Blues, Gospel, Negro Spirituals, Jazz, Rhythm & Blues, Soul, Funk, Rap, Reggae, Rock’n’Roll… l’actualité de la musique fait rejaillir des instants d’histoire vécus par la communauté noire au fil des siècles. Des moments cruciaux qui ont déterminé la place du peuple noir dans notre inconscient collectif, une place prépondérante, essentielle, universelle ! Chaque semaine, l’Épopée des musiques noires réhabilite l’une des formes d’expression les plus vibrantes et sincères du XXème siècle : La Black Music ! À partir d’archives sonores, d’interviews d’artistes, de producteurs, de musicologues, Joe Farmer donne des couleurs aux musiques d’hier et d’aujourd’hui.

Réalisation : Nathalie Laporte

Retrouvez la playlist de l'Épopée des musiques noires sur Deezer

En savoir plus sur l'émission, les horaires, le calendrier ... En savoir plus sur l'émission

Hommage à Roy Hargrove

Roy Hargrove sur scène, le 23 février 2007, aux Etats-Unis. © Getty images/Andrew Lepley/Redferns

Depuis des mois, l’allure et l’attitude de Roy Hargrove suscitaient bien des commentaires dans le petit monde du jazz et des musiques connexes. Tout le monde savait, mais personne n’osait se l’avouer. Pourtant, il devenait évident que la santé du trompettiste déclinait. Son visage fermé, son souffle court, et l’inquiétude de ceux qui le côtoyaient, laissaient présager le pire… Le 2 novembre 2018, après avoir livré bataille contre ses propres démons et de sérieuses complications rénales, Roy Hargrove nous a quittés. Cette disparition profondément injuste, cette nouvelle tristement attendue, cette annonce tellement brutale et notre émotion si grande, ont fait rejaillir des moments de vie fugaces, des instants d’improvisations débridées, l’enthousiasme d’un jeune homme, devenu en 30 ans, un instrumentiste inventif, doué, malin, virtuose.

Roy Hargrove est apparu sur les scènes internationales, au tournant des années 90. Il est alors un brillant interprète du répertoire jazz, mais il a déjà en lui cette malicieuse envie de faire entendre sa différence, d’affirmer son identité et de revendiquer les goûts de sa génération. Très respectueux cependant des géants d’antan, il apprend, se nourrit de leur exemple pour maîtriser à la perfection un art qu’il magnifiera tant et plus. À 25 ans, il fait paraître With the Tenors of our Times, un album qui réunit les jeunes loups de l’époque (Joshua Redman, Branford Marsalis, Ron Blake) et les anciens (Johnny Griffin, Joe Henderson, Stanley Turrentine). Très vite, son aisance avec chacun d’eux indique une ouverture d’esprit inédite.

 

© Getty images/Frédéric Ragot
Roy Hargrove au New Morning, le 10 octobre 2016, à Paris.

 

Deux ans plus tard, il se retrouve sur la scène du New Morning à Paris, lors des célébrations du 15ème anniversaire de ce club historique. Il y croise d’autres vétérans, notamment Art Farmer et Ray Brown, qui découvrent la maestria de ce frétillant "zébulon" suffisamment téméraire pour se mesurer à ses aînés en public. Fort de ce premier rite de passage, Roy Hargrove croit en sa bonne étoile et tente de nouvelles aventures. Il flirte avec les rythmes cubains, s’amuse avec la culture Hip Hop, mais ne s’éloigne jamais totalement de la source du swing originel. À ce moment précis de son épopée, personne ne doute de sa sincérité de jazzman capable de virevolter entre plusieurs genres musicaux. Répondre aux sollicitations de Sonny Rollins ou d’Angélique Kidjo était, pour lui, l’occasion idéale de parfaire son jeu et d’appréhender de nouvelles tonalités.

 

© Jerome Jennings
Roy Hargrove et Christian McBride à Nancy, le 8 octobre 2016.

 

Lorsqu’il fréquente Erykah Badu, Common ou D’Angelo, au début des années 2000, l’intention est la même : rester au contact des évolutions sonores de son temps et être un artiste complet, dont le répertoire demeure pertinent et gagne en légitimité. Il y parviendra haut la main en surprenant ses adeptes toujours plus nombreux à chacune de ses prestations. Beaucoup de concerts reviennent subitement en mémoire… Notamment celui du 8 octobre 2016 à Nancy où il retrouva son vieux compagnon de route, Christian McBride, avec qui il fit les 400 coups entre 1989 et 1996. Ce soir-là, les deux compères retrouvèrent, à la faveur d’un généreux rappel de fans enthousiastes, la complicité de leur jeunesse, comme s’ils s’étaient quittés la veille. Roy Hargrove luttait déjà contre la maladie mais sa performance fut remarquable !

En 2019, il aurait eu 50 ans…

→ La page Facebook de Roy Hargrove