Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Hommage à Lobi Traoré

Le 1er juin 2010, nous apprenions avec stupeur la disparition, à seulement 49 ans, du chanteur et guitariste malien Lobi Traoré. Comme son illustre prédécesseur, Ali Farka Touré, il avait choisi la voie du Blues pour exprimer ses tourments et sa mélancolie. Ce qu’il appelait le « Bambara Blues » s’inscrivait dans « L’épopée des Musiques Noires » avec une force narrative peu commune.

En juin 2004, il était venu à Paris nous présenter « Mali Blue », une sélection de ses œuvres passées, et avait accepté de nous conter sa destinée. L’histoire d’un jeune musicien téméraire qui n’imaginait sûrement pas briller sur les scènes internationales, et enthousiasmer les publics canadiens, allemands, hollandais, suisses, belges ou français.

Bien qu’il n’ait jamais fermement reconnu l’influence de John Lee Hooker sur son jeu, sa musicalité rappelait parfois les accents Blues du Mississippi… Mais n’avait-il pas en lui, dès l’origine, les racines ancestrales de l’âme noire ?

S’il avait suscité plus d’écoute et de considération, Lobi Traoré aurait sans doute aujourd’hui les honneurs des grands instrumentistes de notre temps.

C’est la raison pour laquelle, nous avons choisi, cette semaine, de saluer la mémoire de cet artiste authentique profondément attaché à sa culture.

Du « Bozo Bar » de Bamako au « New Morning » de Paris, Lobi Traoré aura fièrement défendu le patrimoine sonore de ses aînés, son départ précipité vers le bleu des cieux nous incitera peut-être à lui porter plus d’attention et à lui manifester notre gratitude tant que sa musique nous fera frissonner !

http://www.mali-music.com/Cat/CatL/LobiTraore/LobiIndex.htm

http://lobitraore.com

Facebook/Twitter édition