Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Dianne Reeves

Portrait de Dianne Reeves © diannereeves.com

S'approprier le répertoire des grands icônes de "L'épopée des Musiques Noires" n'est pas donné à tout le monde. Il faut l'intelligence et la créativité d'une artiste comme Dianne Reeves pour rendre une nouvelle interprétation crédible. C'est le défi que s'est lancée cette grande dame dont les prouesses vocales épousent avec délicatesse et sensibilité les humeurs sonores les plus lumineuses.

Qu'elle évolue dans le jazz, la soul, le reggae, le blues, le gospel ou les musiques latines et africaines, Dianne Reeves parvient à émouvoir avec un naturel déconcertant. Elle vit la musique de tout son être et nous fait partager son enthousiasme et sa passion avec sincérité.

Dianne Reeves a grandi à l'écoute des artistes Motown, au cœur des années 60, et s'autorise désormais d'adapter les classiques de son enfance, quand cette fameuse maison de disques, alors basée à Détroit, accompagnait le soulèvement social de la communauté noire emmenée par le Pasteur Martin Luther King. Dianne Reeves était alors une enfant insouciante mais ressentait la vibration afro-insurrectionnelle de l'époque. D'ailleurs, lorsque l'on se penche sur la discographie de Dianne Reeves, et sur ses choix musicaux, l'Afrique n'est jamais loin. Très tôt, elle avait senti cet appel ancestral sans jamais en comprendre le sens patrimonial. C'est au contact de la chanteuse béninoise Angélique Kidjo qu'elle eut ce besoin et cette envie de se rapprocher de ses racines profondes.

Dianne Reeves et Angelique Kidjo © Dragan Tasic

 

Parmi les invités prestigieux présents sur le dernier album en date de Dianne Reeves, « Beautiful Life » (Concord/Universal), il y a le désormais incontournable Gregory Porter. Fascinée par cette personnalité énigmatique, insondable et chaleureuse à la fois, Dianne Reeves a souhaité enregistrer un duo à ses côtés pour tenter d'apprivoiser la voix de ce grand gentleman des années 2000. Le duo Dianne Reeves/Gregory Porter est peut-être le titre le plus réussi de l'album « Beautiful Life » sur lequel on retrouve également l'une des dernières prestations du pianiste George Duke, disparu le 5 août 2013, et à qui Dianne Reeves tenait à rendre hommage. Elle salue ainsi la mémoire de son ancien producteur et d'un membre de sa famille, puisque George Duke était l'un de ses cousins.

 

Le meilleur album de Dianne Reeves est sans nul doute celui enregistré au New Morning à Paris le 14 mai 1997. Mais qu'importe les jugements de valeur, la voix seule de cette formidable interprète nous rappelle combien nous sommes privilégiés d'avoir la possibilité aujourd'hui de savourer les plus belles mélodies par des chanteurs et chanteuses d'exception. Dianne Reeves est unique et nous enchante à chacune de ses prestations.

 

Elle nous donne d'ailleurs rendez-vous les 25 et 27 septembre prochains pour deux représentations exceptionnelles à Johannesbourg, en Afrique du Sud, dans le cadre du «Joy of Jazz Festival » où elle retrouvera son nouvel ami Gregory Porter.

Le site de Diane Reeves

Le site de Joy of Jazz Festival

 
 


 

Facebook/Twitter édition