Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

50 ans de rêve éveillé (3ème Partie)

Martin Luther King, le 25 mars 1965, à Montgomery, Alabama. © Stephen F. Somerstein/Getty Images

Le 09 avril 1968, la communauté noire a le blues. Les obsèques de Martin Luther King font la Une des journaux et le désespoir se lit sur les visages. Que de vies fauchées à cause d’une idéologie cruelle et infondée. En ce temps là, les blancs font la loi et les noirs subissent. Ils n’ont d’autres choix que de se taire ou mourir. C’est dans le Mississippi que les larmes inondent dramatiquement l’héritage culturel sudiste. En suivant les pas du conteur africain-américain Sylvester Hoover à Greenwood, la force expressive du peuple noir résonne encore plus fort. Né en 1957, ce citoyen engagé n’était qu’un enfant quand le pasteur King fut assassiné mais cette tragédie a guidé sa destinée. Depuis des décennies, il se fait un devoir de narrer l’épopée de ses ancêtres sur les lieux historiques du combat des noirs. Qu’il s’agisse de l’épicerie du criminel Roy Bryant ou de la tombe du bluesman Robert Johnson, il sait que ces vestiges frapperont l’esprit de ses interlocuteurs.

Tombe du bluesman Robert Johnson au nord de Greenwood (Mississippi). © Xavier Bonnet

Se rendre à Money (Mississippi) pour découvrir l’effroyable meurtre du jeune Emmett Till en 1955 impose le recueillement et suscite l’indignation. Ce gamin de 14 ans fut battu à mort pour, dit-on, avoir osé siffler une jeune femme blanche alors que la ségrégation était encore très vive dans le Sud des États-Unis. Sa triste fin fut le point de départ d’un mouvement de contestation qui appellera au respect des droits civiques. Bob Dylan écrira une chanson à la mémoire du petit garçon, Rosa Parks refusera de laisser sa place à un blanc dans un bus de Montgomery (Alabama), un jeune pasteur, Martin Luther King, décidera de porter très haut la valeur de sa communauté. Aux yeux du monde, l’histoire revendicatrice afro-américaine ne faisait que commencer mais les racines du soulèvement étaient déjà bien profondes. C’est dans le blues que l’on perçoit les premiers témoignages de cette fronde sociale latente.

Roger Stolle dans son magasin « Cat Head » à Clarksdale (Mississippi). © Joe Farmer

Le producteur, documentariste, organisateur de festivals et collectionneur, Roger Stolle, est l’heureux propriétaire d’un magasin de disques anciens à Clarksdale (Mississippi). Il milite pour une reconnaissance officielle du poids patrimonial des musiques noires. Il aime révéler les secrets du blues aux visiteurs et touristes de passage. À sa manière, il préserve la créativité de centaines de musiciens en réhabilitant leurs enregistrements d’antan.

Greg Johnson dans son bureau à l’université d’Oxford (Mississippi). © Joe Farmer

Pouvoir écouter aujourd’hui tous ces échos du passé est un privilège. Encore faut-il conserver précieusement ces trésors sonores…. C’est la mission de Greg Johnson, responsable des archives blues à l’université d’Oxford (Mississippi). Grâce à une classification méthodique de milliers de documents, il dessine les contours d’une aventure humaine hors normes. Mieux que des mots ou des discours, le répertoire collecté illustre parfaitement la vie misérable d’une population noire soumise à une époque où l’on ne parlait pas encore de droits civiques. Édifiant et émouvant…

Les reportages exclusifs présentés dans cette série d’émissions spéciales ont été réalisés avec le concours de Memphis Travel, Visit Mississippi, Équinoxiales et American Airlines.

Culture