Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle !  Chaque semaine, L’épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du 20ème siècle : La Black Music !   A partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Du 1er au 23 juillet, RFI Musique vous offre la version longue de « L’épopée des Musiques Noires ». Plus de notes, plus de couleurs, plus de rencontres, plus de ferveur ! Bel été à tous… 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

2 pianos + 2 virtuoses = une infinité d'harmonies !

Laurent de Wilde et Ray Lema. © Olivier Hoffshir

Bien que Ray Lema et Laurent de Wilde se connaissent, s’apprécient et se croisent sur les routes de France et de Navarre depuis plus de 25 ans, additionner leur talent respectif relevait malgré tout d’un joyeux défi. Trouver l’harmonie de deux musicalités, de deux identités, de deux empreintes culturelles, pouvait paraître périlleux, mais la virtuosité et le savoir faire de ces deux grands instrumentistes ont révélé la force expressive de leur complicité.

Ray Lema et Laurent de Wilde. © RFI/Joe Farmer

 

Au-delà de l’expérience enthousiasmante d’un dialogue pianistique, l’enregistrement de Riddles a symbolisé l’entente, le partage et l’unité, des valeurs humaines trop souvent bafouées dans un monde en quête d’équilibre et de sérénité. Penser que les traditions ancestrales sont un frein à l’harmonie universelle dit la méconnaissance de l’histoire des peuples à travers les âges. À aucun moment, Ray Lema et Laurent de Wilde n'ont douté de leur capacité à conjuguer leurs idiomes originels. Le fruit de ce mariage transpire dans chacune de leurs compositions.

Ray Lema et Laurent de Wilde. © Christian Rose

Du blues américain aux traditions percussives congolaises, du ragtime de Jelly Roll Morton aux sonates de Jean-Sebastien Bach, l’échange instinctif de Ray Lema et Laurent de Wilde démontre une indéniable ouverture d’esprit et la volonté farouche de ne pas dresser de murs entre les genres musicaux, de ne pas s’arc-bouter, de ne pas résister au métissage inéluctable de « L’épopée des Musiques Noires ». Jouent-ils du jazz ? Qu’importe la dénomination ! L’enjeu est bien plus important que ces batailles lexicales. Il s’agit aujourd'hui de célébrer, dans une pluie de notes inspirées, la myriade de couleurs sonores que seuls les maestros savent produire.
 

Laurent de Wilde et Ray Lema. © Christian Rose

Après un concert prodigieux, le 14 novembre 2016, à la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain à Paris, Ray Lema et Laurent de Wilde livreront une nouvelle prestation dans un haut lieu du patrimoine français, le Petit Palais, le 18 mars 2017. Nul doute que leurs mélodieuses ornementations donneront de l’éclat à cette bâtisse plus que centenaire ! 
 
 
Site officiel de Ray Lema
Site officiel de Laurent de Wilde