Marka

Marka
© RFI Musique
Passeport artiste
27/5 /1961
Moelenbeck (Belgique)
Pays:  Belgique
Langue:  Français
Qualité:  Auteur / Chanteur / Compositeur
Genre musical:  Chanson

Biographie: 

De culture flamande, Serge Van Laeken naît le 27 mai 1961 à Moelenbeek, dans la banlieue de Bruxelles. Il est élevé en grande partie par ses grands-parents, plus disponibles que ses parents. Son enfance tranquille et sans problème a souvent pour décor les terrains de foot du quartier, véritable passion aujourd'hui encore.

D'abord surnommé Markassou, il devient Marka, surnom d'origine africaine qui signifie "petit titre d'Afrique". Datant de l'époque punk, c'est justement pendant cette vague musicale de la fin des années 70, que Marka fait ses armes comme roadie dans le sillage de la scène musicale rock belge. Tout naturellement, le virus de la musique le gagne. Dès 1981, il intègre comme bassiste le groupe Allez Allez, fortement inspiré des Anglais de Clash, groupe phare du panthéon personnel de Marka. Après un titre qui marche assez bien, "African Queen", l'expérience Allez Allez laisse place aux Cactus vers 1984, dont le répertoire louche plus du côté de Dutronc. Le décalage textuel et l'humour impertinent qui seront la marque de fabrique de Marka, tiennent déjà le haut du pavé dans le style des groupes auxquels il appartient. Dans les Cactus, Marka est entouré du contrebassiste, aujourd'hui décédé, des Vaya Con Dios, groupe vedette de la fin des années 80, ainsi que du guitariste des Wild Ones.

Solo

Vers 1985, Marka s'illustre un temps avec le groupe Bla Bla Bla. Puis petit à petit, la fibre solo le titille assez pour qu'il se lance doucement dans un travail plus solitaire. Il continue cependant de travailler beaucoup avec son complice, le comédien Riton Liebman. En 1989, ils signent ensemble la bande originale de "Cher Frangin", un film de Gérard Mordillat.

En 1992, c'est avec Riton Liebman que Marka écrit son tout premier album, "Je vous dis tout". Mais il s'entoure aussi d'autres complices dont Jacques Duvall, auteur de plusieurs tubes pour Lio, et surtout de Thierry Robberecht avec lequel il forme un tandem détonant. Le style est iconoclaste et les musiques hétéroclites. Marka aime piocher dans tous les styles pour cuisiner une sauce musicale épicée. Déjà connu en Belgique depuis les années 80, Marka n'a pas de mal à promouvoir cet album. Les concerts se multiplient en France et en Belgique. On le voit même sur la scène éphémère des Francofolies de Sofia en Bulgarie. Mais les suites professionnelles sont difficiles. Marka démarche de nombreuses maisons de disques en France sans succès.

Finalement, après son premier essai sur le label belge PIAS (Play it again Sam), Marka décroche une signature sur Sony/Columbia, major internationale s'il en est. Avec eux, il met en marche un second album qui sort en 1995, "Merci d'avance". Ce dernier est presque intégralement signé Van Laeken/Robberecht. Mais un titre est signé de Marka en solo, "Accouplés". Et quel titre ! Sur des rythmes arabisants, Marka réussit à marier Benazir Bhutto, Chou En Laï et Rika Zaraï dans une entêtante enfilade de noms de personnalités aussi diverses que célèbres. Le résultat est une petite pièce désopilante qui devient le titre phare du chanteur. Le disque se vend à 15.000 exemplaires. Petit chiffre mais Marka devient doucement un nom avec le quel on peut compter. Il écume les festivals dont les Francofolies de Spa en Belgique. En décembre 96, il entreprend une petite tournée à travers la France avec Maurane.

Idiot

Le succès du titre "Accouplés" donne naissance à un nouvel album en 97, "L'Idiomatic". Désormais, Marka est un artiste connu et reconnu. Son univers musical polymorphe remporte un vif succès public. Et même si cette réussite ne se traduit pas en grosses ventes de disques, il fait partie intégrante du paysage musical francophone.

A partir du 20 décembre 97, il donne ses tous premiers concerts parisiens au Sentier des Halles. Six mois plus tard, il enregistre son tout premier album en concert au club de l'AB à Bruxelles. Le CD sort début 99 sous le titre "l'Homme qui aimait la scène". Il y rend deux hommages, un au Clash son groupe fétiche ("I fought the law") et l'autre à MC Solaar ("Caroline").

Mais, jugé trop peu rentable, Marka est lâché par sa maison de disques française. Il accuse le coup mais continue à tourner d'arrache pied jusqu'à 100 fois par an. Avec son épouse, la comédienne Laurence Bobet, il monte un spectacle musical, "A nous deux" qui est monté au Botanique de Bruxelles au cours de l'hiver 1999 et donne un album en mai 2000, édité par son propre label Daring Records.

En 2001, Marka sort un nouvel album, Avant Après, marqué par la quarantaine. Une certaine gravité imprègne ses thèmes tout en conservant un habillage et une atmosphères joviales et drôles. La mort en particulier est abordée de diverses façons. Le CD ne sort qu'en Belgique et ne connait aucune ouverture sur la France en dépit de quelques concerts réussis. Cependant, en juillet 2002, un concert remarqué aux Francofolies de La Rochelle débouche sur une signature avec le label Inca. C'est ainsi que l'album ressort en 2003, renommé "L'Etat c'est moi", allégé de trois titres et enrichi de quatre nouveaux dont trois écrits avec MC Solaar.

En juillet 2003, le CD est donc dans les bacs québécois puis le 9 septembre, dans les bacs français. Du 22 au 27 juillet, Marka est de retour sur une scène parisienne, au Méry.   

Septembre 2003

Discographie
AVANT APRES
AVANT APRES
Album - 2000 - Sony Belgique
L'HOMME QUI AIMAIT LA SCENE
L'HOMME QUI AIMAIT LA SCENE
Live - 1998 - Sony Columbia
L'IDIOMATIC
L'IDIOMATIC
Album - 1996 - Sony Columbia
MERCI D'AVANCE
MERCI D'AVANCE
Album - 1995 - Sony Columbia
Écouter avec
À lire sur Marka