Le monde selon Dalida en 10 chansons

Dalida à Prague, en République Tchèque en 1977. © Laurent Maous / Getty

Elle fut avant l'heure une adepte des musiques du monde. Des musiques méditerranéennes aux covers de standards anglo-saxons en passant par la reprise de grandes chansons de tous horizons, Dalida, la diva née au Caire de parents italiens et installée à Paris, s'est emparé de rythmes et de langues parfois bien loin de sa personnalité mais toujours avec beaucoup d'enthousiasme et de professionnalisme. Elle cultiva ainsi l'image d'une femme cosmopolite, au succès mondial qui perdure à travers les décennies. 10 chansons viennent illustrer cela : 

Grèce : Danse de Zorba. En 1964, sort le film Zorba le Grec avec la musique de Mikis Theodorakis. Les paroles en français furent adaptées pour Dalida par l'écrivaine Françoise Dorin en 1965.

 

 

 

 

Israël : Hava Nagila. En 1959, Dalida reprend une chanson folklorique en hébreu, qui signifie "Réjouissons-nous".

 

 

 

 

Italie : Ciao Amore. l'Italien Luigi Tenco écrivit cette chanson en italien pour le fameux Festival de San Remo 1967 qu'il interpréta lui-même. Dalida y chantait elle aussi la chanson dans sa version française (adaptée par Pierre Delanoé). Ces deux versions ne remportèrent pas le trophée et le chanteur compositeur se donna la mort.

 

 

 

 

Espagne : Le Flamenco. Entre folklore et variété, Dalida se lance dans des interprétations inédites, voire un peu hasardeuses !

 

 

 

 

Égypte : Yalma Ya salama. La chanteuse signe avec ce titre en arabe un de ses plus grands succès. Elle le chantera aussi en français, espagnol, allemand et italien.

 

 

 

 

Brésil : Rio do Brasil. Toujours à l'écoute des rythmes "exotiques", Dalida s'empare de sonorités brésiliennes largement inspirées par le carnaval et la samba.

 

 

 

 

Allemagne : Er war gerade 18 Jahr (Il venait d'avoir 18 ans). Il était d'usage dans les années 60 et 70 de traduire les succès dans la langue de Goethe. C'est ainsi que Dalida se trouvait souvent sur les plateaux de télévision allemands.

 

 

 

 

Angleterre : The lambeth walk. Cette danse de salon typiquement anglaise fut reprise par la chanteuse en 78.

 

 

 

 

États-Unis : Bang Bang. À l'instar d'autres vedettes, la musique américaine faisait bien sûr partie du répertoire que la diva se devait de reprendre, comme cette chanson de Cher, chantée aussi par Nancy Sinatra.

 

 

 

 

Jamaïque : Il faut danser reggae. Nous sommes là bien loin du reggae de Bob Marley, de la Jamaïque et des Rastafaris. Mais peu importe, l'idée est toujours pour Dalida de danser et de faire danser.