Néba Solo

Néba Solo
© mali music
Passeport artiste
1968
Nebadougou (Mali)
Pays:  Mali
Langue:  Bambara
Qualité:  Auteur / Compositeur
Biographie: 

Souleymane Traoré, alias Néba Solo voit le jour en 1968 dans la région du Kénédegou, au sud du Mali. De famille paysanne sénoufo, le garçon passe sa jeunesse dans le village de Nébadougou. C'est là qu'il s’initie au balafon, par l’entremise de son père, musicien lui-même, et surtout réputé pour ses talents de facteur d'instruments qu’il conçoit pour les artistes locaux. Entre travaux agricoles et musique, le jeune homme franchit rapidement les étapes jusqu’à finalement devenir un nom local en compagnie de son grand frère.

Génie du balafon

Monté à Sikasso, la capitale régionale et haut lieu de l’émigration vers la toute proche Côte d’Ivoire, Néba Solo conforte son style et sa réputation au point d’être sacré génie du balafon. Il faut dire que celui dont on dit qu'il joue "tellement vite qu’on croit que son instrument joue tout seul" a un style bien particulier. Non content de changer les accords de son gros balafon basse, considéré comme le père du balafon, il en joue de gauche à droite contrairement aux habitudes.

Elu à l’unanimité Meilleur artiste par le jury du festival Doudounba Top, poussé par l’émission télévisée nationale Top Etoiles, Néba Solo et son groupe de percussions (deux balafons, deux tambours bara et des percussions typiques, titiara et karignan) sont finalement adoubés en 1996 comme Meilleure formation malienne de l’année. De quoi mettre la puce à l’oreille des programmateurs de musiques de monde qui commencent à s’intéresser à ce nouveau maître de la musique malienne. En premier lieu, Philippe Conrath, directeur de l’incontournable festival Africolor de Saint-Denis en banlieue parisienne qui l’invite en 1998 à se produire lors d’une de ses classiques nuits mandingues de fin d’année avant de lui faire enregistrer un premier disque sur son label Cobalt : "Kénédegou Folly".

Collaborations diverses
 

S’imposant l’année suivante au Masa d’Abidjan, Néba Solo commence à courir les festivals européens alors que son style hypnotique invoquant autant Philip Glass que les aventures africaines du Kronos Quartet bouleversent le DJ français Frédéric Galliano, alors à la recherche de nouveaux chemins de traverse électronique. C’est en sa compagnie que le jeune pousseur de sons entame ainsi l’aventure de son nouveau label, Frikyiwa dédié aux rencontres entre musiques africaines et machines. Néba Solo est ainsi remixé par Jeff Sharel ("Cinporoko Nonougoro") et Frédéric Galliano ("Noumou Folly") sur un maxi vinyle, "Frikyiwa 00" sorti en 2000.

Neba Solo est aujourd'hui, avec un autre Malien, Issa Bagayogo, aussi bien connu des amateurs de musique africaine que ceux d’ethno-techno. Une nouvelle version améliorée et revisitée de "Kenedegou Folly" ressort en 2000sur le label Mali K7 sous le nom de "Kené Balafons". Puis Neba participe aux Nuits mandigues d'Africolor fin 2001 où il partage l'affiche avec un trio iranien, le Trio Chemirani. Ces concerts ont attiré ses frères de la diaspora de Montreuil, sans doute la seconde ville malienne après Bamako.

A la même époque, il retourne aussi au pays pour y enregistrer un morceau qui a sert de bande-son à la dernière Coupe d'Afrique des Nations début 2002. Son nom est tout simplement "Can 2002". Certes, l'équipe nationale a finalement été battu en demi-finale par le Cameroun. Mais le match ne fait en revanche que commencer pour Néba Solo, nouvelle étoile de la scène malienne aussi à l'aise dans les clubs parisiens que les grins de Bamako.

Avril 2002

Discographie
NEBA SOLO
NEBA SOLO
Album - 1999 - Cobalt
KENEDOUGOU FOLY
KENEDOUGOU FOLY
Album - 1996 - Cobalt
Écouter avec
À lire sur Néba Solo