La Bande passante, une maison où la musique résonne à tous les étages. La Bande, avec ses chroniqueurs et ses invités, proposent chaque soir la bande son de la planète musicale. Dès la porte d’entrée, nous vous accueillons avec la nouveauté du jour. Puis, nous vous promenons de pièce en pièce, du salon à la chambre, en passant par la cave ou le grenier, histoire de découvrir un vieux tube, rencontrer la nouvelle chanteuse glamour ou l’artiste qui franchira le pas de la porte demain ! La chanson francophone est à l’honneur, mais sans exclusivité. La bande passante fait également appel aux nombreux spécialistes musique de RFI et des experts de la discothèque et des produits dérivés.

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Stupeflip, le retour des punks du hip-hop

Stupeflip «Stupvirus». © Stupeflip

La rencontre avec King Ju de Stupeflip pour leur nouvel album Stupvirus.

Rediffusion de l'émission du 29 mars 2017.

Au commencement, en 2000, il y a eu le CROU. Cette entité protéiforme malaxait la musique comme d’autres la pâte à modeler, et comprimait le tout pour le lancer à la figure du public. Ce groupe d'un nouveau genre s’appelait Stupeflip. La notion même de « CROU », blague autour du « crew » des rappeurs, reste vague. Elle englobe les membres du groupe, leur entourage et même leurs fans. Stupeflip, au début du siècle, c'étaient des rappeurs rock’n roll qui auraient lu des comics de super-héros en écoutant de la pop mielleuse des années 1980. Comme ils aiment à le répéter : «Le Stupeflip CROU ne mourra jamais». Voilà pourquoi ils sortent encore des disques, et le dernier s'appelle Stupvirus.