Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

L’insatiable Manu Katché

Manu Katché. © Anteprima

Si l’on connaît la maestria du batteur Manu Katché, à travers ses nombreuses collaborations avec les grandes figures de la Pop, du Rock et de la Soul-Music, il serait injuste de réduire son aventure musicale à ce statut d’accompagnateur de haute volée. Au-delà de ses prestations remarquées en compagnie de Peter Gabriel, Youssou N’Dour ou Tracy Chapman, Manu Katché est aussi un compositeur et chef d’orchestre de grand talent qui, depuis plus de 10 ans, écrit les différents chapitres de sa propre épopée, en faisant paraître régulièrement des albums enthousiasmants.

Insatiable, Manu Katché est incapable de se laisser porter par les bienfaits de la renommée. Il sait que le risque est un moteur artistique très puissant. C’est la raison pour laquelle, il multiplie les expériences et maintient un niveau d’exigence très élevé. Comme son nom l’indique, le dernier disque de Manu Katché, « Unstatic », confirme son désir de ne pas se complaire dans le confort du savoir-faire. Le Jazz lui a donc apporté ce sens de l’improvisation que seuls les équilibristes aguerris savent maîtriser. Le dénominateur commun à tous ses projets, parfois périlleux, est un groove inné dont il s’amuse à décliner les différentes sources culturelles. 

© Etienne de Villars

Bercé par les ornementations électriques du jazz des années 70, Manu Katché reconnaît volontiers s’inspirer des illustres groupes de fusion que furent Weather Report, le Mahavishnu Orchestra ou les Brecker Brothers, mais il tient à actualiser cette humeur psychédélico-inventive en ponctuant ses œuvres d’une rythmique forte soutenue par l’esprit créatif de ses impeccables partenaires. Les accents funk de sa musicalité entretiennent la force expressive d’un idiome trop souvent jugé complexe. En revitalisant le swing, Manu Katché parvient à rendre attrayant et attractif une musique dite élitiste. Cette invitation est, somme toute, naturelle quand on connaît le cheminement versatile et éclectique du personnage.
 

 
 

Finalement, Manu Katché dessine paisiblement les contours de son propre paysage musical qui ne connaît pas de limites, sauf celle parfois d’une industrie discographique trop frileuse pour accompagner les élans de générosité de véritables virtuoses. Mais Manu Katché s’en moque, il avance, pas à pas, avec la confiance insolente des grands instrumentistes. Se lancer des paris dynamise sa destinée et nourrit son enthousiasme, à l’image du concert exceptionnel qu’il donnera à l’Olympia, le 7 avril 2016, en compagnie de Sting, Richard Bona, Raul Midon, Noa et Stephan Eicher… Une nouvelle étape de son épanouissement personnel et un cadeau pour ses nombreux fans parisiens !
 
http://www.manu-katche.com
  

© Etienne de Villars