Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Memphis Soul

Lorsque l'on se penche sur le patrimoine musical de la ville de Memphis (Tennessee), certains noms rejaillissent immédiatement. Et d'abord, celui d'Otis Redding qui enregistra, dans les années 60, nombre de ses succès dans les studios du célèbre label Stax Records. 50 ans plus tard, une jeune chanteuse américaine blanche a choisi de se plonger, à son tour, dans l'histoire de la communauté noire quand le cœur battant de Soul-Music originelle résonnait dans le Sud des Etats-Unis.

Née en 1976 à Rochester (New-York) au Nord, bien loin de ses héros d'antan, Robin McKelle fait partie d'une génération qui, inconsciemment, s'est nourrie des œuvres léguées par les pionniers. Dans les années 80 et 90, elle est une enfant qui s'enthousiasme pour les mélodies pop entendues à la radio sans se douter une seconde que tout un pan de «L'épopée des Musiques Noires» lui échappe totalement.

Pourtant, progressivement, la demoiselle affine ses connaissances musicales et distingue désormais les nuances sonores entre les différents artistes qu'elle admire. De Stevie Wonder à Wilson Pickett, de Diana Ross à Aretha Franklin, de Smokey Robinson à Eddie Floyd, il y a un fossé culturel majeur qu'elle perçoit... sans vraiment l'identifier.

C'est en décidant d'aller enregistrer son nouvel album à Memphis que tout s'éclaire ! Là, elle découvre une humeur, un mode de vie, et un état d'esprit hérités d'un passé douloureux ponctué par le combat racial incessant des grands orateurs. Les vestiges de la confrontation Nord/Sud lui saute alors aux yeux... Elle réalise soudain combien Motown Records et Stax Records furent les symboles vibrants de cet écart social qui dictait les choix artistiques et commerciaux de l'industrie du disque.

Cela explique certainement l'âpreté récente de son discours... Robin McKelle a changé et s'interroge : «Ne faudrait-il pas dépasser les querelles stériles qui ne font qu'entretenir les rancœurs ou les jalousies ? Pourquoi, par exemple, ne pas reconnaître le droit d'une chanteuse blanche à interpréter un répertoire né de la souffrance du peuple noir ? Nous nous imposons trop de règles communautaires quand les artistes eux-mêmes cherchent à les faire disparaître.»

«Heart of Memphis» (Sony Music) est peut-être le premier engagement de Robin McKelle vers une authenticité artistique assumée, peut-être la révélation de sa véritable identité... Vous pourrez en juger lors de sa prochaine tournée européenne qui passera par l'Angleterre, l'Autriche, l'Allemagne, la Finlande et la France ! Notamment, le 25 mars 2014 au Bataclan à Paris...

http://www.robinmckelle.com/

 

Facebook/Twitter édition