Kekele

Kekele
© dr
Passeport artiste
Date de création:  2001
Pays:  RDC
Langue:  Lingala
Qualité:  Auteur / Chanteur / Compositeur
Genre musical:  Rumba congolaise

Ambassadeurs de la rumba congolaise authentique, les cinq chanteurs qui forment Kekele ont su ressusciter un genre musical en voie de disparition.

Biographie: 

La création de Kekele est une initiative d’Ibrahima Sylla, producteur sénégalais entre les mains duquel sont passés un très grand nombre d’artistes africains au cours des trois dernières décennies. Au début des années 2000, il a l’idée de remettre à l’honneur la rumba congolaise, un genre qui a longtemps fait danser le continent mais a presque disparu au profit du soukouss et du ndombolo. Comme il l’a fait quelques années plus tôt pour la salsa africaine avec Africando, Sylla envisage donc de monter de toutes pièces un groupe basé à Paris. Au départ, il sollicite plus de vingt chanteurs et musiciens auxquels il expose son projet. Cinq d’entre eux sont finalement retenus pour former Kekele, qui signifie "liane" en lingala.

Agés de 50 à 55 ans, ils ont chacun une longue carrière derrière eux : dès le tout début des années 70, Nyboma Mwan s’est fait un nom à Kinshasa en chantant avec différentes formations. Parti au Togo en 1979 pour rejoindre les effectifs du African All Stars (monté à l’origine par Sam Mangwana), il connaît son plus grand succès deux ans plus tard avec la chanson "Doublé Doublé" enregistré avec Kamale Dynamique.

A Lomé, son compatriote Syran Mbenza l’avait précédé de peu. Guitariste entre autres pour Lovy du Zaïre, le groupe de Vicky Longomba, il a lui aussi tenté de donner une dimension internationale à sa carrière avec l’African All Stars. Installé en Europe où il sort des albums solo, il forme à Paris en 1982 le groupe 4 Etoiles avec notamment Nyboma, déjà installé dans la capitale française.

Dans ce quartet se trouvait également Wuta Mayi, futur membre de Kekele. Passé par le Jamel National dès 1967 puis par l’orchestre Bamboula du guitariste Papa Noël, Wuta Mayi est ensuite resté huit années au sein du TP OK Jazz de Franco. Les références ne manquent pas non plus dans le parcours de Bumba Massa, appelé parfois "Massamour", longtemps aux côtés de Vicky Longomba.

Cinquième élément de Kekele, Loko Massengo, dit "Djeskain" est le seul à être venu du Congo Brazzaville. Il doit sa notoriété au Trio Madjesi, très populaire au Congo et très demandé par d’autres pays du continent entre 1972 et 1975.

S’ils se sont tous fréquentés, les cinq quinquagénaires n’ont jamais travaillé ensemble de façon formelle depuis leur arrivée en France. Pourtant, peu de temps avant d’être réunis par Ibrahima Sylla, ils ont fait un bœuf lors d’un mariage à Bruxelles et espéraient que l’expérience se prolonge, tout en étant septique sur les chances de la rumba d’attirer l’attention du public.

2001 : "Rumba Congo"

Grâce au producteur sénégalais, ils ont l’opportunité d’entrer en studio début 2001. Ils y retrouvent les guitaristes Yves Ndjock, musicien camerounais, et Papa Noël, vétéran de la rumba congolaise. Les chanteurs puisent dans leurs répertoires personnels, reprennent les refrains de quelques standards de la rumba, compilent les tubes de leur illustre compatriote Joseph Kabasélé dans un medley intitulé "Success Ya Grand Kallé". Lorsque paraît l’album "Rumba Congo", en juillet, les membres de Kékélé imaginent que le projet n’ira pas plus loin. Mais la tournée qu’ils effectuent au Royaume-Uni en novembre et décembre 2001 indique clairement que leur formule séduit. En octobre 2002, ils sont programmés lors d’un festival aux Canaries.

Encouragés dans leur démarche, ils retournent en studio pour enregistrer "Congo Life", commercialisé fin 2003. Cette fois, ils rendent hommage aux auteurs de la formation OK Jazz en rassemblant les chansons de Franco, Rossignol et Vicky Longomba dans "Souvenirs OK Jazz". Présent avec eux sur la tournée britannique, leur compatriote Rigo Star Bamundélé – ancien guitariste de Viva la Musica, groupe de Papa Wemba – est venu les accompagner et signe un des onze morceaux. On trouve aussi sur le disque le Malgache Régis Gizavo à l’accordéon.

En novembre, ils font la première partie d’Africando dans la salle parisienne du Bataclan puis donnent un concert en janvier suivant au New Morning. "Congo Life" leur ouvre de nouvelles portes : en juillet et août 2004, de la côte Atlantique à la côte Pacifique, ils donnent vingt-trois concerts aux Etats-Unis et au Canada, jouant notamment au festival d’été de Montréal. Le mois d’après, ils se produisent au concert de bienfaisance "Congo – Rythmes et rumba" organisé à Paris par l’Unesco. Au cours de l’année 2005, le groupe fait le tour d’Europe des festivals : en juin, il est en Allemagne, aux Pays Bas pour le Festival Mundial... La tournée l’emmène jusque dans l’océan Indien à La Réunion pour le festival Sakifo. 

2006 : "Kinavana"

Pour leur troisième album "Kinavana" (contraction de Kinshasa-La Havane), les cinq Kekele retrouvent Papa Noël et invitent Madilu System, ancienne voix du OK Jazz, ainsi que la chanteuse Mbilia Bel. Le Camerounais Manu Dibango, charmé par leur musique qu’il a tant pratiquée à Kinshasa dans les années 1960, tient la promesse qu’il leur avait faite après les avoir entendus sur scène en Suisse et vient lui-aussi participer à l’album. L’enregistrement a lieu à Paris et à New York où le producteur vénézuélien Nelson Hernandez (Celia Cruz, Africando…) apporte ses couleurs latinos. Le groupe a voulu établir un pont entre la rumba congolaise et sa sœur cubaine. Chaque chanteur a puisé dans le répertoire du Cubain Guillermo Portabales, dont les œuvres ont bercé leur enfance au Congo.

Pour fêter la sortie de "Kinavana", Kékélé occupe la scène de la Boule noire à Paris deux soirs de suite au printemps 2006. Après avoir joué au mois de juin en Guadeloupe, ils débutent le mois suivant une tournée d’une quinzaine de dates en Amérique du Nord qui passe par Los Angeles, Chicago, mais aussi Montréal et Toronto au Canada pour se terminer à New York. En octobre, ils retraversent l’océan Atlantique afin de prendre part à la première édition du festival des pays ACP (Afrique Caraïbes Pacifique) qui se tient en République dominicaine.

Invités à Rabat, au Maroc, en mai 2007, ils font ensuite quelques apparitions dans les festivals d’été en France mais aussi au Congo Brazzaville à l’occasion du Fespam organisé en juillet. C’est la première fois que le groupe se produit en Afrique subsaharienne. Trois mois plus tard, Kekele démarre à Birmingham une nouvelle tournée au Royaume-Uni.

Quelques concerts ont encore lieu en 2008, en France et en Suisse. L’année suivante, le groupe est invité par les Français de MAP (Ministère des Affaires Populaires) sur une chanson intitulée "La Vie, c’est pas facile", tandis que Syran Mbenza sort un album solo, suivi l’année d’après par Bumba Massa.  Alors que le Congo célèbre les 50 ans de son indépendance, Kekele réunit à nouveau sur la scène du Bozar à Bruxelles en juillet 2010.
 
Décembre 2013
Discographie
KINAVANA
Album - 2005 - Syllart
CONGO LIFE
Album - 2002 - Sterns
RUMBA CONGO
Album - 2000 - Sterns
Écouter avec
À lire sur Kekele