Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle !  Chaque semaine, L’épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du 20ème siècle : La Black Music !   A partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Du 1er au 23 juillet, RFI Musique vous offre la version longue de « L’épopée des Musiques Noires ». Plus de notes, plus de couleurs, plus de rencontres, plus de ferveur ! Bel été à tous… 

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Hommage à Chuck Berry

Chuck Berry sur scène à La Haye (Pays-Bas), le 14 juillet 1995. © Getty images/Frans Schellekens/Redferns

Lorsque l’annonce de la disparition de Chuck Berry parvînt aux rédactions internationales le 18 mars 2017, les hommages révérencieux semblaient, cette fois-là, ne pas se satisfaire d’une simple évocation élogieuse. La tonalité des commentaires cherchait la réhabilitation d’une œuvre et d’un symbole. Au-delà du pionnier, c’est la paternité d’une culture que l’on devait défendre en ce jour de deuil planétaire car, quels que furent les écrits historiques célébrant les prouesses du « King » Elvis, c’est bien dans le terreau de l’Afrique ancestrale qu’il faut déceler les racines noires du rock et la valeur de Charles Edward Anderson Berry.

 

Chuck Berry et Keith Richards. © Getty images/Terry O'Neill

 

Est-il encore contestable de penser que la source originelle, frondeuse, sulfureuse et insoumise du rock’n’roll est le fruit d’une résistance afro-américaine séculaire contre l’oppression d’un pouvoir blanc omnipotent ? Plus personne n’oserait aujourd'hui affirmer le contraire. Il aura pourtant fallu se pencher sérieusement sur la destinée d’un artisan du rythm & blues pour qu’enfin son statut de créateur universel soit reconnu. Chuck Berry a, non seulement, été l’un des majestueux trublions de l’Amérique noire mais il aura, de surcroît, dessiné les contours d’une matrice musicale inaltérable.  

Ses riffs de guitares, sa gestuelle, son attitude, ont inspiré des générations d’artistes qui, à leur tour, auront la lourde responsabilité de perpétuer le message du regretté patriarche. Il suffit d’écouter « Maybellene » ou « Johnny B. Goode » pour prendre conscience de l’impact de cette musique-là sur notre patrimoine commun. Chuck Berry fut l’un des piliers d’une aventure sociale et artistique unique. Et bien que son comportement et ses frasques pouvaient parfois ternir son image de vétéran, il subsistera de son épopée cette indéfectible identité sonore qui a illuminé les années 50. 

 

Chuck Berry en concert au Zénith, Paris, le 14 novembre 2008. © Getty images/ François G. Durand

 

© Getty images/Paul Warner/WireImage

Le 18 octobre 2016, le jour de son 90ème anniversaire, Chuck Berry annonçait la parution prochaine d’un album, sobrement intitulé « Chuck », le premier depuis 40 ans. Ce disque, désormais posthume, sortira le 16 juin 2017. Nul doute que cet enregistrement suscitera l’engouement populaire pour une véritable légende dont l’aura résistera sans effort à l’érosion du temps !

Jacques Barsamian, auteur de nombreux ouvrages consacrés à l'histoire du rock, est l'un des rares journalistes français à avoir rencontré Chuck Berry dès les années 60. Il se souvient à notre micro de ces échanges chaleureux avec l'unique «Roi du Rock'n'Roll».

 
 
Le site de Chuck Berry