Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle !  Chaque semaine, L’épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du 20ème siècle : La Black Music !   A partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

L'AACM a 50 ans !

© DR

Fondée en 1965 à Chicago, l'AACM (Association for the Advancement of Creative Musicians) a longtemps été un espace de liberté où de nombreux artistes, issus de la communauté noire américaine, débattaient, militaient, et composaient des œuvres portées par l'improvisation débridée d'incomparables virtuoses. Bien que ce collectif d'instrumentistes émérites n'ait jamais ouvertement cherché le prosélytisme politique, son apparition dans le paysage musical des années 60, au cœur du bouillonnement des droits civiques, laisse entrevoir un engagement citoyen certain.

Muhal Richard Abrams. © AACM

Imaginée, il y a 50 ans, par le pianiste Muhal Richard Abrams, bientôt rejoint par Jodie Christian, Steve McCall et Phil Cohran, l'AACM est devenue une institution qui promeut une forme de jazz débarrassée de toutes contraintes stylistiques ou commerciales. En 2015, plusieurs événements ou happenings ont salué, aux Etats-Unis, ce cinquantenaire improbable. La France, terre de culture et de diversité, a évidemment accueilli à bras ouverts quelques-uns des piliers de cette association historique.

Wadada Leo Smith. © Scott Goller

Du 2 au 18 octobre 2015, à Brest (Ouest de la France), l'Atlantique Jazz Festival a, par exemple, célébré en grande pompe la force expressive des musiciens de Chicago en donnant carte blanche à plusieurs membres éminents de l'AACM. En guise de bouquet final, le pianiste Adegoke Steve Colson en solo et le trompettiste Wadada Leo Smith, soutenu par le batteur Mike Reed, ont laissé libre cours à leur inventivité en proposant deux concerts très différents, mais chaque fois guidés par l'esprit frondeur des grands innovateurs d'antan.
 

Adegoke Steve Colson. © Iqua Colson

Au-delà des performances scéniques, la musicalité de ces maestros interroge notre écoute. Le free-jazz, terme aujourd'hui galvaudé et réducteur, nourrit l'intention artistique de ces artisans du son qui clament leur droit d'être libres et parfois provocateurs. Assister à une prestation de ces flamboyants trublions est une expérience unique qui nous prouve que la «Great Black Music» est aussi actuelle qu'intemporelle.
 
 

 

© DR

Après Brest et Paris, les festivités se poursuivront début 2016 dans le Val-de-Marne lors du festival «Sons d'hiver» qui invitera, à son tour, quelques brillants représentants de l'AACM, et notamment son fondateur, Muhal Richard Abrams, pour saluer cette association courageuse d'utilité publique.


AACM Chicago
Atlantique Jazz Festival # 12
La Nuée, éditions Parenthèses
 

 

Facebook/Twitter édition