Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Initiation au Jazz Sabar

Hervé Samb à Dakar. © Tatiana Chevalier

Après avoir humblement servi et magnifié les œuvres de ses contemporains, de Jimmy Cliff à Oumou Sangaré, Salif Keita, Marcus Miller ou Lisa Simone, le guitariste Hervé Samb présente Teranga, un disque ambitieux dont l’intention première invite à la découverte d’une culture, d’une tradition, d’une danse, d’une percussion, nommée le « Sabar ». Quand tant d’artistes américains ou européens mâtinent leur musicalité d’effluves africaines, Hervé Samb fait le chemin inverse. Il saupoudre de notes jazz son identité artistique sénégalaise.

Comme le Gwoka en Guadeloupe, le Sega à l’île Maurice, le Gospel aux États-Unis, ou le Mento en Jamaïque, le Sabar accompagne le quotidien des Sénégalais depuis des siècles. Tout gamin, Hervé Samb entendait ces rythmes ancestraux auxquels il ne prêtait pas attention tant ils étaient ancrés dans sa vie sociale africaine. Ce n’est que, bien plus tard, après avoir parcouru le monde, qu’il prit conscience de la valeur patrimoniale de cet instrument percussif dont il redécouvre aujourd’hui les vertus. Il aura, entre-temps, appris la guitare, brillé dans l’univers du jazz et partagé la scène avec les plus grands.

 

© RFI/Joe Farmer
Hervé Samb à RFI.

 

 

Ses modèles s’appelleront Jimi Hendrix et B.B. King, mais c’est en écoutant le saxophoniste David Murray lui souffler quelques conseils avisés que le jeune Hervé Samb apprendra l’improvisation. Il avait alors 23 ans et commençait à comprendre que sa destinée d’artiste devait suivre le chemin de l’expérimentation et de l’audace. Il n’est finalement pas étonnant qu’il s’amuse, sur son nouvel album, à adapter Giant Steps, l’un des classiques de John Coltrane, dans une humeur afro-slam, soutenu par l’une des célèbres voix du groupe Daara J, N’Dongo D, et son homologue américain Mike Ladd.

Cette relecture Sabar d’une œuvre historique américaine reflète magistralement l’ouverture d’esprit d’Hervé Samb et son désir sincère d’actualiser la source de son répertoire. Non seulement, il crée une œuvre originale et enthousiasmante, mais il démontre avec finesse que sa proposition musicale peut être pertinente et inspirée. À seulement 38 ans, il est un compositeur, leader et accompagnateur très sollicité dont l’élan créatif et la flexibilité ravissent ses partenaires.

Soyons assurés que certains d’entre eux viendront lui prêter main forte le 13 février prochain au Studio de l’Ermitage à Paris lors de la soirée de lancement officielle de « Teranga » qui risque bien de se transformer en une furieuse jam-session dont seul Hervé Samb a le secret !

Site officiel de Hervé Samb

 

© Christian Rose
Hervé Samb au micro de Joe Farmer.

Facebook/Twitter édition