RFI Talent

Sergent Garcia

© Youri Lenquette / Emi France
Passeport artiste
1966
Pays:  France
Langue:  Espagnol Français
Qualité:  Auteur / Chanteur / Compositeur
Genre musical:  Ragga / Salsa / Chanson

Si l'on cherche du côté de Zorro, on n'est pas sûr de trouver notre homme. Son pseudonyme, il le doit à son patronyme. Quoi de plus facile dans une cour d'école que de se faire appeler Sergent Garcia quand on se nomme en réalité Bruno Garcia. Le roi de la salsamuffin passé par la scène punk avec Ludwig von 88, surfe depuis 97 sur la joyeuse vague latino, avec succès.

Biographie: 

Bruno Garcia n'est pas un inconnu dans le milieu musical. Au milieu des années 80, la scène rock hexagonale explose littéralement. Depuis 83, Bruno Garcia officie au sein de Ludwig von 88, groupe issu de cette mouvance. Pas de rythme latino, plutôt un punk rock bruyant, aux textes souvent drôles mais toujours rebelles. En 88, avec une choriste des Béruriers Noirs, Bruno sort un disque sous le nom de Titi et Nobru.

Fan de musique latine, lui-même d'origine espagnole, Bruno travaille en parallèle de ce qu'il fait avec Ludwig, sur d'autres projets. Il participe à des sound system dans lesquels il mixe raggamuffin et rythmes latino. L'essai est rapidement transformé et Bruno figure sur "Tchatche Attack" (96), compilation ragga dans laquelle on trouve "Salsamania" premier titre officiel de Sergent Garcia. Il prépare dans la foulée un premier album auto-produit qui sort en mai 97, sur un label indépendant, Crash Disques. "Viva el Sergento" comporte 14 titres entre salsa, raggamuffin, reggae, entre espagnol (surtout) et français (un peu).

Le vrai déclic a lieu quand Sergent Garcia est invité à participer au Latin Music Festival organisé en 97 au New Morning à Paris. En un mois et quelques répétitions, Bruno monte un groupe en vue de cette prestation. Entouré de 6 musiciens, Sergent Garcia rencontre un véritable succès, ce qui le décide à continuer.

Le groupe se nomme Los Locos del Barrio (en français, les Fous du Quartier) et est issu de la scène métissée parisienne, il y a Julien "el galo" à la batterie, El Vince à la basse, Pedrito Lucas au piano, Don toto Ostro et "Hermano Soafo" aux percussions, El primo David à la flûte et aux claviers ainsi que El Señor Livan au chant.

Avec cette formation, Sergent Garcia part en tournée pendant un an. En décembre 97, on le retrouve notamment aux Transmusicales de Rennes, à Madrid et à Barcelone ainsi qu'aux Folies Pigalle à Paris.

1999 : "Un poquito quema'o"

Il faut attendre février 99 pour voir la sortie de l'album "Un poquito quema'o" (un peu brûlé/fou) signé chez Virgin. En réalité, Sergent Garcia réarrange huit morceaux du disque précédent et propose neuf inédits. Les titres ont été enregistrés en une semaine en Angleterre. Vincent, le bassiste apporte sa contribution dans la direction artistique.

Pour la reprise de la tournée au printemps 99, d'autres musiciens viennent intégrer Los Locos del Barrio dont un chanteur (danseur) cubain, Duni. Sergent Garcia se produit à Paris à l'Elysée-Montmartre les 10 et 11 novembre 99. La tournée 2000 passe elle, par l'Italie, la France bien sûr, le Printemps de Bourges et par l'Amérique du Nord où Sergent Garcia se produit au Festival International de Louisiane à Lafayette ainsi que dans onze autres villes dont New York et Los Angeles.

2001 : "Sin fronteras"

Sergent Garcia termine les concerts en août et enchaîne directement sur la préparation d'un nouvel album dont un certain nombre de morceaux a été travaillé alors que le combo était encore sur la route. Un tiers reste à écrire avant que Bruno et ses acolytes ne les répètent, en vue d'un enregistrement direct en studio. C'est chose faite en janvier 2001 sous la houlette d'un ingénieur du son Renaud Letang, qui a travaillé avec Manu Chao sur son dernier album.

"Sin Fronteras" sort en août et "Adelita" en est le premier simple. Avec Los Locos del Barrio, Sergent Garcia continue son exploration des musiques des Caraïbes, y mélangeant allègrement des sonorités africaines. Amadou et Maryam, le couple de chanteurs maliens qu'ils ont rencontré l'année précédente au Printemps de Bourges leur donne la réplique sur "Seremos". Fidèle au titre qu'il a donné à son album, Sergent Garcia travaille au dépassement des frontières (musicales mais aussi culturelles) et au croisement des genres.

Après la sortie de l'album, le groupe part lors en tournée en France, en Espagne, en Italie et en Suisse. Au début de l'année 2002, il se rend en Allemagne et en Autriche. Le 21 juin, il se produit pour la Fête de la musique sur la place de l'Hôtel de Ville à Paris. Ce sont ensuite les festivals qui sont pris de la folie du Sargento, notamment à Nyon au Paleo Festival le 27 juillet.

Désireux de poursuivre ses aventures artistiques plus avant, Bruno décide d'aller à la recherche du véritable son qui l'a inspiré jusque là. Avec quelques morceaux sous le bras, il part enregistrer un nouvel album en Jamaïque et à Cuba, lieux de naissance de ses musiques de prédilection. En avril 2003, il est à Kingston et travaille entre autres, avec le célèbre producteur Tyrone Downie, ancien clavier de Bob Marley. En mai, c'est à Santiago de Cuba qu'il tente de retrouver les racines du son en compagnie du co-réalisateur de l'album, Ivan Motoya, son fidèle percussionniste. Il finit son périple aux célèbres studios Egrem, à Santiago toujours. Ainsi donc Sergent Garcia concocte une série de morceaux, fruits d'un métissage personnel entre reggae, salsa, son et ragga. L'album "La Semilla escondida" sort fin septembre.

Après le succès de "La Semilla escondida", Sergent Garcia s'évapore dans la nature et ne donne plus de nouvelles avant la sortie, le 26 novembre 2004, d'un Best Of en deux albums. Ce premier "best of" du Sargente comprend les meilleurs titres du sergent, dont certains sont disponibles en version vidéo sur le DVD qui accompagne le coffret.

2006 : "Mascaras"

En 2005, Bruno Garcia et ses musiciens se lancent dans une tournée internationale qui les mène, au fil de l'année, en Espagne, au Maroc, en Allemagne, en Egypte, en Autriche, en Indonésie ou au Venezuela. Ils enflamment également les festivals de l'été (Porto Latino, Les Extravagances ou Destination Soleil, entre autres), avant que Bruno ne s'enferme seul chez lui, à Valence en Espagne, pour écrire et composer son prochain album, "Mascaras". S'inspirant des deux dernières passées sur les routes, Sergent Garcia cherche à tirer la quintessence du son urbain qu'il a entendu dans les grandes villes qu'il a traversées récemment, tout en y incorporant la douceur et la chaleur des instruments traditionnels.

Le Sergent décide d'aller demander son soutien au producteur mexicain Roy Hernandez. Connu pour être le mentor de Control Machete, groupe de rap mexicain très réputé, Hernandez paraît l'homme idéal pour produire "Mascaras" : en plus de son statut de producteur à succès, il maîtrise les rythmes plus traditionnels comme la cumbia, la salsa ou le fameux raggamuffin du Sergent. Enregistré au Mexique, l'album sort le 21 août 2006. Le premier extrait, "Dulce con chile" (une douceur au piment), secoue les ondes des radios durant l'été. Le titre "Guantanamo city" propose un texte plus engagé, il est d'ailleurs écrit par Karim Berrouka, l’ex-acolyte de Bruno au sein de Ludwig von 88.

2011 : "Una y otra vez"

Entre 2007 et 2010, le Sergent enchaîne les avions et les concerts : Madagascar, Italie, Colombie, Mexique, France, Etats-Unis… C'est au cours de ces voyages incessants que le franco-basque tombe amoureux de la musique de rue colombienne. L'énergie qui s'en dégage et les métissages des différents rythmes modernes et traditionnels qu'elle opère lui inspire "Una y otra vez" ("maintes et maintes fois").

Le disque paraît le 21 mars 2011 en Europe et le 17 mai 2011 en Amérique et pourrait se classer sous l'étiquette "életrotropicale", si celle-ci existait. Richard Blair, ancien compagnon de Peter Gabriel, a en effet convaincu Sergent Garcia d'inviter une nouvelle fois la fée électro à épouser les sonorités sud-américaines. Résultat : ce nouvel album est un hymne tonitruant aux tropiques, empli de percussions et de militantisme.

Rien de tel pour attirer les foules à une ribambelle de concerts dès le mois d'avril 2011. D'abord en France puis pendant l'été au Canada, au Etats-Unis et bientôt au Mexique et en Colombie, passage obligé de cette tournée plus que rythmée.

Août 2011

Discographie
CONTRE VENTS ET MAREES
CONTRE VENTS ET MAREES
Album - 2014 - Verycords
ANTHOLOGIE SERGENT GARCIA 2006-2010
ANTHOLOGIE SERGENT GARCIA 2006-2010
Compilation - 2012 - La Gwagwita
UNA Y OTRA VEZ
UNA Y OTRA VEZ
2010 - Cumbancha
MASCARAS
MASCARAS
Album - 2005 - EMI
BEST OF
BEST OF
Compilation - 2003 - Labels
Écouter avec