Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, L’épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Jimi Hendrix, la rébellion pacifique...

Jimi Hendrix, 1970. © DR

Le 4 juillet 1970, le guitariste Jimi Hendrix participait à la 2ème édition de l'Atlanta Pop Festival qui se tenait dans la petite bourgade de Byron en Géorgie. Pourquoi cette prestation est-elle devenue historique ? Donner un concert dans le Sud ségrégationniste à une époque où le mouvement des droits civiques subissait les assauts répétés de l'intolérance et de la haine était une gageure pour tout artiste noir, fut-il éminemment célèbre...

Lester Maddox, gouverneur de Géorgie (1967-1971). © Library of Congress

Pour Lester Maddox, gouverneur blanc raciste de l'Etat de Géorgie, la venue de 400 000 jeunes hippies sur ses terres représentait un danger et un acte de défiance vis-à-vis des autorités locales, dont les exactions étaient jusqu'alors passées sous silence. Malgré tout, une foule immense pacifiste et bon enfant vint acclamer le héros du jour au grand dam de quelques citoyens américains trop conservateurs pour accompagner l'évolution inéluctable de la société et des consciences.

Ce moment de grâce porté par la virtuosité électrique de Jimi Hendrix fut enregistré et filmé par une jeune équipe de cinéastes qui avait conservé pendant des décennies ces précieuses archives que nous découvrons aujourd'hui à travers le CD/DVD «Jimi Hendrix, Electric Church» (Sony/Legacy). Ce documentaire inédit nous plonge dans l'univers sonore d'une époque glorieuse quand les artistes choisissaient de reprendre le flambeau des grands orateurs disparus, dont le message devait résister aux désillusions et à l'amertume.
 
Comment ne pas se délecter de cette fronde musicale menée par l'un des plus grands instrumentistes de «L'épopée des Musiques Noires» ! Lorsque Jimi Hendrix interpréta, dans une cavalcade de notes volontairement distordues, l'hymne américain ce 4 juillet 1970, jour de la fête nationale, faisait-il un pied de nez à la frange la plus radicale de la population sudiste ? Ou manifestait-il, à sa manière, son attachement à sa citoyenneté américaine ?
 

Jimi Hendrix pendant l’Atlanta Pop Festival. © www.jimihendrix.com

Ces questions restent posées aujourd'hui et nourrissent notre curiosité idolâtre pour une figure majeure du XXème siècle. Le 27 novembre 2015, Jimi Hendrix aurait eu 73 ans. Revivre en images sa légendaire performance de juillet 1970 ravive des senteurs, des couleurs, une humeur rebelle que ce prodigieux guitariste continue d'insuffler au présent.

 

 
 
 
 
 
Nos invités, Yazid Manou (attaché de presse et organisateur, il y a 25 ans, d’un fameux festival Jimi Hendrix qui marqua les esprits à l’Olympia en septembre 1990) et Belkacem Méziane (conférencier, pédagogue, saxophoniste et chroniqueur pour le magazine «Soulbag») analysent cette semaine avec nous l’impact socio-culturel de cette date historique !
 
 
Le site de Jimi Hendrix
 
 
Par ailleurs, jusqu'au 28 novembre 2015, le photographe Bernard Rouan, qui a accumulé depuis 45 ans de nombreux clichés inédits, présente une exposition consacrée aux grandes icônes d'antan dont Jimi Hendrix... Rendez-vous à la galerie Rouan, 3 rue Perrée à Paris 3ème.