Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Le Bel Air de Césaire

Le Bèlè est une forme d'expression musicale et corporelle née dans les Caraïbes, il y a plus d'un siècle. Ce patrimoine majeur fut l'écho vibrant des soubresauts de la population martiniquaise, au fil des décennies. Nul doute que le poète Aimé Césaire, dont on célèbre le centenaire en 2013, aurait salué l'initiative du pianiste Hervé Celcal de revitaliser cette humeur traditionnelle qui a accompagné le combat des hommes libres après l'abolition de l'esclavage en 1848.

En lui donnant une dimension plus jazz, Hervé Celcal a modernisé le bèlè, et lié la destinée des Afro-Américains à celle des Afro-Caribéens unis dans la lutte pour l'égalité raciale et sociale. Le rythme et la danse ont longtemps soutenu les harmonies européennes des plus grands improvisateurs. Il paraissait donc logique et naturel d'entendre cet héritage sonore dans les compositions inspirées d'un instrumentiste virtuose bercé par la musicalité de ses aînés.  

Hervé Celcal ne propose pas seulement de découvrir la richesse artistique de sa terre, il nous conte une histoire, celle de ses ancêtres contraints de réaffirmer leur existence après des siècles de servitude. Comment ne pas s'interroger sur le sens des notes quand elles appellent une lecture citoyenne ? Et pourquoi ne pas relire «Cahier d'un retour au pays natal» d'Aimé Césaire en écoutant «Bel Air for Piano» d'Hervé Celcal ?

Ce serait, sans nul doute, le signe d'un élan humaniste universel que, seuls, les esprits sages peuvent insuffler. Hervé Celcal porte en lui ce message et cette responsabilité qu'il tentera d'exprimer sur la scène du Sunside à Paris, le 19 juin 2013.

http://www.herve-celcal.com/