Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

D’une génération à l’autre…

Marcus Miller à la Montreux Jazz Academy (Mars 2017). © 2017 FFJM & HEMU/EJMA – Marc Ducrest

Du 3 au 10 mars 2017 à Lausanne en Suisse, l’EJMA (École de Jazz et des Musiques Actuelles) et l’HEMU (Haute École de Musique) accueillaient, en partenariat avec la « Montreux Jazz Artists Foundation », une dizaine de jeunes talents venus parfaire leur technique et leur développement artistique aux côtés de chaperons prestigieux dans le cadre de la 3ème Montreux Jazz Academy. Créé en 2014, ce rendez-vous pédagogique et musical apporte à de futurs virtuoses les moyens et le soutien nécessaire à l’ébauche d’une carrière digne et florissante.

Trilok Gurtu, lors du concert de gala de la Montreux Jazz Academy (Mars 2017). © 2017 FFJM & HEMU/EJMA – Marc Ducrest

Parmi les « mentors » invités à conseiller, orienter et canaliser l’énergie et l’enthousiasme de 10 jeunes déjà très prometteurs, le bassiste américain Marcus Miller fut d’une aide précieuse. Sa disponibilité, sa bienveillance et sa générosité ont accompagné une semaine d’ateliers, de répétitions et d’échanges très utiles pour des musiciens en herbe en quête d’excellence. La présence du légendaire percussionniste indien Trilok Gurtu fut également essentielle. Sa maîtrise parfaite des rythmes planétaires, son regard espiègle et son discours sur la source africaine du swing, ont éclairé les apprentis jazzmen. Sans oublier, le guitariste Kurt Rosenwinkel, le batteur Ziv Ravitz, la chanteuse Elina Duni et le pianiste Yaron Herman dont le rôle de coach fut déterminant pour donner de l’élan à cette semaine de joyeuse célébration sonore.

 

Al Jarreau, lors de la Montreux Jazz Academy 2015. © 2015 FFJM / Mehdi Benkler

 

À l’issue de ces 8 jours de perfectionnement et de partage, tous les participants se retrouvèrent sur scène pour donner un concert ouvert au public et, ainsi, exposer le fruit de leur travail collégial intense. Il manquait pourtant une âme à cette épatante addition de talents sur scène, celle du chanteur Al Jarreau, disparu quelques jours plus tôt. Il avait souvent manifesté son désir de soutenir la jeune génération, comme en novembre 2015 à Montreux, et avait donné son accord pour rejoindre à nouveau ses acolytes à Lausanne. Arta, Cristina, Imelda, Erik, et Fabio, chanteurs en devenir, ressentaient plus que tout autre l’absence du maestro. Et, bien qu’ils furent brillamment épaulés par la voix réconfortante d’Elina Duni, l’esprit d’Al Jarreau ne les quitta jamais durant cette semaine d’immersion totale dans l’univers du jazz.

Lors du concert final, Mathieu Jaton, patron du Montreux Jazz Festival, invita d’ailleurs les spectateurs à saluer la mémoire du légendaire chanteur par un tonnerre d’applaudissements. Marcus Miller, partenaire d’Al Jarreau pendant de longues années, fut également ému d’évoquer à notre micro celui qu’il accompagna sur scène à de nombreuses reprises. Derrière les sourires et la force expressive de tous ces artistes émérites, nous eûmes cependant le sentiment profond qu’une génération laissait place à une autre… C’est peut-être là le vœu de Stéphanie Aloysia Moretti, directrice artistique de cette académie : préparer l’avenir, préserver la flamme vitale du jazz, et insuffler le respect du patrimoine légué par les grandes figures de « L’épopée des Musiques Noires ».
 
Le site de Montreux Jazz Artists Foundation

 

Marcus Miller, lors du concert de gala de la Montreux Jazz Academy (Mars 2017). © 2017 FFJM & HEMU/EJMA – Marc Ducrest

 

Facebook/Twitter édition