Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Archie Shepp a 80 ans !

Archie Shepp à Marseille, le 25 juillet 2013. © AP/Claude Paris

Né le 24 mai 1937 à Fort Lauderdale en Floride, Archie Shepp a profondément marqué « L’épopée des Musiques Noires » grâce à son jeu libre et incisif, son discours franc et direct, ses choix artistiques audacieux et créatifs. Bien que les années passent, cet immense saxophoniste ne se résout pas à dessiner les contours définitifs d'une vie en constante évolution. Archie Shepp nous invite, avec une pointe de malice, à regarder son avenir même s’il prend progressivement conscience que ses souvenirs entrent dans le patrimoine. 

Ancien professeur à l’université de Amherst dans le Massachusetts, il constate que sa propre destinée rejoint aujourd'hui celle qu’il enseignait jadis à ses étudiants. Artiste insoumis depuis ses premiers échos jazz, témoin et acteur de la rébellion africaine-américaine au cœur des années 50 et 60, il observe avec gravité la transformation des Etats-Unis sous l’ère Trump. Contemporain de Cecil Taylor, Amiri Baraka, Ralph Ellison, Richard Wright ou John Coltrane, il garde en mémoire la fronde salvatrice de ses héros dont le cri contestataire originel continue de résonner aujourd'hui.

Archie Shepp. © Monette Berthomier

Autrefois, le Blues donnait une voix aux plus démunis, puis vinrent le Jazz, la Soul et le Rap… Le pouvoir de la musique engagée n’a peut-être endigué le racisme, les haines et les violences mais il a fait naître un esprit de lutte et a mobilisé les consciences. Lorsque Archie Shepp joue, il parle, dénonce, revendique. Il est pourtant pertinent de s’interroger sur la dimension spirituelle d’une forme d’expression qui trouve ses racines sur le continent africain. Au-delà de ses prises de positions tranchées, Archie Shepp sait que ses apparitions à Alger en 1969, à Saint-Louis en 1993, à Tanger en 1999, le réconcilie avec ses ancêtres. Finalement, son combat se poursuit peut-être à travers un nouvel élan du mouvement « Go back to Africa ». 

Archie Shepp ne vit cependant pas sur la nostalgie. Il ne boude certes pas le plaisir d’être honoré des deux côtés de l’Atlantique (Il a notamment reçu en 2016 l’une des plus hautes distinctions américaines, le NEA Jazz Masters Award à Washington, et le Grand Prix de la Sacem à Paris), mais les lauriers lui importent peu. Il préfère les projets et les sollicitations à venir aux louanges unanimes et compassées. 

 

Discours d'Archie Shepp aux NEA Jazz Masters Awards 2016 à Washington. © Shannon Finney

Souhaitons donc un vibrant 80ème anniversaire à ce gentleman intègre que l’on pourra applaudir cet été à Vienne, Porquerolles, Juan-Les-Pins, La Petite Pierre, et Paris (La Villette) entouré de ses amis, Pharoah Sanders, Cheick Tidiane Seck, Mino Cinelu… Vivement ! 

Site officiel d'Archie Shepp