Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

La volonté d’Oumou Sangaré…

Oumou Sangaré. © No Format

Depuis que sa formidable voix porte au-delà des frontières du Mali, la chanteuse Oumou Sangaré ne cesse de promouvoir les valeurs humaines qui lui sont chères. Être une femme engagée demande un effort quotidien qui ne se résume pas à quelques déclarations cinglantes. Exprimer ses intimes convictions se traduit par des actes militants qui seront parfois contestés, souvent applaudis. En tout état de cause, œuvrer pour défendre un point de vue suppose une pointe d’audace. Au fil des décennies, Oumou Sangaré a montré sa force de caractère en agissant pour le bien commun.

 

Oumou Sangaré à Rfi au micro de Joe Farmer. © Joe Farmer

Femme d’affaires, artiste rebelle, c’est en imposant ses choix à ses nombreux interlocuteurs que l’illustre Oumou Sangaré est parvenue à gagner la reconnaissance unanime. Malgré les critiques, les revers et les sarcasmes, son courage et son talent ont eu raison de ses détracteurs. Aujourd’hui, elle est une reine de l’art vocal que l’on invite sur les scènes internationales. Elle côtoie les plus grands, Herbie Hancock, Alicia Keys, Dee Dee Bridgewater, Tony Allen… Elle peut enfin faire entendre son discours d’unité et de tolérance. Il lui fallut pourtant braver de nombreux obstacles pour pouvoir dire haut et fort ce qui lui paraissait légitime et pertinent.

 

Oumou Sangaré, en concert au Festival de Jazz, à Rotterdam, le 8 juillet 2012. © Getty images/Greetsia Tent/WireImage

 

Si sa tessiture exceptionnelle a très tôt séduit le public, son statut de femme active a longtemps fait grincer les dents… Son acharnement l’a pourtant hissée au rang d’ambassadrice de bonne volonté auprès de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). Ce titre honorifique peut paraître artificiel aux yeux des plus sceptiques mais il valide la détermination d’un homme ou d’une femme à vouloir participer utilement à l’élan de générosité collégial. Oumou Sangaré l’a très bien compris et ne fait pas de figuration dans cette institution. Elle met en application ses professions de foi.

Il devient alors naturel de retrouver, sur son dernier album « Mogoya », l’expression de son grand cœur. Djoukourou ou Mali Nialé notamment délivrent un message positif et humain qu’il faut savoir apprécier à sa juste valeur. Oumou Sangaré annonce déjà de nouveaux concerts en France pour 2018. Apaisons notre impatience en écoutant les mots sages de cette grande dame ce week-end à notre micro.

Facebook/Twitter édition