Phoenix

© D. Becker/Getty Images
Passeport artiste
Date de création:  1991
Pays:  France
Langue:  Anglais
Qualité:  Auteur / Chanteur / Compositeur
Genre musical:  Rock

Phoenix, le quatuor versaillais, a eu besoin de deux albums avant de séduire les Français. En revanche, leur fusion pop rock électro s'est exportée triomphalement dès les débuts.

Biographie: 

C'est au collège que se rencontrent les trois fondateurs de Phoenix. Leurs parents sont dans l'enseignement, la finance ou l'hôtellerie. Dès l'âge de dix ans, Thomas Mars Jr (né en 1977) et Deck D'Arcy (né en 1977) qui a une formation piano classique, pratique la musique ensemble. Très vite, Christian Mazzalai (né en 1977) se joint à eux. En 1991, les adolescents sont au lycée Hoche de Versailles qui voit aussi passer le duo de Air, Etienne de Crécy ou Alex Gopher. Cette année-là, ils montent officiellement un groupe que rejoint en 1995 Laurent Brancowitz (né en 1974), frère de Christian. Le quatuor devient Phoenix en 1997. Thomas est au chant, Deck à la basse, Christian et Laurent à la guitare.

En 1997, Phoenix monte un label, Ghetto Blaster, pour s'auto produire. Ils sortent ainsi à 500 exemplaires un tout premier CD de deux titres, "Party Time". Parallèlement, alors qu'il partagent un appartement, ils commencent à travailler sur un album à la maison. Avant de tout enregistrer en studio. L'année suivante, les Versaillais se font connaître grâce à un simple édité sur la compilation "Source Rocks" du label Source, lequel signe le groupe dans la foulée.

2000 : "United"

Le label Source tente de les convaincre de chanter en français, en vain. Phoenix s'attache à conserver ses textes en anglais, considérant que leur musique ne supporterait pas des paroles en français. Peu inspirés par leurs pairs hexagonaux – ils citent Gainsbourg et Voulzy -, ils revendiquent en revanche d'innombrables influences anglo-saxonnes, des Bee Gees à Prefab Sprout ou Springsteen.

Leur premier album sort en juin 2000 sous le titre "United". Avant même sa sortie, les titres du CD sont diffusés avec succès sur des platines anglaises, américaines et européennes. Mais la France ne réserve pas un tel accueil au groupe. Au contraire, les critiques fusent : "musique californienne", "gosses de riches", "disque d'agrément" ou "pop d'ameublement" selon le quotidien Libération en juin 2000. Peu importe, le groupe est vite assimilé à une branche plus rock de la French Touch et passe les deux années suivantes à tourner à travers le monde où là, on loue leurs qualités de musiciens, leurs simples percutants ou la finesse de la réalisation. Sofia Coppola leur emprunte un titre pour la bande originale de son film "Lost in Translation" et les frères Farrelly pour "XXL (Extra Large)".

Le groupe passe au Bataclan de Paris le 30 mars 2001.

2004 : "Alphabetical"

Après une longue tournée, Phoenix se remet au travail pour un second disque. La gestation est difficile, l'inspiration se fait attendre, peut-être paralysée par le succès de "United". Puis après avoir jeté les premiers essais, l'album renaît du néant en quelques semaines. "Alphabetical" finit par voir le jour le 30 mars 2004, toujours chez Source. Cette fois, la France revoit sa copie et trouve enfin des qualités à la musique de Phoenix. Le cocktail rock-pop-électro-hip-hop-folk-funk, mixé par le producteur américain Tony Hoffer (Supergrass, Beck, Air) séduit la critique et un public plus large.  La pochette est signée Hedi Slimane, le styliste vedette de la maison Dior, ce qui ajoute un plus à leur image "frenchy chic".

Dès le printemps, les quatre musiciens reprennent la route avec environ six autres musiciens. En avril, ils tournent en Angleterre et en Allemagne puis s'envolent pour le Japon et les Etats-Unis. Les 4 et 5 mai, ils font une étape à la Boule Noire à Paris puis le 28 juin à la Cigale. Au cours de l'été, on les voit au festival de la Route du Rock en Bretagne puis en Angleterre (4 et 5 août au Somerset House de Londres et le 15 septembre au Shepherds Bush Empire), en Belgique et à Berlin le 26 juillet. Ils reviennent en Allemagne pour une tournée en septembre.

Le 8 novembre 2004, sort dans 14 pays le premier album live du groupe, "Thirty Days Ago", enregistré en grande partie en concert à Oslo. Avant même de se retrouver dans les bacs, les fans du groupe peuvent acheter les titres sur le web. La sortie américaine est prévue pour février 2005. En attendant, le groupe donne une série de concerts aux Etats-Unis du 29 novembre au 13 décembre.

2006 : "It's never been like that"

Malgré un succès grandissant à l'étranger, dont on mesure la portée lors des performances scéniques du groupe, Phoenix n'est pas encore prophète en son propre pays. Les Versaillais comptent sur l'album qu'ils sont en train de préparer pour conquérir leurs pairs. "It's never been like that" est enregistré en Allemagne, à Berlin, en huis clos : Phoenix enregistre et produit l'intégralité du disque, qui sort en France le 12 mai 2006. Très autobiographique, le troisième album du groupe français porte bien son nom puisque les dix morceaux qu'il contient donnent à voir une nouvelle facette de Phoenix, avec une composition différente des opus précédents mais avec la patte "Phoenix", reconnaissable entre toutes.

De plus, le lancement de "It's never been like that" est l'occasion, pour la maison de disques du groupe, EMI, de tester un nouveau procédé de commercialisation. L'album ressort le 30 mai en version "DigHitBook". Le concept : proposer à la vente un livre de 40 pages, sorte de biographie du groupe, composée de photos, de commentaires et de l'histoire des quatre garçons dans le vent. Au fil des pages, on en apprend un peu plus sur leur vie et leur musique… jusqu'à trouver, en dernière page, un code. Rendez-vous alors sur un site de téléchargement légal pour accéder à tous les titres de l'album, au prix de 25 euros –celui du livre. Par ailleurs, Sofia Coppola contacte à nouveau le groupe qui participe à la bande originale de son film "Marie-Antoinette".

Une grande tournée mondiale s'annonce pour Phoenix, avec des premières dates, en juin, au Royaume-Uni (Londres, Birmingham, Manchester, Glasgow,…) où les Frenchies rencontrent les fans de la première heure. Phoenix poursuit son vol au-dessus du globe en se produisant alternativement en Europe (Danemark, Finlande, Irlande, Suisse, Allemagne) et aux Etats-Unis, avant de joindre le Japon et de revenir en France où le festival Rock en Seine l'attend de pied ferme.

2009 : "Wolfgang Amadeus Phoenix"

Après cette gigantesque tournée, Phoenix travaille à un quatrième album. Toujours aussi apprécié en dehors des frontières françaises, le quatuor est invité en avril 2009 à se produire dans l’émission musicale américaine "Saturday Night Live". Un évènement qui tombe à pic pour commencer la promotion de leur nouveau disque, "Wolfgang Amadeus Phoenix", qui sort le 25 mai 2009, dans le monde entier. Avec cet opus, Phoenix revient à ses premiers amours et à un son assez sophistiqué. Conjuguant énergie pop et textures synthétiques, il rappelle celui de son premier album, "United". Rien d’étonnant à cela puisque c’est le même Philippe Zdar, figure de la French Touch et membre de Cassius, qui l’a réalisé.

Un concert a lieu à Paris à la Cigale le 25 mai. La tournée de "Wolfgang Amadeus Phoenix" démarre en mai et sillonne encore une fois une bonne partie du monde (Europe, Australie, Indonésie, Amérique du Nord…).

Il effectue une trentaine de dates aux Etats-Unis et s'offre en septembre deux concerts à Central Park à New York dans le cadre du festival Summerstage. Le groupe pose aussi ses guitares le 19 octobre 2009 au Zénith de Paris.

Lors de la 52e cérémonie des Grammy Awards, considérés comme les Oscars des musiques actuelles, Phoenix est sacré dans la catégorie Meilleur album alternatif pour "Wolfgang Amadeus Phoenix" en février 2010. L'album se serait vendu à plus de 750.000 exemplaires en dehors des frontières françaises, dont 75% aux Etats-Unis. Un succès international ainsi récompensé avec ce Grammy. 

Le groupe poursuit sa tournée internationale, notamment dans un grand nombre de festivals d'été en France et en Europe. De nouvelles dates sont calées en août et en septembre aux Etats-Unis. 

Apothéose de cette tournée, Phoenix se produit le 20 octobre 2010 devant 20.000 personnes lors d'un concert exceptionnel au Madison Square Garden à New York, rejoint sur scène à la fin du set par le duo de Daft Punk.

A peine le temps de composer quelques morceaux pour la B.O. du film "Somewhere" de Sofia Coppola (l'épouse de Thomas Mars) et Phoenix retourne en studio. Le travail débute à New York, dans le studio d'Adam Yauch (des Beastie Boys), avant de se poursuivre durant un an et demi à Paris, notamment dans le studio de leur complice Philippe Zdar (Cassius) qui coréalise l'album.

"Bankrupt!" paraît en avril 2013. Après le succès colossal du précédent album, le groupe s'est remis en question et a pris des risques pour revoir sa palette musicale. Délaissant un peu les guitares au profit des synthétiseurs, l'univers de "Bankrupt!" s'inspire des années 80, sans rien perdre des mélodies qui font mouche à l'instar du single "Entertainment".

En mai, le groupe joue à la Cigale à Paris. Puis une nouvelle tournée démarre, le menant notamment au festival Coachella en Californie, où il se produit en tête d'affiche. On le retrouve aussi sur la scène des Eurockéennes à Belfort, aux Vieilles Charrues à Carhaix et à Rock en Seine à Saint-Cloud. Phoenix enchaine sur une tournée internationale.

Octobre 2013

Discographie
BANKRUPT!
BANKRUPT!
Album - 2012 - Loyaut /Atlantic/WEA
WOLFGANG AMADEUS PHOENIX
WOLFGANG AMADEUS PHOENIX
Album - 2008 - Cooperative music
IT'S NEVER BEEN LIKE THAT
IT'S NEVER BEEN LIKE THAT
Album - 2005 - Virgin
ALPHABETICAL
ALPHABETICAL
Album - 2003 - Source
THIRTY DAYS AGO
THIRTY DAYS AGO
Live - 2003 - Source
Écouter avec