plus séropositif. La mauvaise, c'est que j'ai le sida !" La plaie de Mano est cette fois béante et le public en est le témoin impuissant mais bouleversé. Rarement un chanteur aura utilisé aussi lisiblement son art pour exprimer son malaise et sa douleur. Ce concert est présenté à l'époque comme des adieux à la scène après deux ans d'un succès fulgurant.

Parenthèse

Après cet épisode, Mano retrouve en 96 son bon vieux groupe, les Chihuahuas pour un album plus politique, plus proche de l'époque punk, comme en témoigne leur look franchement d'époque, un peu "no future"... Mais c'est sous le nom des Frères Misère que sort ce disque. Volontairement, les Frères Misère se veulent un groupe éphémère. Leurs chansons parlent de chômage, de politique, de galère et de racisme. C'est un album urgent, radical et politiquement très incorrect.

Les Frères Misère se retrouvent sur scène en octobre 96 au Bataclan.

1997 : "Je ne sais pas trop"

Avec l'argent de ses disques, Mano Solo monte sa propre maison d'édition qu'il nomme, bien sûr… la Marmaille Nue. C'est ainsi qu'en 96, il sort un roman "Joseph sous la pluie", après un recueil de poèmes paru en 95, "Je suis là".

Finalement, Mano Solo est de retour, en solo, sur la scène musicale le 21 octobre 97 avec l'album "Je ne sais pas trop". L'album a été en grande partie enregistré sur la scène parisienne de l'Eldorado en juin. Un ensemble à cordes accompagne le chanteur pour un concert qui mêle toujours une morbidité omniprésente à une indéniable hargne de vivre. Tous les dessins de la pochette sont signés, comme d'habitude, Mano Solo. Les retrouvailles avec le public sont excellentes et Mano passe trois soirées à l'Olympia en janvier 98, du 15 au 17. A l'automne, Mano termine une importante tournée française par une série de quatre concerts à la Mutualité à Paris début décembre. Accompagné de 7 musiciens, il chante ses thèmes de prédilection, l'enfance, la solitude, l'amour et la mort. Il en profite pour présenter trois inédits, "Planète seultou", "Tchou Tchou" et "Naître gitan".

"J'ai tellement parlé de la mort, que j'ai cru la noyer, la submerger de ma vie, l'emmerder tant et tellement, qu'elle abandonne l'idée même de m'emmener avec elle." ("C'est plus pareil").

2000 : "Dehors"

En septembre 2000, Mano Solo revient avec un sixième album "Dehors". Étonnamment positif, ce nouvel opus renvoie l'image d'un artiste beaucoup plus serein, débarrassé de la hargne et de la rage qui le caractérisait jusque là, la presse en faisant souvent les frais. De son propre aveu, la révélation de sa séropositivité l'avait enfermé dans un personnage qui lui pesait de plus en plus. D'où ce besoin de se montrer sous un autre jour. Avec "Dehors", apparaissent des sonorités africaines et sud-américaines qui donnent aux morceaux un peu de hauteur comme dans "Il y a sûrement des pays qui valent le coup" titre qui ouvre l'album. Les thèmes abordés sont souvent les mêmes, amour, mort, exclusion, etc. mais il y est beaucoup plus question des autres que de lui-même. Le premier extrait s'intitule "Je taille ma route".

Sa route, il la taille aussi via une tournée qui passe deux jours à Paris au Cirque d'Hiver les 2 et 3 octobre 2000. Fin 2002, le chanteur sort "La Marche", un album live enregistré lors de sa tournée 2001 dans les villes de Clermont-Ferrand et de Toulouse. En y mettant beaucoup d'énergie, Mano Solo réussit brillamment à faire découvrir l'univers dans lequel il vit.

Après une année de pause, on le voit, en février 2004, juste pour un soir, aux côtés des Têtes Raides au Bataclan de Paris.

Le chanteur commence à travailler sur un nouvel album. Quelques titres prévus à l'origine pour Juliette Gréco, se retrouvent finalement sur l'opus intitulé "Les Animals" qui sort en septembre. Si Paris reste le lieu d'encrage de Mano Solo ("Paris avance" ou "Botzaris" avec les Têtes Raides notamment), d'autres horizons semblent se profiler ("Barrio Barbes" ou "Savane"). Toujours écorché vif, le nouveau Mano pose pourtant sa voix de façon plus distanciée que précédemment. Dès le mois d'octobre, il entreprend une tournée à travers la France.

Cette tournée très rock'n' roll passe par l'Olympia à Paris, en janvier 2005 (3 dates) et se poursuit jusqu'en juillet à travers la France.

Un peu usé par un dispositif lourd, de nombreux musiciens sur scène, des salles de grande capacité et une importante difficulté à modifier les concerts au gré de ses envies, Mano Solo se retrouve chez lui à Pantin en banlieue parisienne et recommence à travailler avec le noyau dur de ses musiciens, l'accordéoniste Régis Gizavo, le guitariste Daniel Jamet et le pianiste/trompettiste Fabrice Gratien. En petite formation, il expérimente et surtout, retrouve le plaisir de jouer.

Toujours en quête de nouvelles expériences, le voilà qui décide de ne pas renouveler son contrat avec Warner mais plutôt de produire seul son nouvel album. A l'automne 2006, une souscription est organisée, souscription qui permet d'obtenir en avant-première des morceaux, des clips et d'autres éléments multimédia. Un concert est organisé à l'Olympia le 18 septembre pour lancer officiellement le projet.

2007 : "In the garden"

Finalement, le nouvel album "In the garden" est mis en vente en mars 2007. Entre rock et guinguette, accordéon et guitare, tristesse et espoir, l'esprit punk est toujours présent malgré les années. Avec Gizavo, Jamet et Gratien, Mano Solo propose une série de titres pensés aussi pour être joués sur scène en formation réduite, une façon de se rapprocher de son public.  

Le quatuor tourne de janvier à mars 2008 puis s’attèle à la composition d’un nouvel album. Celui-ci sort en septembre 2009 et s’appelle "Rentrer au port". L’accordéon de Régis Gizavo, la guitare de Daniel Jamet et le piano de Fabrice Gratien s’accordent toujours aussi bien avec les mots du poète Mano Solo. Lui chante sa vie, sa maladie incurable, ses amours déchirées, son enfance, l’esprit toujours aussi punk et l’espoir en bandoulière, malgré tout. Un album empli de tendresse que le public découvre en live dès le mois d’octobre 2009, notamment lors d’un concert à l’Olympia le 12 novembre.

Hospitalisé peu après ce concert, Mano Solo décède le 10 janvier 2010, des suites de plusieurs anévrismes. Les obsèques de l'artiste ont lieu le 14 janvier au cimetière du Père Lachaise à Paris. La cérémonie est "ouverte à tous", permettant ainsi à son fidèle public de lui rendre un dernier hommage.

Janvier 2010

 

Discographie
MANO SOLO A L'OLYMPIA
MANO SOLO A L'OLYMPIA
Compilation live - 2010
RENTRER AU PORT
RENTRER AU PORT
Album - 2008
HORS SERIE
HORS SERIE
Compilation - 2005 - WEA
LES ANIMALS
LES ANIMALS
Album - 2003 - Warner
LA MARCHE
LA MARCHE
Live - 2001 - East West
Écouter avec