Axel Bauer

Axel Bauer
© D.Wolff - Patrick/Redferns via Getty Images
Passeport artiste
7 /4 /1961
Paris (France)
Pays:  France
Langue:  Français
Qualité:  Auteur / Chanteur / Compositeur
Genre musical:  Rock / Chanson

Transporté brièvement au firmament du star-system au début des années 80 grâce à un tube unique, la carrière d'Axel Bauer n'est depuis qu'une longue convalescence qui, lentement mais sûrement, laisse apparaître un auteur-compositeur talentueux et intègre.

Biographie: 

Axel Bauer naît le 7 avril 1961 à Paris. Il grandit dans une famille de musiciens où se croisent concertiste classique (sa tante) ou jazzman (son père). Ce dernier, ancien batteur de Django Reinhardt, a longtemps fréquenté la crème du jazz. Axel se forge donc très jeune une culture musicale solide et à dominante anglo-saxonne.

Enfant, il essaie le piano mais sans grande passion. C'est plutôt la guitare qui très vite l'attire. A l'adolescence, il fréquente les boîtes rock de la capitale plus assidûment que le lycée bien qu'il monte un groupe avec des copains, les Nightsbirds. Il décroche cependant le bac en 1979 et s'inscrit dans une école d'art pour développer son autre passion, le dessin.

Mais la musique est la plus forte et à la fin des années 70, le jeune homme s'achète sa première guitare qu'il échange contre une autre lors d'un voyage en Afrique. Il se retrouve ainsi avec une magnifique Stratocaster qui va lui porter chance.

1983 : "Cargo de nuit"

Au tout début des années 80, Axel rencontre Michel Eli, un parolier qui dirige aussi le label Mondiomusic chez Vogue, et avec lequel il va écrire quelques titres. Il en suffira d'un seul pour réussir. En 1983, alors que le paysage musical français s'appuie de plus en plus sur des vidéos clips, Axel Bauer apparaît sur les écrans en clone de Querelle de Brest, casquette, polo sexy, bretelles, élégance façon années 80, dans un clip de Jean-Baptiste Mondino. Déjà, ce grand nom de la photo et du clip attire l'attention des professionnels mais c'est le titre, "Cargo de nuit", qui frappe le grand public. Triomphe ! L'ambiance transpiration de marin et port mal famé fait un carton. Pendant des mois, toute la France chante "Trente-cinq jours sans voir la terre / Pull rayé, mal rasé", les inoubliables premiers mos du texte.

700.000 copies s'écoulent. Le jeune homme sombre dans la célébrité aussi soudaine que brutale en quelques semaines. Difficile pour un artiste jeune et sans guère d'expérience de gérer cet état de fait avec flegme. De plus, assimilé à un produit marketing plus qu'à un auteur-compositeur à part entière, Axel Bauer et son look sont parfois plus sujet de moquerie que de respect. Il tente cependant de sortir un deuxième titre ("Phantasmes", 200.000 exemplaires) puis un troisième ("Jessy", 60.000) et très vite connaît le revers de la médaille. Sa maison de disques, Vogue, fait faillite. Le métier lui tourne le dos. Axel Bauer se sent alors l'envie, voir le besoin, de quitter la France.

Exil

Nous sommes en 87. Axel s'est installé à Londres où il réussit à séduire le prestigieux label EMI qui lui offre une signature exceptionnelle puisque jusque-là, aucun Français n'a eu l'honneur de travailler sur le label des Beatles. Il fréquente alors beaucoup la scène anglaise, sort péniblement un tout premier album vaguement techno, "les Nouveaux seigneurs", cinq ans après son premier 45 tours. Le succès est proche du zéro : 20.000 ventes seulement !

On reparle de lui en France, mais toujours à travers "Cargo" qui désormais, conditionne son image et son parcours. Cependant, certains reconnaissent en lui la facette d'un vrai musicien. C'est ainsi qu'à son retour en France en 89, Jean-Louis Aubert, ex-leader de Téléphone, l'invite à travailler avec lui sur l'album "Bleu Blanc Vert". Axel Bauer partage ainsi deux duos avec Aubert.

Le jeune chanteur, désormais trentenaire, se rend compte qu'il n'est pas oublié en France. En 1990, il sort un album considéré par beaucoup comme son premier, "Sentinelles". Ce disque, il ne n'écrit pas en solitaire mais avec de grands noms de la chanson dont l'auteur Boris Bergman, Catherine Ringer, chanteuse des Rita Mitsouko, Jean-Louis Aubert et Christine Lidon. Le résultat donne un ensemble qui colle plus à la personnalité du chanteur, riffs rock et énergie romantique. Le succès médiatique est moyen mais après deux singles sans succès, "Metamorphosis" et "Maria", un tube surgit du lot, écrit et composé par Bauer seul. C'est "Eteins la lumière", magnifique titre électrique et mélodique. On découvre alors un Axel Bauer authentique, talentueux, loin du personnage construit autour de "Cargo".

Tout naturellement, une tournée se met en place avec Pierre Jaconelli à la guitare et Jean-Paul Resimon aux claviers. Elle dure deux mois, d'octobre à novembre 90 avec un arrêt parisien le 25 octobre à l'Elysée-Montmartre et même la première partie de Bryan Adams à Bercy.

Voyages

Petit à petit, Axel Bauer se forge une image indépendante de "Cargo" mais le chemin est très long. En 1991, après "Sentinelles", il vit un temps à la campagne juste après la naissance de son fils Jim. Puis en 1993, il choisit de partir dans le Sahara vivre avec des Touaregs pendant quelques mois. A son retour, il s'installe à la campagne, rencontre sa compagne Ilhem Kadid et recommence à écrire. Il met ainsi au point l'album "Simple mortel" dont le titre raconte le travail effectué par le chanteur sur sa vie et sa carrière. Mixé et réalisé par l'Anglais Steve Forward, ce disque confirme le goût d'Axel Bauer pour le rock des années 70. Sa voix, haute, trouve enfin sa place et son équilibre.

Mais il faut plusieurs années avant que l'album voie le jour. C'est finalement en mars 1998 qu'il sort. Et trouve un fort écho dans les médias. Cependant, aucun titre ne sort vraiment du lot. Mais Axel est satisfait. Il a une famille, un enfant et part en tournée en 99 dans les clubs de France accompagné d'un trio.

Ces retrouvailles avec une identité musicale un peu endommagée dès son premier 45 tours - même si, le chanteur ne renie pas "Cargo" -, donnent deux ans plus tard en 2000 l'album "Achille". Onze titres matures, énergiques et mélodieux. Il y est entouré par son amie de longue date, Zazie et de Miossec pour des duos. Désormais, complètement maître de l'écriture, jouant autant avec les mots qu'avec les notes, Axel Bauer est cependant accompagné en cela par Juan Tamayo, Arnaud Giroux (musicien de Daran, complice de Bauer) et de sa compagne Ilhem Kadid. Une tournée de présentation est mise en place en décembre 2000. Mais il repart en 2001 et se pose à Paris le 23 janvier sur la scène de La Scène, un bar-restaurant dans le quartier de la Bastille, salle qu'il retrouve pour trois jours en mai.

Renouveau

Au début de l'été, le duo avec Zazie "A ma place" devient un tube (6ème au Top single en juin) ce qui fait renouer Axel Bauer avec le succès public. On comptabilise quelques 400.000 exemplaires vendus de ce simple à l'automne. Il effectue une mini tournée à l'automne qui passe par l'Elysée-Montmartre le 22 octobre. Le concert a lieu à guichets fermés. Axel invite sur scène Zazie, Jean-Louis Aubert et les musiciens du groupe parisien Aston Villa. A l'issue du tour de chant, sa maison de disques lui remet un Disque d'or (100.000 exemplaires vendus), le premier de sa carrière, pour son album qui entre temps, a changé de pochette et de nom : "Personne n'est parfait".

En Janvier 2002, le titre "A ma place" reçoit le NRJ Music Award de la Meilleure chanson francophone de l'année. Il participe quelques jours plus tard aux concerts des Enfoirés au profit des Restaurants du Cœur. Puis le 12 février, c'est pour l'association Survival (qui protège les populations en voie de disparition) qu'il se produit sur scène. En février, sort le nouvel album de Florent Pagny, "2", sur lequel Axel Bauer partage le duo "Terre". Quelques dates de concerts sont réparties sur le printemps dont une, le 30 mars, à Astaffort, village de Francis Cabrel, vers Toulouse.

Vingt ans de carrière et Axel Bauer sort en avril 2003, un best of intitulé "la Désintégrale" sur lequel on retrouve le fameux "Cargo".

Quelques mois plus tard, Axel se remet à l'écriture d'un nouvel album. Oscillant toujours entre rock et variété, il signe, en grande partie, la musique de ce disque. Avec le réalisateur Daniel Presley, Axel Bauer tente de revenir aux sources, un son plus live, plus épuré. Quelques auteurs sont venus prêter main forte dont Ilhem Kahid, Pierre-Yves Lebert qui écrit le premier simple, "Tu me tues" (musique écrite cette fois par Philippe Uminski), Kemar ex-No One is Innocent, et Fred du groupe Aston Villa. Une famille musicale qui sied bien à l'artiste pour un album, "Bad Cowboy", qui sort finallement en avril 2006.

Axel Bauer se produit dès le mois de mai sur les scènes françaises.

Juin 2006

Discographie
LIVE À FERBER
Live - 2017 - Acceleration
PEAUX DE SERPENT
PEAUX DE SERPENT
Album - 2012 - Acceleration
BAD COWBOY
BAD COWBOY
Album - 2005 - Polydor
LA DESINTEGRALE
LA DESINTEGRALE
Compilation - 2002 - Mercury
ACHILLE
ACHILLE
Album - 1999 - Mercury
Écouter avec