Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Florilège 2017 : Spécial Caraïbes

Un best of spécial Caraïbes. © DR

Malmenées par les effets dévastateurs des changements climatiques, les populations de l’arc caribéen ont résisté, comme toujours, à l’adversité en portant haut et fort la force expressive de cultures ancestrales fières et combattives. Certains dignes porte-paroles de ces patrimoines séculaires nous ont rendu visite durant cette année de troubles et de défis humains. À travers eux, nous rendons hommage à l’esprit frondeur et inventif de milliers d’hommes et de femmes issues d’Haïti, de Guadeloupe, de Martinique, de Jamaïque, etc…

Lorsque le 11 novembre dernier, le chanteur, guitariste, producteur haïtien, Wyclef Jean, vint évoquer sur les ondes son mentor nigérian, Fela Anikulapo Kuti, à qui il rend grâce sur son dernier album « Carnival III », c’est un panafricaniste qui s’exprimait, conscient de l’héritage métisse que sa terre natale charrie depuis des siècles. L’engagement citoyen de cet artiste multi-primé est à l’image du caractère résilient de ses contemporains caribéens. Il n’était donc pas étonnant de l’entendre vanter les mérites de ses illustres prédécesseurs et compagnons de lutte.

Wyclef Jean à RFI. © RFI/Joe Farmer

 

Aux Antilles, la volonté farouche de revendiquer un idiome identitaire est aussi un acte politique. Le gwoka que défendait le percussionniste Roger Raspail le 4 mars 2017 sur RFI, n’est pas qu’un écho de traditions mulâtres, c’est l’affirmation d’une rébellion, d’un mode de vie, d’une philosophie existentielle assumée et reconnue. Goûter aux mélodieux échanges du Trinidadien Anthony Joseph et du Guadeloupéen Roger Raspail est une invitation à connaître les valeurs caribéennes enracinées dans l’âme noire.

Roger Raspail à RFI. © Christian Rose

 

Pour autant, se plonger dans l’histoire militante des musiques afro-planétaires n’interdit pas de s’intéresser à notre présent commun. Le 28 octobre dernier, deux jeunes percussionnistes et batteurs de talent, Arnaud Dolmen et Sonny Troupé, proposaient une mise à jour respectueuse du répertoire de leurs aînés en présentant sur l’antenne leurs albums respectifs, « Tonbé Lévé » et « Reflets Denses ». Une fois de plus, la source du gwoka irriguait le discours d’instrumentistes trentenaires dont la virtuosité actualise la mémoire sonore des Caraïbes.

Sonny Troupé et Arnaud Dolmen à RFI. © Christian Rose

 

Bien que l’océan semble isoler toutes ces îles et tous ces territoires ultramarins, les couleurs sonores ravivent le sentiment unitaire. Le pianiste jamaïcain Monty Alexander le ressent intimement. Lors de notre rencontre, le 29 avril 2017 à la philharmonie de Paris dans le cadre de l’exposition « Jamaïca Jamaïca », il préférait ne pas définir sa musique laissant les racines de son inspiration dicter ses choix artistiques. Le mento, le calypso, le ska, le rocksteady, le reggae, le jazz, ont façonné son écriture et valident l’universalisme de sa prodigieuse musicalité.

Monty Alexander au micro de Joe Farmer. © Christian Rose

 

Alors que 2018 approche, célébrons la diversité et promettons-nous d’être curieux, altruistes, généreux, et ouverts sur le monde multicolore qui nous éclaire. Être tolérant n’est pas qu’un vœu, c’est savoir écouter, s’intéresser, s’enthousiasmer, et tendre la main ! Très belle année à tous !