Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Jerry Léonide, à la source du jazz mauricien

Jerry Léonide au piano. © www.jerryleonide.com

Pourquoi n’évoque-t-on que très succinctement la culture mauricienne sur les ondes des radios internationales ? Peut-être parce que ce patrimoine reste encore mystérieux, mésestimé, lointain… Depuis plusieurs années, le pianiste Jerry Léonide œuvre pour que la destinée de ses ancêtres retrouve l’éclat d’antan en mâtinant son répertoire d’accents et de références historiques que les mélomanes prennent goût à décrypter. Il faut cependant veiller à ce que la lecture de ce passé glorieux et douloureux serve le présent et la mémoire vive de cette terre australe.

En faisant paraître « Source of the Ocean », Jerry Léonide démontre à quel point l’Île Maurice s’est nourrie d’un métissage multi-ethnique indéniable. Au cœur de l’océan indien, à proximité de Madagascar, ce jeune territoire indépendant s’est construit pas à pas sous l’influence séculaire de colons européens (portugais, français, britanniques) et grâce à la flamme vitale du continent africain. Fruit de ce brassage ancestral, Jerry Léonide tente d’éclairer ses contemporains sur la diversité de ce petit pays trop peu célébré. Certes, les cicatrices d’une population tiraillée entre son origine propre et son identité mulâtre n’apaisent pas les rancœurs mais les traditions résistent à l’érosion du temps et accompagnent toujours l’évolution sociale d’un peuple en devenir.

 

Jerry Léonide sur le canapé. © Christian Rose

Seul au piano, Jerry Léonide n’est pas seulement le virtuose trentenaire déjà primé et salué par ses pairs, il revendique et affirme son statut d’artiste-citoyen attaché aux valeurs humaines et à l’échange pluriel. Déjà sur son premier album, « The Key », il dévoilait la richesse de son expressivité et imposait un point de vue altruiste et respectueux de ses racines. Depuis qu’il brille sur les scènes européennes, notamment à Montreux (Suisse) où il jouit d’une notoriété certaine pour avoir remporté le premier prix du concours de piano solo en 2013, Jerry Léonide façonne méticuleusement son univers sonore et s’entoure des meilleurs musiciens pour que son message, ouvert sur le monde, parvienne à toucher le plus grand nombre.

Le 16 décembre 2017, il relèvera un nouveau défi : Susciter un intérêt et, pourquoi pas, une prise de conscience par le pouvoir simple de la musique. À l’issue de cette prestation, au Sunside à Paris, peut-être aura-t-il mis en lumière la vigueur d’une île ? Peut-être serons-nous un peu plus nombreux à connaître les secrets de cette contrée méconnue, véritable mosaïque de l’universalisme planétaire.

Le site de Jerry Léonide.

 

Jerry Léonide au micro de Joe Farmer sur RFI. © Joe Farmer