Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Jef Lee Johnson, virtuose méconnu…

Jef Lee Johnson au New Morning à Paris en 2011. © Olivier Lestoquoit

Le 28 janvier 2013, le guitariste américain Jef Lee Johnson disparaissait à l’âge de 54 ans. Bien que son nom n’ait pas suffisamment scintillé au sommet de la gloire, ses prestations resteront, pour tous ceux qui eurent le bonheur de croiser sa route, des moments magiques. Le bassiste Reggie Washington est l’un d’eux. Il eut le privilège de collaborer et de, finalement, sympathiser avec ce virtuose trop tôt disparu. Pour que le nom de Jef Lee Johnson ne s’évanouisse pas dans les oubliettes de l’histoire, Reggie Washington fait paraître le deuxième volet de Rainbow Shadow, son hommage à une figure mésestimée de "L’épopée des Musiques Noires".

Jef Lee Johnson a été un instrumentiste très sollicité… Aretha Franklin, Al Jarreau, Chaka Khan, George Duke, Mc Coy Tyner, Stanley Clarke, Erykah Badu, D’Angelo, pour ne citer qu’eux, ont profité du lyrisme de ce musicien éclectique dont on redécouvre, un peu tardivement le talent immense. Son ami et partenaire de scène, Reggie Washington, sait mieux que quiconque la difficulté d’être reconnu à sa juste valeur. Il a lui-même suivi ce parcours sinueux d’accompagnateur émérite en épaulant discrètement les grandes figures de notre temps. Lisa Simone peut aujourd’hui s’enorgueillir d’avoir, à ses côtés, un compositeur rigoureux et un improvisateur inventif. Elle n’est d’ailleurs pas la seule à saluer les délicates prouesses de ce prodigieux bassiste. Archie Shepp, Rokia Traoré, Steve Coleman, Liz Mc Comb, Roy Hargrove ou Ravi Coltrane ont également vanté son esprit créatif.

 

Reggie Washington à RFI. © Christian Rose

 

Reggie Washington partage donc avec le regretté Jef Lee Johnson cette précieuse flexibilité artistique qui le distingue de ses contemporains et homologues bassistes. Il a conscience que le poids patrimonial d’un répertoire doit être défendu, corps et âme, pour entrer dans l’inconscient collectif. C’est la raison pour laquelle il continue inlassablement d’interpréter les œuvres de Jef Lee Johnson pour que nous ayons dans l’oreille cette musicalité particulière qui l’identifiait immédiatement.

Son défi est d’autant plus grand que la notoriété de son frère d’arme fut confidentielle. En dehors de quelques admirateurs avertis, Jef Lee Johnson n’est pas, aux yeux du grand public, un personnage qui a marqué l’histoire. Et pourtant… Avoir du succès ne signifie pas forcément faire la Une des magazines, jouer devant des foules imposantes ou être invité à la télévision. Avoir du succès se traduit parfois par la reconnaissance sincère d’un compagnon de route, par les compliments avisés d’un aîné, par la révérence d’un futur héritier.

 

Reggie Washington à RFI. © Christian Rose

 

Le 13 février 2018, au New Morning à Paris, Reggie Washington veillera à dignement réévaluer la place de Jef Lee Johnson dans "L’épopée des Musiques Noires" en donnant de l’éclat à des mélodies qui, depuis bien longtemps, auraient dû susciter l’engouement unanime et les acclamations enthousiastes.

Le site de Reggie Washington