Cheb Hasni

Cheb Hasni
© Hocine Zaourar
Passeport artiste
01/02/1968
Oran (Algérie)
29/09/1994
Oran (Algérie)
Pays:  Algérie
Langue:  Arabe
Qualité:  Chanteur

Le 29 septembre 1994, un roi meurt à Oran. Cheb Hasni, l’inventeur du raï sentimental, l’idole de la jeunesse algérienne, est tué par balles, devant le domicile de ses parents. Retour sur la vie d’un héros populaire, fauché en pleine gloire, à 26 ans.

Biographie: 

Jusqu’à l’assassinat de Cheb Hasni, précédé quelques jours plus tôt de l’enlèvement, par un commando du Groupe islamique armé (GIA), du chantre kabyle Lounès Matoub (libéré le 18 octobre, il succombera à un attentat en juin 1998), malgré le chaos, les victimes qui se multipliaient, on croyait les chanteurs intouchables. Comme si leur popularité les protégeait d’une "sorte de rempart invisible", déclarera le journaliste Rabah Mezouane après la mort de Cheb Hasni, le premier chanteur assassiné en Algérie, depuis le début des affrontements entre forces de l'ordre et groupes armés islamistes.

Plusieurs milliers de personnes de toute la région d’Oran, accompagneront la dépouille de l’artiste jusqu'au cimetière d'Aïn-el-Beida. En marge de la cérémonie, des centaines de jeunes manifesteront dans les rues, aux cris d'"Algérie libre et démocratique". Khaled, le chanteur de raï le plus célèbre sur la scène internationale, s’avouera "traumatisé" par un crime d’autant plus inexplicable pour lui que Cheb Hasni "ne s’est jamais mélangé avec le politique. C’était un gosse de mon quartier, on a grandi ensemble, nous avons chanté ensemble à Oran il y a huit ou neuf ans et à Paris, il y a six mois".

Comme beaucoup d’artistes de raï vivants en Algérie, Hasni se produisait alors davantage à l’extérieur (Paris, Marseille, Boston, Tunis, Casablanca, Tokyo...) que chez lui, couvre-feu oblige. Son dernier concert en Algérie remontait au 5 juillet 1993, à Alger, devant plus de 150.000 personnes, à l'occasion de la fête de l'Indépendance. Auteur d’une centaine de cassettes, Hasni était sans nul doute le plus prolifique des chanteurs de raï.

Dans le quartier Barbès à Paris circulait une blague à ce propos. Quand on demandait sa dernière cassette, le vendeur répondait: "Laquelle? Celle du matin ou celle de l’après-midi ?" La production pléthorique d’Hasni était à la hauteur de sa popularité et son style fera école, notamment chez Cheb Nasro qui commence sa carrière en 1988, avec le titre "Pour te faire plaisir".

Parcours

Fils d’un soudeur père de sept enfants, Cheb Hasni - Hasni Chekroun pour l’état civil - est né le 1er février 1968 à Gambetta, faubourg populaire au nord-est d’Oran. La futur star du raï a quasiment toujours chanté, si l’on en croit ses déclarations au journal Libération, en 1992, reprises dans l’ouvrage "L’aventure du raï – Musique et société", co-écrit par Bouziane Daoudi et Hadj Miliani (Ed. du Seuil) : "Môme, on me connaissait dans le quartier parce que j’avais le gosier toujours déployé, le cartable jeté au loin".

Fou de football, il se fait un temps remarquer la balle au pied. Cette passion sera passagère. Son truc, le moteur de sa vie, ce n’est ni l’école, ni le ballon. Pour lui, une seule chose compte déjà, une seule obsession : le raï. La chance croise une première fois sa route dans une fête de mariage. Le groupe des frères Naoui, présent ce jour-là, craque sur sa voix et l’invite à passer sur la scène du cabaret la Guinguette.

Arrive le deuxième coup de pouce salutaire du hasard. Un producteur lui propose d’enregistrer avec Chaba Zahouania une chanson qui va provoquer une onde de choc par son franc-parler : "Nous avons fait l’amour dans une baraque mal foutue / Je l’ai prise et que les autres aillent se faire foutre / La soûlerie vous donne de ces idées". Audacieuse, scandaleuse, "Beraka" (La Baraque) fait mouche auprès de la jeunesse. Ce sera le tube de l’été 1987 et les débuts fracassants de la carrière de Cheb Hasni.

L’insolence de la chanson en agace évidemment certains, qui avaient déjà trouvé bien des raisons d’être irrités dans le raï chanté par les Khaled, Fadela, Saharaoui et autres Benchenet, où il était souvent question d’histoires d’amour honteuses, de femmes divorcées, de jeunes veuves et d’adultère. On verra des islamistes ordonner à des disquaires de baisser le volume de leur sono quand ils passaient "Beraka", pour que des paroles aussi "déplacées" ne s’entendent pas dans la rue.

Après ce premier essai réussi (le chiffre d’un million de cassettes vendues sera évoqué), Hasni devient le numéro 1 d’un style que ses fans vont baptiser le "raï love". En fait, des chansons sentimentales qui portent en creux le malaise, les frustrations et préoccupations des jeunes, des textes licencieux, des critiques déguisées de la société en évoquant ses interdits (alcool, sexualité...). "J’allais partir voir ma chérie / Et vous me privez du visa / Vous voulez me tuer ! / Je vais boire à tout casser" chante Cheb Hasni en 1992, dans "El Visa", un autre de ses coups d’éclat, une cassette qui se vendra à plus de 250.000 exemplaires en quelques jours. A l’époque, confiera le chanteur, des islamistes l’avaient complimenté sur sa voix et demandé de faire le muezzin : "Les gens t’adorent. S’ils te voient prier, ils viendront prier eux aussi".

Il n’a pas voulu écouter ces suggestions, tout comme il a fait la sourde oreille aux menaces quand elles ont commencé à essayer de l’atteindre... Bien que détenteur d’une carte de résident en France où il avait femme et enfant, malgré les injonctions de son manager, il refusait de quitter définitivement Oran, où le 15 février 1995, le producteur Rachid Baba-Ahmed, une autre figure du raï sera également assassinée.

Septembre 2004

Discographie
CHEB HASNI STORY
CHEB HASNI STORY
Compilation - 2006 - Because records
COFFRET D'OR DE CHEB HASNI
COFFRET D'OR DE CHEB HASNI
Compilation - 2003
NTI NTI MON AMOUR
NTI NTI MON AMOUR
Album - 2002 - Creon Music
8 ANS DEJA
8 ANS DEJA
Compilation - 2001 - Night & day
HASNI
HASNI
Compilation - 2000
Écouter avec
À lire sur Cheb Hasni