Bessa, liberté, sincérité, musicalité

Bessa. © Fifou

La tribu trop peu nombreuse de l’électro pop de qualité compte désormais un nouveau talent : Bessa, auteure, compositrice et interprète à la voix marquante. Après cinq ans de réflexion, elle nous offre De l’homme à l’animal, un premier album calme en apparence, mais zébré de sentiments forts et contradictoires. Un objet musical à puissante capacité d’émotion.

Dans l’attachante catégorie de l’électro pop féminine, la fulgurance la plus récente se nommait Christine and the Queens : 2014, déjà. Et voici venir Bessa. Christine vient de Nantes, Bessa de Ceyreste, près de Marseille. Point commun, label de qualité : toutes deux ont été découvertes par le Lab’ des Inrockuptibles.

Le titre phare de ce premier album, De l’homme à l’animal, a donné son nom à tout le disque. À son écoute, on comprend pourquoi : la musique électronique est ample, incantatoire, les guitares caressent et la voix remarquable de Bessa, grave, très proche, évoque, en une tragicomédie à peine métaphorisée, l’éternel combat des corps dans l’amour. On peut en rapprocher l’impressionnante Fin du règne : tempo syncopé, programmations triomphantes et voix assortie griffent sans fard une fin du monde possible. C’est l’amour et la mort, dont Bessa nous parle encore…

Autres touchantes facettes de ce disque multidirectionnel, L’Exode et Frida. Dans le premier, sur un sobre guitare-voix, Bessa dessine tendrement le flot des migrants : "Ils sont de ceux qui appartiennent/ Aux souvenirs perdus". Bessa peint, aussi : c’est avec respect qu’elle croque donc, dans Frida, la silhouette brisée de Frida Kahlo, mêlant sa propre vie à celle de l’artiste peintre mexicaine. Le glaçant et bipolaire Daydream est, enfin, un superbe réquisitoire contre l’inévitable masque social.

Émotion, sincérité et géométrie dans l’espace orchestrée par l’impeccable Kenzo Zurzolo, de la bande d’Igit, sont les marques distinctives de ce premier album de Julie Bessard, dite Bessa. De Ceyreste à Nantes et ailleurs, souhaitons-lui un destin de Reine Christine.

Bessa De l’homme à l’animal (Elektra/ Warner Music) 2017
Page Facebook
de Bessa