Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Miles Davis à Montreux

Miles Davis en concert en 1986. © Thierry Orban/Sygma via Getty Images

Il y a 25 ans, le 28 septembre 1991, disparaissait l’un des plus étonnants trompettistes et chefs d'orchestre de l’histoire du jazz. Tout au long de sa vie, Miles Davis n’a cessé de se remettre en question, d’expérimenter, d’avancer, sans jamais regarder dans le passé. L’audace, le risque et le pari de la nouveauté animaient l’esprit vif de cet incroyable instrumentiste. C’est ainsi qu’il parvint à rester un musicien en perpétuel mouvement et un artiste profondément créatif.

 

Miles Davis et Quincy Jones au Festival de Jazz de Montreux, Suisse, en juillet 1991. © Alain Benainous/Gamma-Rapho via Getty Images

Pourtant, le 8 juillet 1991, quelques semaines avant de quitter ce monde, il acceptait, à l’invitation de son ami Quincy Jones, de réinterpréter ses œuvres d’autrefois, et notamment, son répertoire des années 50 en grande formation. Ce fut la dernière prestation de Miles Davis à Montreux et l’une des plus émouvantes. De 1973 à 1991, le Montreux Jazz Festival eut le bonheur d’accueillir 10 fois ce grand personnage qui tenait, à chacune de ses apparitions, à présenter de nouveaux virtuoses à qui il prédisait un avenir glorieux. Au fil des décennies, de jeunes et brillants solistes grandissaient aux côtés d’une légende du jazz afro-américain. Robben Ford, Darryl Jones, Kenny Garrett ou Wallace Roney, entre autres, inscrivaient leur nom dans « L’épopée des Musiques Noires ». 

En juillet 2016, un quart de siècle après l’ultime concert de Miles Davis à Montreux, certains de ses anciens jeunes comparses, devenus aujourd'hui des personnalités reconnues, ont profité de leur passage au 50ème Montreux Jazz Festival pour évoquer le maestro, et se souvenir de leur collaboration sur scène, il y a plus de 30 ans. Le bassiste Darryl Jones a gardé en mémoire le flamboyant trompettiste, le saxophoniste Bill Evans tire toujours profit des conseils de son mentor, le guitariste Robben Ford estime avoir vécu des moments d’une intensité rare en présence du maître, le saxophoniste Kenny Garrett insiste sur la qualité de leader du chef d’orchestre, le trompettiste Wallace Roney continue de chérir la trompette que lui avait offert Miles Davis

Miles Davis et Kenny Garrett en concert en juillet 1988. © Getty images/Paul Bergen/Redferns

Le plus vibrant témoignage est celui du producteur Quincy Jones qui, en juillet 1993, lors d’une conférence de presse à Montreux, rendait hommage à son ami disparu alors que Warner Records éditait l’enregistrement de leur dernière collaboration. « Des artistes comme Miles, Bird, Duke, ne disparaissent jamais. Grâce aux disques et aux vidéos, ils sont désormais avec nous et pour longtemps ». 
 
Nul doute que les commémorations se poursuivront jusqu’à la fin de l’année 2016. Le label Sony/Legacy annonce déjà, pour le 21 octobre 2016, la sortie d’un coffret 3 CDs intitulé « Freedom Jazz Dance » réunissant toutes les sessions réalisées entre 1966 et 1968 par Miles Davis. Les Editions Alter Ego font paraître « Lettres à Miles » de Franck Medioni, un recueil de 55 textes signés par les meilleurs instrumentistes d'aujourd'hui en mémoire de la star. Une soirée de lecture sera d’ailleurs organisée, le 1er octobre, à la Maison de la Poésie à Paris. Nos confrères de « Jazz Magazine » consacrent leur numéro de septembre à la « Galaxie Miles ». Et quelques anciens partenaires du trompettiste donneront des concerts en France prochainement, et notamment, le saxophoniste Dave Liebman au New Morning, le 28 septembre (date éminemment symbolique). Miles Davis est une icône dont l’aura résistera à l’érosion du temps !
 
Site officiel de Miles Davis